Retour historique

17 octobre 2013 16:14; Act: 17.10.2013 17:35 Print

Les résultats aux élections de 2004 et 2009

LUXEMBOURG - Alors que les Luxembourgeois sont appelés aux urnes ce dimanche 20 octobre, «L'essentiel Online» vous propose un retour sur les résultats des deux législatives passées.

Une faute?

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le CSV a toujours été au pouvoir, à une exception près: celle comprise entre 1974 et 1979 où, sous la houlette de Gaston Thorn, le DP s'était allié avec le LSAP. Lors des quinze dernières années, les coalitions gouvernementales se sont faites entre le CSV et le DP (1999-2004) et entre le CSV et le LSAP (2004-2013). Petit rappel en chiffres des forces en présence à la Chambre, suite aux élections législatives depuis 2004.

Après une coalition entre le CSV et le DP, les résultats des élections législatives de 2004 ont placé le CSV en tête des suffrages, avec 36,11%. Soit 24 sièges à la Chambre, cinq de plus comparé aux résultats de 1999. Le LSAP, pour sa part, était sorti renforcé de ces élections avec un score de 23,37%, soit 14 sièges à la Chambre. Un siège de plus en comparaison à 1999. Le grand perdant était alors le DP, sanctionné par les électeurs au sortir de quatre ans de coalition gouvernementale. Alors que le parti libéral avait bénéficié de 15 sièges en 1999, il n'en avait plus que 10 en 2004. Une déconvenue également rencontrée par l'ADR qui avait perdu deux sièges entre 1999 et 2004 pour se retrouver avec 5 députés. De son côté, Déi Gréng conservaient leurs sept sièges.

Pour les élections législatives de 2009, le grand gagnant reste encore le CSV qui gagnait encore deux sièges supplémentaires. Soit 26 sièges. Deux mandats pris au DP dans le Centre et à l'ADR dans l'Est. Le LSAP, de son côté, ne perdait qu'un siège - au profit de déi Lénk qui faisait son entrée à la Chambre - et confortait sa position de deuxième force politique du pays. Tout comme en 2004, DP et ADR continuaient à perdre de leur influence à la Chambre, les deux partis obtenant un siège de moins. La palme de la stabilité revenant à Déi Gréng qui étaient, encore une fois, parvenus à conserver leurs sept sièges.

(Jmh/L'essentiel Online)