Autorité de sûreté nucléaire

05 avril 2016 10:20; Act: 05.04.2016 12:07 Print

«Il n’y a pas de problème à Cattenom»

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) estime que les vieilles centrales nucléaires françaises ne posent pas de «problèmes spécifiques».

storybild

«Le contexte est préoccupant» admet le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). (photo: L'essentiel/Marion Chevrier)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Prolongation ou arrêt des centrales, constructions difficiles, prise en charge des risques: le nucléaire français est confronté à des enjeux «d'une ampleur sans précédent», explique Pierre-Franck Chevet, président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Les vieilles centrales nucléaires françaises, Fessenheim, Bugey ou Cattenom sont dans le collimateur de certains de nos voisins. Sont-elles dangereuses?

Pierre-Franck Chevet, président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN): L'ASN considère qu'il n'y a pas de problèmes spécifiques à Fessenheim, à Bugey ou Cattenom. Il y a toujours eu une contestation des Suisses, des Luxembourgeois et des Allemands. Mais on peut se demander pourquoi, cette fois, ces contestations sont groupées dans le temps.

Comment se porte la sûreté nucléaire française?

Elle est normale, satisfaisante, mais nous rentrons dans une phase qui comporte des enjeux de sûreté d'une ampleur sans précédent, comme la prolongation, ou non, de la vie des centrales mais aussi les constructions difficiles d'installations nouvelles. Nous n'avons pas obtenu les moyens supplémentaires dont nous avons besoin pour gérer ces enjeux. Les dossiers s'accumulent. Je vais donc devoir établir des priorités et privilégier les installations en fonctionnement car elles ont du combustible et présentent des risques. Des enjeux majeurs qui montent, des opérateurs industriels et des organismes en charge, nous y compris, qui ne sont pas en pleine situation d'y faire face: le contexte est préoccupant.

Qu'est ce qui conditionne l'avis de l'ASN pour la prolongation des centrales?

Ce rendez-vous de la prolongation ou de l'arrêt des réacteurs est essentiel. Il ne s'agit pas simplement de vérifier que les réacteurs n'ont pas subi de dégradation mais de se rapprocher autant que possible des normes modernes de sûreté (NDLR: comme le standard applicable à l'EPR de Flamanville), nettement plus élevées que les standard anciens. Nous avons quatre ou cinq sujets techniques majeurs, compliqués, qu'on doit étudier avant de rendre un avis générique fin 2018.

Qu'en est-il des risques qui menacent nos centrales?

Les mesures qui ont été prises après Fukushima vont dans le bon sens aussi bien pour la sûreté que pour la sécurité. Mais une centrale ne peut pas résister à tout type d'agresseur. Je ne suis pas en charge de la sécurité des centrales, c'est à dire des agressions malveillantes, comme le terrorisme. Mais globalement sûreté et sécurité vont de pair. Si la centrale est solide, elle peut résister à de fortes agressions externes.

Quels points d'amélioration sont en cours?

Un point qu'on étudie, à la fois de sûreté et de sécurité, ce sont les piscines des bâtiments des réacteurs. Quand vous avez un accident nucléaire, le principe de base c'est de pouvoir refroidir le réacteur. Il faut une source d'eau, des pompes pour amener de l'eau et des groupes électrogènes. Ce dispositif entraîne des modifications. EDF les chiffre à une dizaine de milliards d'euros. Ce n'est pas anecdotique. Ces aménagements, inclus dans les mesures post-Fukushima, ont été mis en place sous forme mobile. Il faut maintenant les construire en dur. Cela prendra entre cinq à dix ans.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Georges le 05.04.2016 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étant donné qu'il n'y a pas de risques majeurs, le Luxembourg devrait proposer qu'une centrale soit installée dans la proche banlieue parisienne...

  • Magnum le 06.04.2016 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est beaucoup mieux qu'une central à charbon!

  • charles le 05.04.2016 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    l'Autorité de sûreté nucléaire, n'est pas indépendante, elle contrôle au nom de l'état Français la sûreté des centrales nucléaires. Elle ne vas pas cracher dans la main de celui qui la nourrit !

Les derniers commentaires

  • No problem, just wait and see. le 09.04.2016 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Á les écouter il n'y a jamais de problèmes à Cattenom jusqu'au jour ou il y en aura un très très gros et là ils vont jouer les étonnés.

  • Golfe le 06.04.2016 16:14 Report dénoncer ce commentaire

    Ya pas de problème et c'est écolo tant que ça pète pas, mais le jour où ça pétera du fait de quelque chose qu'on pouvait pas prévoir...

  • indépendance et transparence chéries le 06.04.2016 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Faites vous plaisir, pétitionnez ! En parlant d'indépendance du régulateur, comment s'appelle le régulateur "indépendant" de la place financière luxembourgeoise ?

  • Magnum le 06.04.2016 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est beaucoup mieux qu'une central à charbon!

  • YoDe le 06.04.2016 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Et si chaque commune produit son electricte et eau chaude grace a la geothermie? On aurait qu'a payer les techniciens qui entretiendront ce circuit d'energie gratuite?

    • Jonathan le 06.04.2016 16:10 Report dénoncer ce commentaire

      Je vous invite à voir ce qui s'est passé à Staufen-en-Brisgau ou Lochwiller...