Proposition du CSV

11 octobre 2013 10:58; Act: 11.10.2013 14:37 Print

Le télé-​​travail encouragé pour les mamans

LUXEMBOURG - À dix jours des législatives, les ministres CSV de la Famille et de l'Égalité des chances ont présenté, ce vendredi, leurs chantiers d'avenir. La famille occupe une grande place.

storybild

Pour assurer le bien-être des enfants, la qualité des crèches et des maisons relais doit être garantie, qu'il s'agisse d'établissements publics ou privés, selon le CSV. (photo: dr)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Pour le CSV, l'encadrement des enfants doit être amélioré et la qualité des crèches et des maisons relais doit être garantie, qu'il s'agisse d'établissements publics ou privés, ont expliqué Marc Spautz et Françoise Hetto-Gaasch, ministres respectifs de la Famille et de l'Égalité des chances, lors de la présentation du programme électoral du CSV en la matière. Il faudrait par ailleurs renforcer la coopération entre les maisons relais et les écoles. Mais les jeunes parents devraient aussi être responsabilisés, ce qui pourrait se faire par des cours d'éducation obligatoires aux jeunes parents.

Un autre problème: les mères continuent à avoir beaucoup de difficultés à concilier vie familiale et professionnelle et les entreprises devraient se montrer plus flexibles à cet égard. L'une des pistes envisagées serait de permettre aux femmes de pouvoir travailler de chez elles.

Quid des aides familiales?

Pour soulager les parents, les grand-parents non retraités devraient avoir le droit de demander auprès de leurs patrons un congé sans solde de plusieurs semaines, voire mois, pour s'occuper de leurs petits-enfants.

Au niveau des aides financières que touchent les parents, le CSV préconise «des analyses d'efficiences avec la possibilité d'une adaptation des aides pour une plus grande sélectivité». Une phrase obscure qui laisse supposer qu'il y aurait plus de critères de sélection pour toucher les aides familiales qui pourraient davantage tenir compte du milieu socioéconomique de la famille.

(lb/th/ L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • JOJO le 11.10.2013 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    les peres aussi ont bcp de difficulté de concilier leur vie professionelle avec celle familiale, ils n ont pas de congés de paternité et aucune flexibilité ne leur est accordé non plus. Ils n ont qu a bosser et se taire.... juste ?

  • Indy le 11.10.2013 14:01 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprend pas pourquoi on ne permettrait pas aux hommes de travailler de chez eux? N'y a t il que les femmes qui s'occupent des enfants? Moi je m'occupe, avec ma femme, de mes enfants (manger, bain, etc), d'ailleurs je suis seul avec eux ce soir et je suis très heureux de pouvoir m'occuper d'eux autant que leurs mère. Alors l'égalité homme/femme elle est ou dans ce cas?

  • Isa le 11.10.2013 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien joli tout ça. Par contre quand une famille composée de 2 parents qui travaillent supplient un bourgmestre CSV d'inscrire leurs enfants dans la même école pour des raisons évidentes d'organisation la réponse est NON vous n'avez qu'à vous débrouiller! Quelle hypocrisie!

Les derniers commentaires

  • Serge Pinto le 11.10.2013 18:35 Report dénoncer ce commentaire

    Il est choquant de constater que le CSV panse qu'au mères sans aucune référence aux pères qui rencontrent les mêmes difficultés. Avec le CSV, il n'y aura désormais pas de réforme possible qui mettre mères et pères sur un même pied d'égalité.

  • JOJO le 11.10.2013 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    les peres aussi ont bcp de difficulté de concilier leur vie professionelle avec celle familiale, ils n ont pas de congés de paternité et aucune flexibilité ne leur est accordé non plus. Ils n ont qu a bosser et se taire.... juste ?

  • jerigole le 11.10.2013 16:45 Report dénoncer ce commentaire

    Comme le temps partiel, majoritairement occupé par des femmes, le télétravail a été inventé pour pouvoir assumer, sans que cela se voit, le boulot, les enfants, les tâches ménagères, ... Donc, puisque tu télétravailles ou tu travailles à temps partiel, tu as bien le temps d'assumer tout et en plus, sans que ça attire l'attention... Le jour où on obligera les hommes à prendre leur congé de paternité, de travailler à mi-temps et de télétravailler, on commencera à tendre vers un semblant d'"égalité"...Et mon commentaires n'est pas diriger contre la gente masculine, c'est un problème de société(s)

  • Goyave 57 le 11.10.2013 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    Une plus grande flexibilité accordées aux mamans??? Tout d'abord, il serait appréciable d'enfin entendre parler de "Parents" et non plus uniquement de "Maman"!!! Ensuite ça me fait doucement rigoler... je viens justement de demander un temps partiel, pas un 75% ou 80% non juste 2h de moins par semaine... et bien la réponse a été immédiate et sans détour: NON!

  • Isa le 11.10.2013 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien joli tout ça. Par contre quand une famille composée de 2 parents qui travaillent supplient un bourgmestre CSV d'inscrire leurs enfants dans la même école pour des raisons évidentes d'organisation la réponse est NON vous n'avez qu'à vous débrouiller! Quelle hypocrisie!