Procès Bommeleeër

19 mars 2013 16:08; Act: 26.03.2013 16:45 Print

L'alibi du Prince Jean soulève des questions

LUXEMBOURG - Existe-t-il un fond de vérité dans les rumeurs sur l'implication du frère du Grand-Duc Henri dans les attentats? La question reste sans réponse, car ses explications posent problème.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

C'est devant une salle comble que le Prince Jean est venu à la barre, entendu comme témoin dans le procès Bommeleeër. Une présence dans l'enceinte du tribunal qui fait suite aux soupçons de la présence du frère du Grand-Duc Henri au Findel au moment des attentats, au début des années 1980. Une rumeur née du témoignage d'Albert Colbert, un homme qui prétend avoir vu sur le site de l'aéroport un homme avec une forte ressemblance avec le Prince Jean, dans un 4x4 bleu, à proximité du lieu de l'attentat, peu avant l'explosion.

Après avoir été informé par le Grand-Duc en personne, au début des années 1990, des rumeurs à son encontre, le Prince Jean avait été entendu en 2005 par le Premier ministre, Jean-Claude Juncker, et avait nié toute implication. Une attitude qu'il a de nouveau adoptée devant le tribunal. Selon ses propos, les 8 et 9 novembre 1985, date de l'attentat au Findel, le Prince Jean participait à une chasse dans le sud de Paris. Une présence qui aurait été confirmée par l'ancien président français, Valery Giscard d'Estaing.

En revanche, l'ancienne compagne du Prince ne confirme pas cette information, se contentant d'indiquer qu'il se trouvait à Paris, le 10 novembre. Les déclarations de cette dernière, qui serait à l'origine de la décision du Prince Jean de renoncer au titre de Grand-Duc, viennent donc un peu plus jeter le trouble autour de l'emploi du temps du fils du Grand-Duc Jean. Pour tenter d'en savoir plus, Me Gaston Vogel, avocat de Marc Scheer, a demandé à ce que Valery Giscard d'Estaing vienne témoigner à la barre pour confirmer l'alibi du Prince Jean.

(L'essentiel Online)