Affaire Bommeleeër

25 février 2014 16:47; Act: 26.02.2014 10:13 Print

Juncker témoigne pour l’anniversaire du procès

LUXEMBOURG - Un an, jour pour jour, après le début du procès Bommeleeër, l'affaire semble loin d'être élucidée. Récapitulatif des derniers rebondissements.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Des témoignages incohérents et incrédules: ce procès rocambolesque n’aura pas manqué de sensationnel. Après 137 jours, les pistes s’embrouillent. Pourtant on croyait depuis peu que le procès était entré dans une nouvelle phase.

Après la série de pannes inimaginables au cours de l'enquête révélées en 2013, L'essentiel vous propose un récapitulatif des évènements qui ont récemment marqué le procès, ainsi qu'une timeline ci-dessous avec un aperçu des 137 jours.

  • De nouveaux accusés?
  • Un tournant s'annonçait fin janvier lorsque le procureur d'État, Georges Oswald, a affirmé considérer les témoins Marcel Weydert et Armand Schockweiler comme potentiels accusés. Une nouvelle enquête a ainsi été débutée à leur encontre. L'ancien membre de la Brigade mobile et l'ex-officier s'étaient empêtrés dans des contradictions flagrantes sur les observations faites pendant les attentats. Jusqu'à présent, ils ne sont pas officiellement accusés.

  • Les accusés disculpés par des témoins
  • Il y a à peine six semaines, un témoin, Anne-Marie van den Broeck, stationnée avec sa voiture à proximité de l'attentat des Casemates au moment de l'explosion, avait disculpé les deux accusés. Elle avait expliqué avoir vu quatre hommes, et aucun d'eux n'avait de ressemblance avec Jos Wilmes et Marc Scheer.

  • L'implication du prince Jean
  • Le tribunal s'est penché sur le témoignage d'Eugène Beffort qui affirme avoir vu le prince Jean le jour de l'attentat du Findel. Avec les témoignages des deux frères du Grand-Duc, Jean et Guillaume, jeudi, les avocats des accusés espèrent obtenir de nouvelles informations. Le prince Jean était-il au Findel ou à la chasse avec le fils de l'ancien président français, Valéry Giscard d’Estaing? Et pourquoi le frère du Grand-Duc Henri a-t-il renoncé à son droit de succession au trône en cas de décès de son frère aîné?

  • Les affirmations d'Henri Étienne
  • Un nouveau témoin, Henri Étienne, s'est manifesté auprès du procureur général Robert Biever, en affirmant que l'ancien procureur Camille Wampach lui avait révélé au cours d'un dîner que «le prince était le Bommeleeër». Robert Biever est convaincu que le témoin a parlé du prince Guillaume, frère du Grand-Duc. Une déclaration qui avait suscité beaucoup d'émotion, étant donné que l'enquête s'était jusqu'à présent uniquement penchée sur une possible implication du prince Jean. Entendu au tribunal mardi, le témoin Beffort a affirmé ne jamais avoir évoqué le nom de Guillaume et avoir uniquement parlé «du prince», sans nommer personne. Robert Biever, sûr de ce qu'il a entendu, a réitéré au tribunal en s'adressant au témoin: «Peut-être étiez-vous nerveux lors de l'entretien. J'ai bien entendu le nom du prince Guillaume». Les enquêteurs comptent prochainement rendre visite à l'ancien procureur, Camille Wampach, âgé de plus de 80 ans.

  • L'audition de Juncker
  • Entre-temps, le tribunal a entendu Jean-Claude Juncker, ce mardi. L'ex-Premier ministre n'a pas apporté de nouveaux éléments à l'enquête. Il a décrit son entrevue en novembre 2005 avec le témoin Eugène Beffort. Il affirme en avoir parlé au Grand-Duc Henri. Interrogé sur le droit de succession du prince Jean, l'ex-chef de gouvernement a indiqué que Jacques Santer, Premier ministre en 1986 lorsque le droit de succession a été réglé, serait plus apte à répondre à ces questions. Il a encore une fois nié connaître le Bommeleeër.

    (Laurence Bervard/ L'essentiel)

    Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

    «Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

    Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

    «Comment s’assurer de la validation de mon message?»

    Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

    Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

    Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

    «Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

    Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

    Les commentaires les plus populaires

    • Nirudy le 25.02.2014 19:19 Report dénoncer ce commentaire

      Ce procès tourne en dérision. Bientôt on se rendra compte que les véritables coupables se trouvent parmi les étoiles et que tous ces poids lourds de la politique luxembourgeoise appartiennent à une organisation secrète, les MIB.

    • HERVE le 25.02.2014 21:53 Report dénoncer ce commentaire

      Le prince Jean a travaillé pour J. Peter Grace, un anti-communiste acharné, membre de l'ordre de Malte, très proche de Friedrich Karl Flick (Daimler Benz) et membre de la CNP comme John Singlaub (CIA, WACL). On retrouve Mercedes dans le CV d'Alexandre de Belgique et dans celui d'Aldo Vastapane. J. Peter Grace a aussi collaboré avec la CIA. La question se pose de savoir s'il y a un lien entre le prince Jean et la CIA ; James Pavitt était chef de station CIA à Luxembourg et Richard Holm occupait la même fonction à Bruxelles.

    • Paul le 25.02.2014 21:43 Report dénoncer ce commentaire

      Pour éviter de tels Procès dérisoires au future le Luxembourg doit se doter d’un organe Indépendant de contrôle de la police et de la justice. Sans policier, sans juristes et sans membres du gouvernement.

    Les derniers commentaires

    • HERVE le 25.02.2014 21:53 Report dénoncer ce commentaire

      Le prince Jean a travaillé pour J. Peter Grace, un anti-communiste acharné, membre de l'ordre de Malte, très proche de Friedrich Karl Flick (Daimler Benz) et membre de la CNP comme John Singlaub (CIA, WACL). On retrouve Mercedes dans le CV d'Alexandre de Belgique et dans celui d'Aldo Vastapane. J. Peter Grace a aussi collaboré avec la CIA. La question se pose de savoir s'il y a un lien entre le prince Jean et la CIA ; James Pavitt était chef de station CIA à Luxembourg et Richard Holm occupait la même fonction à Bruxelles.

      • Sigefroid le 26.02.2014 09:20 Report dénoncer ce commentaire

        Intéressant... des sources?

      • Coeur révélateur le 26.02.2014 15:24 Report dénoncer ce commentaire

        mes propos confirmant les vôtres ne passent pas. Les pistes (land.lu 2013) ne s'embrouillent pas. La communauté anti-communiste protège ses chevaliers de l'époque. Et l'ordre de malte a son siège à côté du Vatican. C'est un "pays" reconnu par le Luxembourg, il compte 12.000 "habitants"(membres) pour un territoire d'un seul immeuble et des ambassades, qui échappent aux juridictions des pays. L'Ordre siège même à l'ONU et exerce une influence mondiale à travers une activité caritative. Et le Grand-duc et Giscard d'Estaing, ainsi que Licio Gelli sont membres.Et la juge nommée chevalier par SAR.

    • Paul le 25.02.2014 21:43 Report dénoncer ce commentaire

      Pour éviter de tels Procès dérisoires au future le Luxembourg doit se doter d’un organe Indépendant de contrôle de la police et de la justice. Sans policier, sans juristes et sans membres du gouvernement.

      • jojo le 26.02.2014 08:37 Report dénoncer ce commentaire

        vous êtes juste, c'est ce qui est nécessaire, mais n'arrivera jamais à Luxembourg. dans ce pays, ils prennent tous pour des imbéciles

    • Nirudy le 25.02.2014 19:19 Report dénoncer ce commentaire

      Ce procès tourne en dérision. Bientôt on se rendra compte que les véritables coupables se trouvent parmi les étoiles et que tous ces poids lourds de la politique luxembourgeoise appartiennent à une organisation secrète, les MIB.

    • jojo le 25.02.2014 18:51 Report dénoncer ce commentaire

      corruption à son plus haut limites, c'est ce que le pays est tout au sujet. une grande famille heureuse. voulez-vous dire que les procureurs n'étaient pas au courant qui était derrière affaire depuis le début, il ya 29 ans? ils n'avaient aucune idée de qui était responsable? alors pourquoi ont-ils détiennent tous les fichiers si longtemps avant de décider d'aller au tribunal?

    • Cœur révélateur le 25.02.2014 18:46 Report dénoncer ce commentaire

      En général, vous vous contentez de rapporter l'information sans prendre position. Pourquoi traiter globalement les témoignages de ridicule ? Il y a des personnes qui font preuve d'un courage énorme quand on présume la vérité qui contrairement à votre analyse ne s'embrouille pas du tout.

      • schmoll le 25.02.2014 21:29 Report dénoncer ce commentaire

        j attends avec impatience d'aller voir le film a l'utopolis....????parce que pour le moment ...je ne comprends rien....