Catalogne

05 décembre 2017 11:29; Act: 05.12.2017 12:05 Print

Madrid retire le mandat d'arrêt contre Puigdemont

L'Espagne retire le mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont mais le mandat d'arrêt espagnol reste en vigueur.

storybild

Le président déchu de la Catalogne fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt espagnol. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'Espagne a retiré les mandats d'arrêt européens visant le président catalan destitué Carles Puigdemont, candidat aux élections du 21 décembre, et quatre de ses ex-ministres régionaux qui avaient fui avec lui en Belgique, a annoncé la Cour suprême mardi. Le juge d'instruction de la Cour suprême maintient cependant le mandat d'arrêt espagnol contre eux et ils seraient arrêtés à leur retour en Espagne, ont expliqué des sources de la Cour.

Dans son ordonnance le juge relève que depuis l'émission des mandats d'arrêt européens contre Carles Puigdemont, Antonio Comin, Lluis Puig, Meritxell Serret et Clara Ponsatíles, les cinq inculpés «ont manifesté l'intention de retourner en Espagne pour y exercer des mandats électoraux» en se portant candidats aux élections régionales. Il explique vouloir éviter le risque que la justice belge ne retienne pas tous les chefs d'inculpation qui pèsent sur l'ensemble des dirigeants indépendantistes qui ont préparé la sécession manquée de la Catalogne.

Exil belge

Il fait valoir qu'il s'agit d'éviter «une distorsion substantielle» dans le traitement judiciaire des mis en examen, car ceux qui sont restés en Espagne risqueraient plus que que ceux qui ont quitté le pays. Cette décision a créé la surprise, alors que la justice belge devait rendre sa décision le 14 décembre sur l'extradition des cinq anciens dirigeants indépendantistes catalans.

Carles Puigdemont et ses quatre collègues s'étaient installés en Belgique le 30 octobre, pour échapper aux poursuites. Tous sont poursuivis pour «rébellion», «sédition» et «détournement de fonds publics», dans une enquête sur le processus ayant débouché le 27 octobre sur une proclamation unilatérale de la «République catalane» à Barcelone. Les avocats des Catalans à Bruxelles avaient annoncé qu'ils épuiseraient toutes les voies de recours pour rester en Belgique, au moins au-delà du 21 décembre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raphaël le 05.12.2017 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Intelligente décision coupant nette la possibilité que la Belgique puisse avoir une juridiction sur la justice espagnole. En clair: la Belgique ne peut plus décider quels crimes peuvent être jugés et quels crimes ne devraient pas l'être. Car la Belgique exclut p.ex. la rébellion. En Espagne, Puigdemont est accusé pour cela. Tout cela ne change rien au fait que Puigdemont (exilé de son plein gré) puisse rentrer tout seul sans se faire arrêter.

  • Pedro le 05.12.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    Informez vous convenablement !!! Ils on retiré le mandat d'arrêt EUROPEEN. Le juge estime que la justice belge n'a pas a dicter a la justice espagnole ce qu'elle doit faire ou pas. Le mandat d'arrêt est toujours de vigueur et Puigdemeont sera arrêté dès qu'il mettra ses pieds sur le territoire espagnol, jugé ET condamné. L'Espagne, Une, Grande, Libre!

  • Europe vs Souveraineté, vive le flou! le 05.12.2017 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Bref, tu te casses et laisses les autres sur l'échafaud mais quand tu reviendras tu risqueras moins que ceux qui ont assume leur conviction jusqu'au bout! Belle mentalité...et belle justice! Que du bonheur, ca donne vraiment envie de se battre pour ces convictions en démocratie et en Europe tiens! Bel exemple aussi pour nos futurs énarques, la voie est toute tracée et nos valeurs à défendre connues!...(ironique!)

Les derniers commentaires

  • Pedro le 05.12.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    Informez vous convenablement !!! Ils on retiré le mandat d'arrêt EUROPEEN. Le juge estime que la justice belge n'a pas a dicter a la justice espagnole ce qu'elle doit faire ou pas. Le mandat d'arrêt est toujours de vigueur et Puigdemeont sera arrêté dès qu'il mettra ses pieds sur le territoire espagnol, jugé ET condamné. L'Espagne, Une, Grande, Libre!

    • LiNh le 06.12.2017 16:14 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne comprends votre commentaire dans la mesure où tous les commentaires ici abondent dans le sens du votre...

  • Raphaël le 05.12.2017 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Intelligente décision coupant nette la possibilité que la Belgique puisse avoir une juridiction sur la justice espagnole. En clair: la Belgique ne peut plus décider quels crimes peuvent être jugés et quels crimes ne devraient pas l'être. Car la Belgique exclut p.ex. la rébellion. En Espagne, Puigdemont est accusé pour cela. Tout cela ne change rien au fait que Puigdemont (exilé de son plein gré) puisse rentrer tout seul sans se faire arrêter.

    • LeBelge le 05.12.2017 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      Intelligente, peut-être. En tout cas il est certain qu'ils ne retourneront désormais plus en Espagne et que la Belgique va en hériter.

    • Raphaël le 05.12.2017 15:39 Report dénoncer ce commentaire

      C'est l'Europe @LeBelge. Tous les citoyens ont le droit de circuler, s'établir, travailler, ou fuir la justice, même ceux qui ont fait un coup d'Etat.

  • Europe vs Souveraineté, vive le flou! le 05.12.2017 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Bref, tu te casses et laisses les autres sur l'échafaud mais quand tu reviendras tu risqueras moins que ceux qui ont assume leur conviction jusqu'au bout! Belle mentalité...et belle justice! Que du bonheur, ca donne vraiment envie de se battre pour ces convictions en démocratie et en Europe tiens! Bel exemple aussi pour nos futurs énarques, la voie est toute tracée et nos valeurs à défendre connues!...(ironique!)

    • Pas très clair le 05.12.2017 13:32 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne comprends pas en quoi le problème viendrait de l'Europe (ou de la "justice"). Comme il est indiqué dans l'article, c'est Puigdemont qui, en partant en Belgique, a tenté de profiter du système, et l'Espagne l'a intelligemment empêché d'en profiter.

    • Phoenix le 05.12.2017 13:47 Report dénoncer ce commentaire

      Vous n'avez pas compris le texte visiblement, relisez... C'est justement dans un souci d'équité qu'il en a été décidé ainsi. Pour que les fuyards soient jugés aussi "durement" que ceux restés au pays. Pas la peine de vous enflammer du coup...

    • Pablo le 05.12.2017 13:53 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez mal compris, Puigdemont risque davantage s'il revient de son plein gré en Espagne que s'il avait été arrêté en Belgique.

  • LiNh le 05.12.2017 12:45 Report dénoncer ce commentaire

    Stratégie ? Ainsi Puidgdemont n'a plus aucune voie de recours. Un pas une Espagne avant ou après les élections du 21 décembre et hop au niouf. Plus de recours, plus de délai et l'affaire est réglée...