07 janvier 2015 13:14; Act: 07.01.2015 14:57 Print

12 morts dans l'attaque contre «Charlie Hebdo»

Un attentat perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique «Charlie Hebdo» par deux hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins douze morts, mercredi en fin de matinée.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

François Hollande, qui s'est rapidement rendu sur place, a déclaré qu'il s'agissait «d'un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute». Il s'adressera au pays à 20h depuis l'Élysée. Selon des témoins, les agresseurs ont crié «nous avons vengé le prophète!», a affirmé une source policière. Parmi ces douze morts, figurent deux policiers, a précisé le parquet de Paris. L'un d'entre eux, tué dans les locaux, assurait la protection du dessinateur Charb (NDLR: le dessinateur et directeur de la publication), a précisé une source proche de l'enquête. Le président de la République a précisé que quatre autres personnes étaient grièvement blessées et «dans une situation d'urgence absolue». Selon le parquet il y aurait au moins trois autres blessés. François Hollande a dénoncé un «acte d'une exceptionnelle barbarie». Le plan Vigipirate a été relevé à «alerte attentats», le niveau le plus élevé, dans toute l'Île-de-France, a annoncé Matignon. Une réunion ministérielle est prévue à 14h, à l'Élysée.

«Vers 11h30, deux hommes, armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquettes, ont fait irruption» au siège du journal satirique dans l'est parisien. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre, a décrit une source proche de l'enquête. En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite pris la fuite en voiture, braqué un automobiliste, porte de Pantin, et percuté un piéton. «Je pense qu'il y a des victimes», avait déclaré juste après par téléphone à l'AFP, le dessinateur Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué. Un journaliste qui travaille dans des locaux en face de Charlie Hebdo a décrit sur iTELE «des corps à terre, des mares de sang, des blessés très graves». «Les gens de Charlie Hebdo sont venus s'asseoir dans nos locaux pour être un peu au calme», a-t-il raconté. «J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq», a déclaré à l'AFP, Michel Goldenberg, qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert.

Charlie Hebdo «faisait l'objet d'une protection policière»

Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté à l'AFP avoir entendu «à 11h30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes». Selon un témoin auditif, employé du théâtre situé derrière le siège de l'hebdo, «c'était fort, répété, très impressionnant, on a eu peur». Dans un atelier voisin, une dizaine d'employés se sont réfugiés dans une pièce. «Il y a eu plusieurs tirs, des échanges avec les policiers», témoigne l'un d'eux, indiquant que les policiers du commissariat à proximité sont arrivés très vite. Sans qu'on sache s'il y a un lien avec cette attaque, Charlie Hebdo a fait la une de son dernier numéro paru ce mercredi avec «les prédictions du mage Houellebecq: en 2015 je perds mes dents... En 2022 je fais Ramadan!».

L'avocat de l'hebdomadaire, Richard Malka, a précisé sur iTELE que Charlie Hebdo «faisait l'objet d'une protection policière depuis l'affaire des caricatures de Mahomet (NDLR: en 2006) et jusqu'à aujourd'hui. Charb était protégé par le service de protection des personnalités. Les menaces étaient constantes. C'est effrayant». La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été chargées de l'enquête. Celle-ci est ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris des chefs «d'assassinats en lien avec une entreprise terroriste», «tentatives d'assassinats en lien avec une entreprise terroriste», «association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste», «vol avec arme en relation avec une entreprise terroriste», a précisé le parquet.

(L'essentiel/AFP)