Procès attendu

24 février 2013 17:39; Act: 24.02.2013 18:24 Print

Bommeleeër, une affaire entre mythe et réalité

LUXEMBOURG - Lundi, débutera un procès attendu depuis des décennies au Grand-Duché. Un procès qui devra démêler un imbroglio juridico-politique sans précédent.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Aucune affaire criminelle n'aura autant marqué la conscience collective luxembourgeoise que celle de l'affaire dite «Bommeleeër». Le procès qui commencera lundi devant la IXe chambre criminelle de la Cour de justice de l'arrondissement de Luxembourg devrait être celui de tous les superlatifs. Sur le banc des accusés seront assis Marc Scheer et Jos Wilmes, deux anciens membres de la «Brigade mobile», cellule de l'ancienne section d'élite de la gendarmerie. Les deux hommes devront répondre de 18 chefs d'inculpation, dont tentatives d'assassinat, incendie criminel ou violation grave à la loi sur les armes. Ils sont également accusés, entre mai 1984 et mars 1986, à la fois d'avoir eux-mêmes et d'avoir aidé à faire exploser, à vingt reprises, des infrastructures, des bâtiments publics et des habitations privées.

Pas moins de 90 témoins seront appelés à la barre, enquêteurs, anciens membres ou membre encore actifs des forces de l'ordre ou magistrats, sans oublier plusieurs politiciens. Parmi eux, l'actuel Premier ministre, Jean-Claude Juncker, son prédécesseur, Jacques Santer ou bien encore l'ancien ministre de la Force publique, Marc Fischbach. À noter qu'un membre de la famille grand-ducale, dont le nom n'a pas été communiqué, doit également être entendu. Ce dernier pourrait cependant être Jean de Nassau, frère cadet du Grand-Duc Henri.

29 ans de rumeurs, hypothèses et tensions politiques

Avec pas moins de 135 heures et 45 audiences, programmées entre ce lundi 25 février et la fin du mois de mai, ce procès-fleuve doit lever le voile sur un chapitre méconnu de l'histoire de Luxembourg. Un procès historique qui sera donc retransmis sur écran vidéo dans la salle d'audience attenante à celle utilisée par les juges. À noter que seuls 59 membres de la presse ont été accrédités pour assister aux audiences.

Parmi les enjeux du procès, démêler le vrai du faux dans une affaire qui, en 29 ans, a fait l'objet de multiples rumeurs, tensions politiques et hypothèses parues dans les médias. Le ministère public défendra ainsi la thèse d'un complot fomenté par un groupuscule secret au sein de la gendarmerie, passivement soutenu par leur hiérarchie, pour démontrer les faiblesses sécuritaires du Luxembourg de cette époque. De leur côté, les deux avocats de la défense, Me Gaston Vogel et Me Lydie Lorang, chercheront à prouver que la série d'attentats est la conséquence des agissements de la cellule «Stay behind» et des actions des services secrets dans le cadre de la guerre froide. Aucune date pour le rendu du verdict n'a encore été donnée.

Michel Thiel/L'essentiel Online

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Ypsos le 24.02.2013 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    "Stay behind"! En voilà un bel exemple! Et dire que l'on critique le Luxembourg pour ne pas être innovateur et inventeur! "Stay behind", un Al Quaida avant son temps! On se demandait où diable Al Quaida pouvait avoir tant d'idées et tant de fantaisie pour ses attentats, maintenant on le sait: Elle s'est inspiré du "Stay behind" hip hip hip hourra. Pourquoi l'URSS n'existe-t-elle plus? Parce qu'elle avait peur du "Stay behind". hip hip hip hourra. Alors attention les juges le "Stay behind" prendra une vengeance terrible!! ha ha ha.

  • Le Fou le 25.02.2013 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    Tous devant le palais de Justice pour un "Bommeléer Shake"

  • Boum le 25.02.2013 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ech sinn de Bommeleeër!

Les derniers commentaires

  • Marie le 24.03.2013 07:58 Report dénoncer ce commentaire

    "Bommeléer Shake" Yes Justement il fait froid mettre un bonnet et comme c'est bientôt paques rapportez des oeufs ca tombe bien... Merci Aris

  • Aris le 25.02.2013 18:58 Report dénoncer ce commentaire

    Mythe = récit légendaire mettant en scène des personnages imaginaires (demi dieux p. ex.) ou bien une représentation amplifiée déformée par l'imaginaire collectif ou bien une croyance répandue mais infondée. Bommel Eeër! Bommel = un bonnet en allemand; Eeër = oeufs. Il s'agit donc d'un récit légendaire sur un bonnet allemand qui a chauffé des oeufs. En réalité tout cela n'a pas eu lieu puisque c'est un mythe. Mais le journal dit entre "mythe et réalité", donc allez savoir ce qu'il y a eu vraiment. Maître Vogel le nous dira, à moins que ce soit un service secret!

    • Mim13 le 26.02.2013 17:30 Report dénoncer ce commentaire

      ... de m'avoir fait rire aux éclats! :D

  • Le Fou le 25.02.2013 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    Tous devant le palais de Justice pour un "Bommeléer Shake"

  • Boum le 25.02.2013 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ech sinn de Bommeleeër!

  • inconnu le 25.02.2013 03:27 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une grande mascarade du passé... on se demande comment sont ils tous au pouvoir aujourd'hui ! Un sketch de grand comique rien de plus faut pas attendre 30 ans pour un jugement enfin tous des comiques

    • Coeur révélateur le 25.02.2013 12:28 Report dénoncer ce commentaire

      il me semble est Me Vogel, qui en sait tellement sur les (dys)fonctionnements de la justice, et les arrangements entre juges et avocats, mariés ou non. Si dans d'autres affaires, il reproche que le procès se fasse sur le trottoir, dans la présente, il fait vraiment tout pour qu'elle se déroule sur le trottoir. Pour que la population considère en majorité les inculpés innocents victime de machinations. Ils paraîtront plus innocents s'ils se mettent à parler pour renforcer l'idée de la conspiration de dirigeants de l'Etat.