Exercice à Cattenom

26 juin 2013 09:34; Act: 26.06.2013 10:56 Print

«Le souci est que chaque pays a sa philosophie»

CATTENOM - Alors que depuis mardi un exercice transfrontalier se déroule sur le site nucléaire lorrain, un expert luxembourgeois explique les difficultés rencontrées.

storybild

Impliquant les autorités française, allemande, belge et luxembourgeoise, ce test grandeur nature s'étalant sur trois jours vise à coordonner les services de secours de la Grande Région. (photo: Editpress)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Hasard du calendrier, moins d'une semaine après les récents incidents qui ont émaillé la vie de la centrale de Cattenom, un exercice de grande ampleur se déroule sur le site lorrain. Impliquant les autorités française, allemande, belge et luxembourgeoise, ce test grandeur nature s'étalant sur trois jours vise à coordonner les services de secours de la Grande Région.

Différents services qui se préparent à agir ensemble dans le cadre d'une crise liée à un accident nucléaire. Un objectif de «coopération nationale et transfrontalière entre les cellules de crise des membres de la Grande Région» et de «coordination des mesures d'urgence» qui se heurte toutefois à des réalités concrètes.

Une carte interactive des zones contaminées par une fuite potentielle

Bien que de tels exercices aient déjà été réalisés par le passé, les différentes autorités font face à des problématiques qui dépassent les services de secours eux-mêmes. «Le souci que nous rencontrons tient principalement au fait que chaque pays a sa propre philosophie concernant Cattenom, indique Patrick Breuskin, ingénieur nucléaire de la division de radioprotection du ministère de la Santé, contacté mercredi par L'essentiel Online. Il est actuellement difficile de trouver un accord entre les différents pays participant à cet exercice de grande ampleur. Ce qui faciliterait pourtant le travail de tous».

Cet exercice, qui se déroule entre mardi et jeudi, vise non seulement à améliorer la collaboration des différents services de secours, mais également à la création d'une carte interactive des zones contaminées par la fuite potentielle de matière radioactive dans la Grande Région. Objectif: permettre à chaque pays concerné d'établir les procédures d'aide à la population. À noter que les conclusions de cet «exercice nucléaire 3 en 1» seront communiquées vendredi.

(Jmh et if/L'essentiel Online)