Réfugié en Belgique

06 novembre 2017 09:07; Act: 06.11.2017 11:31 Print

Carles Puigdemont reste en liberté sous conditions

Le président catalan destitué et quatre de ses anciens ministres sont finalement ressortis libres du bureau d'un juge d'instruction belge au terme d'une longue journée d'audition.

storybild

Carles Puigdemont et ses conseillers ont interdiction de quitter le territoire belge. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Conformément aux réquisitions du parquet de Bruxelles, les cinq Catalans réfugiés en Belgique depuis une semaine ont été laissés en liberté sous conditions, dimanche soir, dans l'attente de l'examen des mandats d'arrêt émis par l'Espagne à leur encontre. Carles Puigdemont et ses conseillers (ministres) ont interdiction de quitter le territoire belge, doivent avoir une adresse fixe, et devront se présenter «personnellement» à toute convocation de la justice et de la police, a précisé le parquet de Bruxelles.

L'avocat de M. Puigdemont, qui a quitté les locaux du parquet vers 23h45, n'a fait aucun commentaire, a constaté une journaliste de l'AFP. Il revient maintenant à une autre juridiction, la Chambre du conseil, de se prononcer sur l'exécution du mandat d'arrêt, dans les 15 prochains jours. Les cinq dirigeants séparatistes sont depuis vendredi soir sous le coup d'un mandat d'arrêt européen émis par la justice espagnole devant laquelle ils ont refusé de comparaître.

Opposition au mandat d'arrêt

Une juge d'instruction espagnole a émis ces mandats pour «rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l'autorité», une semaine après la proclamation de la «République de Catalogne», restée sans effet et aussitôt suivie d'une mise sous tutelle de la région par Madrid. Les cinq Catalans s'étaient rendus d'eux-mêmes au siège de la police fédérale, dimanche, peu après 9h, et le juge disposait de 24 heures pour se prononcer: délivrer un mandat d'arrêt - dans ce cas les personnes sont envoyées en prison - soit les laisser libres, éventuellement sous condition ou sous caution.

Le mandat d'arrêt européen a été créé pour faciliter l'extradition entre États membres, mais une procédure judiciaire probablement assez longue devrait cependant s'ouvrir. M. Puigdemont et son avocat ont en effet déjà annoncé leur volonté de s'opposer à ce mandat. «Je vais aller à la justice mais à la vraie justice», avait déclaré à la télévision belge RTBF Carles Puigdemont.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • tonton buzz le 06.11.2017 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il dit qu'il va aller à la vraie justice, et pourquoi n'aurait-il donc pas fait un "VRAI" référendum et pas un simulacre.

  • Isa le 06.11.2017 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Puigdemont est-il réélement plus en sécurité à Bruxelles qu'en Catalogne?

  • Raphaël le 06.11.2017 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que Puigdemont a fait est très grave. Faites cela dans n'importe quelle démocratie et vous verrez que la justice vous arrête. L'Espagne a laissé faire la Catalogne trop longtemps qui a mis en place un processus très organisé de séparatisme, financé avec les impôts de tous les Espagnols, avec la complicité de los Mossos, de l'enseignement public catalan (endoctrinement hispanophobe), des associations catalanes appelant à la rébellion, de TV3 (la chaîne idéologique du séparatisme), en violation des lois du propre Parlement catalan. D'autres arguments?

Les derniers commentaires

  • Raphaël le 06.11.2017 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que Puigdemont a fait est très grave. Faites cela dans n'importe quelle démocratie et vous verrez que la justice vous arrête. L'Espagne a laissé faire la Catalogne trop longtemps qui a mis en place un processus très organisé de séparatisme, financé avec les impôts de tous les Espagnols, avec la complicité de los Mossos, de l'enseignement public catalan (endoctrinement hispanophobe), des associations catalanes appelant à la rébellion, de TV3 (la chaîne idéologique du séparatisme), en violation des lois du propre Parlement catalan. D'autres arguments?

    • La Mouche le 06.11.2017 17:46 Report dénoncer ce commentaire

      d'où est venu cette volonté indépendentiste si ce n'est la suppression des droits autonomiques en 2010 garantie par la constitution? financement par les impôts espagnols alors que la catalogne est un contributeur net de l'espagne à hauteur de 10 à 18 milliards par an.? Sinon pour vous ne pas vouloir charger une population de votants pacifiques, c'est de la complicité? Quant à l'hispanophobie, avez vous la moindre idée de la catalanophobie existante en Espagne, que j'ai moi-même subi pendant des décénies?

    • Catalunya lliure le 06.11.2017 20:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ la mouche. Habitez-vous encore tj en Catalogne? Si vs pouvez me repondre a moins que cela aille contre le principe de donner trop d'info sur soi. Merci

    • La Mouche le 07.11.2017 20:20 Report dénoncer ce commentaire

      non, je suis au GDL maintenant, j'en avais marre d'être un ennemi chez moi. Ici, c'est un pays respectueux où on s'en fiche que je sois de catalogne. Par contre j'ai de la famille là-bas et apparemment, l'anticatalanisme a empiré en 5 ans en Espagne et ils disent ça alors qu'ils sont unionistes. Il suffit de voir les commentaires sur les articles des journaux espagnols : insultes, appels à la violence etc...

  • Lulu le 06.11.2017 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Espagnols au pouvoir central à Madrid ont eu raison de ne pas accorder l'indépendance à la Catalogne, vu que ce n'est pas dans leur constitution. Par contre, ils ont exagéré avec le fameux article 155, ça va trop loin.

  • tonton buzz le 06.11.2017 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il dit qu'il va aller à la vraie justice, et pourquoi n'aurait-il donc pas fait un "VRAI" référendum et pas un simulacre.

    • La Mouche le 06.11.2017 11:10 Report dénoncer ce commentaire

      Parce qu'on lui a interdit et que le gouvernement central a refusé toute discussion avec lui, alors qu'il a été élu pour faire ce referendum... tout simplement :)

    • Klein le 06.11.2017 11:32 Report dénoncer ce commentaire

      Il dit la vrai justice alors devant le tribunal européen et il verrat ou il vit . Jusqu'à maintenant , lui et ces comparses se sont remplis les poches , maintenant c'est l'heure de payer . Vous savez qu'il y a toujours une minorité qui sont pour les dictateurs et autres manipulateurs .

    • Catalunya lliure le 06.11.2017 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Klein. Remplis les poches? Voua avez des preuves?

  • La Mouche le 06.11.2017 10:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Belgique, liberté surveillée. En Espagne, emprisonnement inconditionnel., dont celui à venir de Forcadell... on voit la différence niveau démocratie...

    • Nieva le 06.11.2017 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      C'est temporaire, la jsutice Belge finira par décider de les extrader, on s'efforce juste de sauver la face des deux côtés.

    • La Mouche le 06.11.2017 12:24 Report dénoncer ce commentaire

      oui je sais, mais au moins ils les ont laissé en liberté surveillée, ce qu'ils n'ont pas fait en Espagne où la juge les a emprisonné directement à la sortie de l'audience (où ils sont venus de leur plein gré) pour motif de risque de "destruction de preuves" et de "fuite". Les preuves, la juge en a plus qu'il ne lui en faut et ont été filmées par toutes les télévisions du monde et pour la fuite, il suffisait juste de confisquer les papiers d'identité. Là, il s'agit de punir avant même d'avoir un procès. L'Espagne a encore beaucoup à apprendre en terme de démocratie...

    • LeBelge le 06.11.2017 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      Arrêtez, votre obstination devient ridicule. Il s'agit de détention préventive. Vous n'avez certainement pas eu accès au dossier et si le juge les a placé en détention préventive, c'est qu'il y avait un risque réel. Vous minimisez les faits. Outre les faits de sédition et rébellion (qui sont des faits graves en Espagne, ne vous en déplaise), ils sont aussi accusés de détournement de fonds. Et pour ce type de faits, il y a en effet un grand risque de destruction de preuve. Alors arrêtez et laissez la justice faire son travail. Mais en général, quand on a rien à se reprocher, on ne s'enfuit pas!

    • La Mouche le 06.11.2017 14:00 Report dénoncer ce commentaire

      Il ne s'agit pas de détention préventive mais d'emprisonnement inconditionnel (terme utilisé par la juge). Alors oui, sédition et rébellion ok et quant au détournement de fonds utilisé pour organiser le référendum, ils auraient du le payer de leur poche? On aurait très bien pu juste leur interdire l'accès à la Generalitat où sont stockés les documents. On ne voit pas autant d'ardeur pour les membres du parti populaire qui sont accusés du même fait. Ce n'est pas de l'obstination, c'est juste que je fais l'effort de voir les 2 côtés et de lire la presse espagnole.

    • La Mouche le 06.11.2017 14:06 Report dénoncer ce commentaire

      De plus, j'ajouterais qu'ils n'ont pas fui, ils sont allés en quete de soutien de leurs amis indépendentistes flamands avant le mandat d'arrêt et consulter l'avocat spécialiste des droits de l'homme qui est basé à Bruxelles. Puis ils se sont livrés eux mêmes à la police, dans un pays où ils ont une chance d'avoir un procès équitable. S'il rentrent en Espagne, c'est la prison direct avant procès. Ils sont déjà considérés comme coupables. Vous sous-estimez la pression politique que subit la juge.

    • LeBelge le 06.11.2017 14:37 Report dénoncer ce commentaire

      Prenons une analogie. Admettons que je sois un fervent défenseur des drogues douces et aussi comptable pour l'état. Pour convaincre tout le monde du bien fondé de ma cause, je vais utiliser un peu d'argent de l'état pour faire des cultures et en distribuer le produit au prix de revient. Tout ça est bien sûr illégal. Si je fais cela, je serai inquiété par la justice et la majorité du peuple demandera des sanctions. C'est normal, c'est illégal. Et si je vais me réfugier chez des amis à Barcelone (où ils sont beaucoup plus tolérants pour cela), tout le monde considérera cela comme une fuite.

    • LeBelge le 06.11.2017 14:46 Report dénoncer ce commentaire

      ...Même si je me livre à la police. Dans ce cas, les délits ont été commis en Espagne, il est normal qu'ils soient jugés en Espagne. Évitez de confondre l'Espagne avec une dictature Stalinienne. Evidemment qu'ils sont déjà considéré comme coupables. Comme vous l'avez dit vous même, il y a des preuves filmées par toutes les télévisions. En justice, la culpabilité peut-être avérée avant un procès. Dans ces cas, le procès n'a pour but que d'éclaircir et établir la peine. Pour la détention préventive, vous jouez sur les mots, inconditionnel = libération conditionnelle impossible!

    • La Mouche le 06.11.2017 17:48 Report dénoncer ce commentaire

      @Le belge : le principe même de la justice, c'est d'être innocent jusqu'à preuve du contraire lors d'un procès équitable. Et concernant la dictature en Espagne, croyez moi, j'en connais un rayon... Pour rappel, le parti populaire au pouvoir a été créé par des franquistes

    • LeBelge le 06.11.2017 21:18 Report dénoncer ce commentaire

      Si vous tuez quelqu'un devant 200 témoins, vous irez en prison avant d'être jugé. Vous restez présumé innocent, mais il ne fait aucun doute que tout est contre vous. Je sais, je prends une image forte. Mais, même si ça vous dépasse et que ce n'est pas votre avis, les faits reprochés sont aussi graves aux yeux de la loi espagnole. Concernant le PP, en 30 ans, beaucoup de choses ont changé. Comme tout le reste du monde autour de vous... Heureusement!

    • La Mouche le 07.11.2017 20:16 Report dénoncer ce commentaire

      Détrompez vous, le PP n'a pas changé en 30 ans, à part qu'il est moins vindicatif et plus sournois . Regardez les casseroles qu'il traine avec ses procès en cours. Sinon, le PP vient de dire que si les indépendistes gagnaient les élections, ils réappliqueraient le 155 pour dissoudre le nouveau Parlement. Super démocratique comme pratique!

  • Isa le 06.11.2017 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Puigdemont est-il réélement plus en sécurité à Bruxelles qu'en Catalogne?

    • heli europeen le 06.11.2017 10:02 Report dénoncer ce commentaire

      qui sème le vent récolte le tempête. les autorités compétentes l on quand même prévenu de na pas continuer sur cette ligne indépendantiste et de respecter les engagements pris par ses prédécesseurs sur la constitution rédigée en accord avec toutes les régions Espagnoles. ce monsieur se croit il au dessus des lois , la liberté s'arrête la ou tu empiètes sur celle des autres.

    • Peter le 06.11.2017 11:11 Report dénoncer ce commentaire

      Sur quelle base historique ou matérielle s'appuie votre affirmation : "constitution rédigée en accord avec toutes les régions Espagnoles" ??? Est-ce factuel ou est-ce votre conviction?

    • heli europeen le 06.11.2017 11:31 Report dénoncer ce commentaire

      M Peter allez sur Wikipédia et lisez la constitution espagnole la principale différence entre la notion de communautés autonomes (à l'espagnole) et l'État fédéré, réside dans le fait que les communautés autonomes espagnoles ne disposent pas de l'indépendance judiciaire (art. 149 de la Constitution alinéa 5 et art. 150 ), l'Espagne possède une organisation judiciaire commune pour les communautés et l'État central, ainsi les tribunaux de justice sont compétents. avril 1978

    • @heli le 06.11.2017 13:51 Report dénoncer ce commentaire

      Vous ne répondez pas à la question.

    • Kim Vartanian le 06.11.2017 13:58 Report dénoncer ce commentaire

      La question n'est pas de savoir ce que dit la constitution.

    • La Mouche le 06.11.2017 14:08 Report dénoncer ce commentaire

      '@heli : quitte à lire la constitution je vous propose de lire l'article 2 (pas que la partie sur l'Espagne une et indivisible, mais celle qui garantie les droits à l'autonomie qui ne peuvent être remis en cause) et l'article 156 (qui garantie l'autonomie financière des régions, qui a pourtant été abolie pour la Catalogne en 2010 sur demande de Rajoy). Madrid a été la première à ne pas respecter la constitution en 2010 et la première à se réfugier derrière elle en 2017 contre le référendum

    • heli europeen le 06.11.2017 14:43 Report dénoncer ce commentaire

      @mouche le problème d 'un referendum c 'est qu'il n y a pas d'avis c'est oui ou non , on a eu le cas en France avec Chirac sur l Europe. je pense que c'est beaucoup plus complexe que cela et encore un exemple avec l'Angleterre et son Berxit tout cela nous mène a quoi? soyons plus unis on pourra avoir plus de poids face aux puissances mondiales c'est important pour notre avenir et nos jeunes. Ce genre de personnage doit être écarté de la vie politique.

    • LeBelge le 06.11.2017 15:01 Report dénoncer ce commentaire

      Si quelqu'un vient voler chez vous, ça ne vous donne pas le droit de le tuer pour autant. Et le voleur (ou sa famille) reste autorisé à vous poursuivre si vous le blessez grièvement (ou tuer). Concernant l'autonomie, seule une partie minime des articles ont été annulés par le tribunal constitutionnel (et non par Rajoy).

    • LeBelge le 06.11.2017 15:16 Report dénoncer ce commentaire

      @heli europeen, je n'irai pas jusque-là, je ne partage le point de vue égoïste de ce genre de personnage, mais il a parfaitement le droit de défendre ses idées en politique. Aussi mauvaises soient-elles. Par contre, il doit le faire en respectant la loi. Comme tout citoyen.

    • La Mouche le 06.11.2017 17:39 Report dénoncer ce commentaire

      @Lebelge : les articles supprimés par le conseil constitutionnel sur demande du parti populaire de Rajoy majoritaire au parlement (qui a désigné 8 des 12 juges - 4 pour chaque chambre) concernent l'autonomie budgétaire et financière, que d'autres régions ont gardé. Ce qui est le coeur du problème qui a créé cette crise. S'il n'avait pas retoqué ces statuts, les catalans n'auraient pas élus des partis indépendentistes au Parlement. Redonnez à la Catalogne ces droits supprimés sans raison valable et vous verrez l'indépendentisme fondre comme neige au soleil.

    • LeBelge le 06.11.2017 21:05 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vous qui le dites. Vous dites que Rajoy n'est pas tout blanc. Très bien. Vous avez certainement raison sur ce point. Mais ça n'excuse rien. Encore une fois, ce n'est pas parce que votre voisin commet un délit, que vous avez le droit de l'écraser avec votre voiture. Pour rappel aussi, malgré les agissements que vous dénoncez, la majorité des Catalans sont bel et bien contre l’indépendantisme.

    • La Mouche le 07.11.2017 20:13 Report dénoncer ce commentaire

      Je dis que Rajoy et Puigdemont ne sont pas tout blanc. Rajoy pour avoir refusé le dialogue depuis des années et répondant par la force et Puigdemont qui a été tétu de lui forcer la main. Concernant la majorité de catalans contre, j'en suis moins convaincu que vous, pour moi c'est du 50-50,parce que si c'était le cas, il aurait fallu laisser faire le referendum et que le non l'emporte ce qui aurait éteint les indépendentistes pour des années.