En Grande-Bretagne

08 février 2018 11:33; Act: 08.02.2018 11:58 Print

Une campagne arrive pour renverser le Brexit

Une «campagne pour renverser le Brexit» va être lancée, d'ici quelques jours, dans le but de «conduire à un second référendum pour maintenir le Royaume-Uni dans l'UE».

storybild

Cette campagne est destinée à «mobiliser l'opinion publique en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne». (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le milliardaire américain George Soros a donné 453 000 euros à une organisation pro-UE qui tente d'influencer le vote des députés britanniques sur l'accord final du Brexit, a indiqué jeudi son président. «À travers ses fondations il a contribué à hauteur de 400 000 livres», a déclaré l'ancien ministre Mark Malloch-Brown, président de Best for Britain, accusé de «comploter pour renverser le Brexit» par le quotidien conservateur et pro-Brexit Daily Telegraph.

Selon le journal, cette «campagne pour renverser le Brexit» va être lancée à l'échelle nationale plus tard en février dans le but de «conduire à un second référendum pour obtenir le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne». «Il y a beaucoup de gens frustrés» par le Brexit, a déclaré Mark Malloch-Brown à la BBC jeudi. Cette campagne est destinée à «mobiliser l'opinion publique en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne afin de faire prendre conscience (aux députés) de ce changement dans l'opinion publique quand le Parlement aura à voter» sur l'accord final sur le Brexit.

Devant le Forum économique mondial de Davos le mois dernier, George Soros avait prédit que la Première ministre britannique, Theresa May, ne resterait pas longtemps au pouvoir et affirmé que les Britanniques étaient «dans le déni» des conséquences financières du Brexit: «Ça va prendre du temps, mais quand ça arrivera, ils se rendront compte qu'ils gagnent moins qu'avant, parce que les salaires n'augmenteront pas aussi vite que le coût de la vie», selon lui.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • encore Soros le 08.02.2018 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Si Soros donne son avis, c'est dans l'intérêt des USA, et certainement pas pour l'intérêt du Royaume Unis.

  • Léon le 08.02.2018 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Que des combines politiques.

  • Get out soon le 08.02.2018 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    On ne veut plus d'eux et c'est réciproque. Brexit hard et basta! Quelle mascarade. Ils nous saoulent tous autant qu'ils sont.

Les derniers commentaires

  • JeanPascal le 08.02.2018 21:58 Report dénoncer ce commentaire

    Les journalistes et les médias ne s'insurgent pas contre l'ingérence des élites étrangères dans les affaires britanniques. Comme c'est étrange.

  • The Boss le 08.02.2018 18:10 Report dénoncer ce commentaire

    Un jour, feu le Général De GAULLE, qui était loin d'être idiot et qui connaissait bien les Anglais pour avoir vécu chez eux pendant l'occupation, avait répondu à un journaliste qui lui demandait quelle était sa vision de l'Angleterre dans l'Europe: "Oh, vous savez, l'Angleterre, c'est une ... île." Et il avait bien raison. Ils ont voulu en sortir? Eh bien, qu'ils restent dehors et ils connaîtront leur douleur! Quand on n'est pas heureux en ménage, le mieux est de divorcer.

    • Hein le 08.02.2018 18:37 Report dénoncer ce commentaire

      De Gaule? Celui qui a clamé "Vive le Québec libre"?

    • TeamPlayer le 08.02.2018 19:34 Report dénoncer ce commentaire

      Les britaniques sont nos voisins, nos cousins et nos amis. Welcome back s’ils le choisissent. Ils ont peut être votés avec leur vie, leurs difficultés, leurs angoisses, les campagnes médiatiques... comme nous quoi!!! On vote a droite puis a gauche... aux extrèmes... si après coup ils veulent revenir, je leur dis bienvenu! Arrêtons de nous diviser, en quoi sommes nous si différents? Tous ces cmmentaires sur les uns et les autres me désespèrent. On s’évertu systématiquement a se trouver différents alors que nous vivons au Luxembourg, preuve que nous pouvons faire ensemble!!!

  • Bye bye le 08.02.2018 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vraiment une manie, en Europe, de faire voter les peuples une deuxième fois dès lors qu'ils n'ont pas voté "comme il faut" la première fois. De quoi rendre les politiques odieux......

  • Baron Rouge le 08.02.2018 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est quoi ma photo de ces deux vieux de plus de 65 ans ? Il n’ont pas travaillé beaucoup et sont obligés de continuer jusqu’à quand ? Les pauvres ... hahahaha

    • Foto le 08.02.2018 18:39 Report dénoncer ce commentaire

      Un homme et deux femmes! Mais je ne pense pas qu'ils aient 65 ans.

    • Ris Pons le 09.02.2018 08:30 Report dénoncer ce commentaire

      Ils sont obligés de travailler jusqu'à ce qu'un successeur sera prêt. Le problème est qu'il n'y en a pas! Il y a des barons qui râlent et qui font du sarcasme, mais qui ne sont pas capables de prendre le relais!

  • Josh Marshall le 08.02.2018 14:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le Brexit est dans l'interet de l'Europe et surout qu'ils n'oublient pas de payer.