Braquage à Gasperich

03 avril 2013 07:32; Act: 03.04.2013 16:51 Print

«Les malfaiteurs y sont allés à l'arme de guerre»

LUXEMBOURG - Quelques heures après l'attaque du siège de G4S, de plus en plus d'informations sur le déroulé de ce braquage de grande ampleur sont dévoilées.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Entre cinq à sept hommes sont entrés par une porte latérale dans le bâtiment, vers 3h40 en utilisant des explosifs. Des hommes déterminés sans nul doute vu le nombre incalculable d'impacts de balles qu'ils ont laissés derrière eux, affirme Florent Goniva, porte-parole de la police grand-ducale, contacté mercredi par L'essentiel Online. Les malfaiteurs y sont allés à l'arme de guerre, avec des kalachnikovs. Mais malheureusement pour eux, ils sont repartis avec aucun butin». Alertés par le système de protection, des policiers ont essuyé des tirs nourris de la part des assaillant. Des tirs destinés à couvrir leur fuite, sur quelque 200 mètres. Plusieurs impacts de balle ont ainsi été relevés sur les maisons avoisinantes.

C'est donc bredouilles que les braqueurs ont quitté le siège de G4S, situé rue du Père Raphaël, à Gasperich, pour se diriger vers la Belgique à bord de deux puissantes berlines de couleur sombre garées rue Louis de Froment. Repérés par une première patrouille entre Windhof et Garnich, les hommes n'ont pas hésité à ouvrir à nouveau le feu sur les policiers. «Cette attaque était une embuscade car ils ont "arrosé" les policiers qui ont tenté de les intercepter», précise le porte-parole de la police. C'est en cherchant à se protéger de cette fusillade que les fonctionnaires ont eu un accident. Accident au cours duquel les policiers ont été légèrement blessés.

Selon les indications de la police, les malfrats ont continué à tirer sur le véhicule de police, pourtant situé dans le bas-côté. Ils ont également mis le feu à l'une des deux voitures utilisées pour fuir, utilisant la seconde pour quitter les lieux. Un véhicule endommagé au niveau de l'une des vitres latérales. Selon les dernières indications, les fuyards ont emprunté l'A4 puis l'A6 en direction d'Arlon en prenant la sortie Windhof. Malgré le dispositif de recherche international mis en place et l'utilisation de l'hélicoptère, la trace des braqueurs a été perdue. L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

(Jmh/L'essentiel Online)