Brexit

07 mars 2018 07:07; Act: 07.03.2018 12:24 Print

Les services financiers intégrés dans l'accord?

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, devrait marteler mercredi le souhait du Royaume-Uni d'inclure les services financiers dans un accord de libre-échange avec l'UE.

storybild

Londres voudrait tenter de convaincre les banques de rester. (photo: AFP)

Sur ce sujet

PhilipHammond doit exposer à Londres les détails sur le type d'accord que son pays voudrait conclure avec Bruxelles à propos des services financiers après le Brexit. «Il est temps de répondre aux sceptiques qui disent qu'un accord commercial incluant les services financiers ne peut pas être conclu parce que cela n'a jamais été fait avant», dira le ministre, selon des extraits de son discours. «Je leur dis que chaque accord commercial que l'UE a conclu est unique», ajoute-t-il.

M. Hammond suit exactement la ligne définie vendredi dernier par la Première ministre britannique Theresa May qui a souhaité que les échanges de services entre le Royaume-Uni et l'UE soient inclus dans un «accord plus large» que les accords de libre-échange habituellement limités aux échanges de biens. Mme May a toutefois reconnu que les banques de son pays ne pourraient plus bénéficier du système du passeport financier qui leur permet de vendre leurs services dans toute l'Union européenne depuis le Royaume-Uni.

Règles trop spécifiques

Mais cette position britannique se heurte à une franche opposition des Européens, annonçant des négociations particulièrement difficiles. C'est ce qu'a eu l'occasion d'affirmer mardi le ministre français de l'Économie, Bruno Maire, en visite à Londres. Interrogé par la BBC, il a exclu que les services financiers soient intégrés dans un accord de libre-échange à négocier entre Londres et Bruxelles. «Les services financiers ne peuvent être inclus dans un accord de libre-échange pour de nombreuses raisons, liées à la stabilité et aux questions de supervision, car les services financiers répondent à des règles très spécifiques», a-t-il expliqué.

M. Le Maire, qui a rencontré M. Hammond ainsi que des représentants d'institutions financière, a mis en avant «un système alternatif, appelé les régimes d'équivalences» - des exemptions conférées par la Commission européenne pour permettre à des entreprises financières de pays non membres de l'UE de commercer au sein de l'union depuis leur propre pays. Les milieux financiers britanniques expliquent pour leur part que ces équivalences sont strictement encadrées et révocables, créant donc de l'incertitude.

Le Luxembourg dans la course

Lors d'un point presse dans l'après-midi, M. Le Maire a aussi souligné que la perte du passeport financier constituait «un "game changer" dans la situation des grandes banques qui sont installées à Londres aujourd'hui». «Ça va en inciter certaines à se dire "si on n'a plus le passeport financier c'est-à-dire la possibilité de travailler directement en Europe sans autorisation préalable, peut-être qu'il est plus simple d'aller s'installer directement à Paris par exemple pour exercer notre activité"», a-t-il espéré. M. Le Maire a jugé que «les emplois bancaires qui vont revenir en France se chiffrent en milliers», même si «c'est un mouvement qui va se faire progressivement et pas du jour au lendemain».

Dans la course aux emplois déplacés en raison du Brexit, la place financière allemande Francfort semble néanmoins faire la course en tête, Amsterdam, Dublin et Luxembourg ayant aussi reçu quelques promesses. La plupart des banques et sociétés financières attendent toutefois de connaître les détails sur les conditions de la sortie britannique avant d'éventuellement concrétiser leurs plans de déplacements d'une partie de leur activité hors du Royaume-Uni.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • kikou le 07.03.2018 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    Dehors, c est dehors alors pas de compromise pour le secteur financier anglais qui est le plus puissant d Europe. Ne laissons pas le loup dans la bergerie et si les institutiosn financières ne sont pas contentes, ells peuvent déménager et s installer dans les autres pays de l U.E.

  • Realiste Man le 07.03.2018 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il est hors de question d'accepter cela! L'Europe ne doit pas céder sur ce point! Ils ont voulu partir alors CIAO! de toute façon ils ne voulaient que les avantages sans les inconvénients...

  • jean le 07.03.2018 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    Si sortir de l'Europe veut dire retrouver son indépendence, ne plus cotiser pour les autres , et conserver les avantages commerciaux, Alors je suis pour la sortie de l'europe. Signer un tel accord revient a signer la fin de L'UE.

Les derniers commentaires

  • Hofcat le 09.03.2018 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    La place financière de Londres est bien plus opaque (considérons par exemple le nombre de milliardaires russes à la fortune d'origine étrange domiciliés dans cette ville) et puissante que celle du Luxembourg. Mais l'UE a le Luxembourg dans le colimateur et est au contraire très accommodante avec Londres...

  • Head of Marketing le 07.03.2018 18:32 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut que la Grande-Bretagne conserve ses privilèges financiers concernant l'accès au marché unique malgré le Brexit.

  • fredy le 07.03.2018 15:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dehors!

  • Le Curieux le 07.03.2018 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ne pas simplement appliquer les mêmes conditions comme pour des autres pays non-membres de l'UE comme la Suisse par exemple ?

    • Klein le 07.03.2018 23:27 Report dénoncer ce commentaire

      Parce-ce qu’on applique pas des conditions comme par un claquement de doigts. La Suisse a accès au marché commun seulement grâce à plus de 100 accords bilateraux (qui dit bilateral, signifie accord négocié(!) entre les 2 blocs). La Suisse contribue au budget européen, doit inconditionellement adopter toutes les lois européennes, ne peut instaurer ses propres lois que si elles sont “euro-compatibles” .. etc .. toutes des choses que la GB ne veut pas.

  • jean le 07.03.2018 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    Si sortir de l'Europe veut dire retrouver son indépendence, ne plus cotiser pour les autres , et conserver les avantages commerciaux, Alors je suis pour la sortie de l'europe. Signer un tel accord revient a signer la fin de L'UE.