Centrale nucléaire en Moselle

22 mars 2018 10:22; Act: 22.03.2018 11:15 Print

Des plans de Cattenom dérobés dans une voiture

AMNÉVILLE - Plusieurs véhicules garés sur le parking du Snowhall ont été fracturés, le vendredi 16 février dernier, dont l'un appartenant à un prestataire d'EDF.

storybild

Les documents volés contiennent des informations «sensibles» sur la centrale de Cattenom. (photo: AFP/Patrick Hertzog)

Sur ce sujet

Des informations sensibles sur les centrales nucléaires de Cattenom (Moselle), Flamanville (Manche) et Paluel (Seine-Maritime) ont été volées à l'intérieur d'une voiture stationnée sur le parking du Snowhall, le vendredi 16 février. Un des véhicules fracturés par les malfrats ce jour-là appartenait en effet à un prestataire du groupe EDF, qui serait chargé de la sécurité des trois sites, relate Le Républicain Lorrain.

Les voleurs ont emporté un ordinateur portable professionnel, le numéro de badge de son propriétaire ainsi que deux clés USB standard contenant des photographies prises à l'intérieur des trois centrales nucléaires et des plannings précis. Selon un expert contacté par le quotidien lorrain, les informations contenues sur ces clés peuvent donner accès au circuit interne des centrales et à des «renseignements précis» sur les réacteurs.

L'ordinateur portable, en revanche, bénéficie d'un système de protection des données qui le rendrait inexploitable par un tiers. Enfin, la victime du vol a fait désactiver son badge au niveau national pour que son nouveau possesseur ne puisse pénétrer dans aucun site nucléaire sur le territoire français.

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Toxik le 22.03.2018 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comment un employé ayant un tel niveau de responsabilité au sein d'EdF peut-il faire preuve d'autant de négligence!

  • Francois de France le 22.03.2018 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    incroyable demonstration de notre incapacité.Il ne suffit pas qu'on mette en danger nos pays voisins avec notre egoncentrisme archaique, maintenant on paume encore la notice d'utilisation de notre bombe à retardement

  • Jean II le 22.03.2018 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incompréhensible que des documents de cette importance se trouvent à la vue de tous , même pas rangés dans le coffre . Cette personne devrait être poursuivie au lieu de peut-être se distraire sur Amneville !!!

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 23.03.2018 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Le Républicain Lorrain et son "expert " veulent ils faire le buzz??Informations sensibles etc...de qui se moque t 'on?Fake news ou pas affaire à suivre.

  • Django le 23.03.2018 15:56 Report dénoncer ce commentaire

    Mais vous êtes dupe ou quoi???

  • ladeux le 23.03.2018 10:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo EDF. on était déjà pas en sécurité tout court avec cattenom mais là.... C'est certain que l'on doit conclure au pire

  • Roxio le 23.03.2018 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    A qui profite le crime ?

  • Albert le 23.03.2018 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de panique. Ces usines sont les plus sûres au monde. Aucun mort, aucun blessé, aucun accident, aucun incident, aucun gramme de CO2 émis, n'a jamais été rapporté. Il est prouvé ( lu sur internet ) que l'histoire des cinq réacteurs exposés est un fake news. Cooool, il n'y a pas de soucis, on gère.