Risque nucléaire au Japon

16 mars 2011 07:21; Act: 16.03.2011 22:43 Print

Radiations «extrêmement élevées» au réacteur 4

La radioactivité près de la centrale de Fukushima a atteint des taux dangereux pour le personnel. Suivez les dernières informations avec «L'essentiel Online».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

21:44 Le yen au plus haut face au dollar depuis la 2e Guerre mondiale

Le yen a atteint un record historique face au dollar mercredi, montant à son plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, à 79,73 yens pour un dollar.

20:55 La Sécurité civile française se replie au nord

L'équipe de la Sécurité civile française envoyée pour aider aux opérations de secours au Japon frappé par un séisme et un tsunami a quitté mercredi Sendai pour se replier 350 km au nord, à cause notamment de «la situation nucléaire et radiologique actuelle», selon le ministère de l'Intérieur.

Invoquant une «mesure de précaution», un communiqué de la direction de la Sécurité civile du ministère indique que l'unité française a quitté «son bivouac aux alentours de 19H00 (18H00 GMT) pour rejoindre la région de Misawa, située à 350 km au nord de Sendai».

«Eu égard à la situation nucléaire et radiologique actuelle et aux difficultés d'engagement, ne permettant pas de retrouver d'autres victimes vivantes, le ministre de l'Intérieur» Claude Guéant «a décidé la mise à l'abri du détachement français», précise le communiqué.

20:05 Radiations «extrêmement élevées» au réacteur 4

La piscine de stockage du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima ne contient plus d'eau, ce qui a pour effet des niveaux «extrêmement élevés» de radiations, a déclaré mercredi le président de l'Autorité américaine de régulation nucléaire (NRC).

«En plus des trois réacteurs qui étaient en service au moment de l'incident, un quatrième réacteur constitue aussi, dorénavant, un motif d'inquiétude. Ce réacteur n'était pas en service au moment du séisme», a déclaré le président du NRC, Gregory Jaczko, lors d'une audition au Congrès.

«Nous pensons qu'il y a eu une explosion d'hydrogène au niveau de ce réacteur», a-t-il expliqué.

«Nous pensons que l'enceinte de confinement secondaire a été détruite, qu'il n'y a plus d'eau dans les piscines à combustibles usés et que les niveaux de radiation sont extrêmement élevés, ce qui pourrait remettre en cause les opérations de secours» menées sur place pour éviter une catastrophe, a-t-il ajouté.

19:45 L'industrie «high tech» durement touchée

Le séisme au Japon va propager son onde de choc sur le marché mondial de l'électronique et des nouvelles technologies car l'archipel est à la fois un gros producteur de téléviseurs, téléphones mobiles ou appareils photo, et un pourvoyeur essentiel de composants.

«On sait que ça va perturber une partie de l'industrie mondiale dans quelque temps», indique à l'AFP Philippe Citroën, directeur général de Sony France.

«Il est beaucoup trop tôt pour faire des pronostics, mais il y aura des conséquences sur la production» japonaise de produits électroniques grand public, poursuit-il.

19:34 Le scénario-catastrophe se joue dans une piscine

L'assèchement de la piscine de combustibles usés du réacteur 4 à la centrale de Fukushima, déjà quasiment en plein air, est un scénario-catastrophe redouté qui pourrait entraîner des rejets de radioactivité de même ampleur que la catastrophe de Tchernobyl, selon des experts.

Ces barres de combustibles usés qui continuent de dégager beaucoup de chaleur se trouvent dans une piscine située dans la partie supérieure du réacteur arrêté pour maintenance bien avant le séisme et le tsunami dévastateur.

Après deux incendies dans le bâtiment abritant le réacteur, la piscine est déjà «quasiment en plein air» et un rayonnement élevé s'en échappe, souligne un responsable de l'Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) Thierry Charles.

La température de l'eau a commencé à grimper. Au lieu d'une trentaine de degrés en temps normal, elle atteindrait déjà au moins 80°C. Le risque, avec l'évaporation, est que les barres, encore un peu isolées de l'extérieur par le liquide, cessent d'être noyées dans l'eau.

Faute d'apport d'eau pour les refroidir, très rapidement on peut craindre des dégâts sur les barres à combustible et des rejets très importants de radioactivité directement dans l'atmosphère.

Comme dans une bouilloire dont les résistances grillent en l'absence d'eau, les barres de combustibles risquent de se désagréger. La gaine de zirconium qui entoure les pastilles de combustible s'oxyderait vivement, telle une allumette qui s'enflamme, explique Thierry Charles, directeur de la sûreté à l'IRSN.

Le combustible en miettes, directement à l'air libre, «on serait dans la même gamme de rejets que Tchernobyl», estime cet expert.

Un scénario-catastrophe qui se joue dans les 48 heures. «Un dénoyage complet du réacteur pourrait survenir d'ici un jour ou deux, avec des rejets massifs dans le jour qui suit», précise-t-il.

Confrontés à cette situation inédite, les autorités japonaises envisagent d'utiliser un camion citerne avec canon à eau pour arroser le réacteur, après une tentative avortée de recourir à un hélicoptère. Juste au-dessus de la piscine, la dose de radioactivité serait déjà trop élevée pour le pilote.

Dans le pire scénario, si le combustible dégradé se retrouve à l'air libre, le rayonnement serait tel qu'il «risquerait d'interdire l'accès au site par la suite, or il y a encore six réacteurs autour», rappelle M. Charles.

18:59 Américains invités à évacuer un périmètre de 80 km

L'ambassade des Etats-Unis à Tokyo a recommandé mercredi aux citoyens américains l'évacuation d'un périmètre de 80 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima.

Après examen des données les plus récentes sur la catastrophe en cours, «nous recommandons par précaution que les citoyens américains vivant dans un rayon de 50 miles (80 km) autour de la centrale nucléaire de Fukushima évacuent la zone, ou se mettent à l'abri si une évacuation n'est pas possible en toute sécurité», écrit l'ambassade dans un communiqué.

L'ambassade souligne que «de nombreux facteurs», dont la météo, peuvent influer sur la dissémination des particules radioactives, et mentionne la possibilité que celles-ci accomplissent des distances supérieures à 80 km.

18:45 Les P&T Luxembourg suspendent momentanément l’acheminement de lettres et colis vers le Japon.

18:16 Le directeur général de l'AIEA va se rendre au Japon

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a affirmé mercredi à Vienne qu'il prévoyait de se rendre au Japon dès que possible, avec un peu de chance dès jeudi.

Un peu plus tôt, Yukiya Amano avait exhorté le gouvernement japonais à fournir de meilleures informations à l'AIEA concernant la crise du nucléaire.

18:10 Pékin et Madrid vont inspecter la sécurité de leurs centrales

Pékin et Madrid tirent, chacun à sa façon, les leçons de l'accident nucléaire au Japon. La Chine va inspecter la sécurité de ses centrales et suspend tout projet de nouvelle unité. L'Espagne va également s'assurer de la sécurité des siennes et lancer une étude sur les risques sismiques et d'inondations.

Les mesures chinoise prévoient «une inspection immédiate et complète de la sécurité des infrastructures nucléaires», un «renforcement de l'encadrement chargé de la sécurité», une «suspension temporaire d'approbation des projets nucléaires» et «un examen exhaustif des centrales nucléaires en construction», selon le communiqué du Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement).

Pékin a toutefois assuré que le nucléaire continuerait à jouer un rôle essentiel pour répondre aux besoins énergétiques du pays.

18:05 Bruxelles critique la gestion par le Japon de la «catastrophe»

Le commissaire européen à l'Energie a critiqué mercredi la réaction à ses yeux peu professionnelle des Japonais à la «véritable catastrophe» de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, estimant que le destin du pays était désormais «entre les mains de Dieu».

La façon dont la crise est gérée et «les moyens du bord incroyables avec lesquels les Japonais travaillent» conduisent à «corriger la haute opinion que j'avais jusque là de la compétence des ingénieurs, de la compétence technique, de la compétence industrielle, de la perfection, de la précision des Japonais», a estimé Günther Oettinger.

«Les Japonais travaillent avec des pompes à incendie, on essaie de jeter de l'eau avec des hydravions, on ne sait plus comment se tirer d'affaire», a-t-il ajouté devant une commission du Parlement européen, «c'est une véritable catastrophe et on réagit par à-coups».

17:38 4314 morts confirmés

Le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon vendredi ont fait 4314 morts confirmés, 8606 disparus et 2282 blessés, selon un nouveau bilan officiel provisoire établi par la Police nationale et diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il s'agit du nombre de victimes identifiées à ce jour, mais les autorités s'attendent à ce que le bilan final dépasse nettement les 10 000 morts, compte tenu du nombres de disparus pris en compte dans ce décompte national. Chaque jour sont découverts de nouveaux corps dans toute la zone dévastée.

17:28 L'UE conseille des contrôles de radioactivité des aliments importés du Japon

L'Union européenne a recommandé aux Etats de procéder à des contrôles de radioactivité des aliments importés du Japon, à la suite de la catastrophe nucléaire sur l'île, a-t-on appris mercredi auprès d'un porte-parole de la Commission européenne.

17:17 La situation pourrait encore se dégrader au Japon

Les nouvelles du Japon montrent que la situation reste difficile en dépit des efforts déployés autour de la centrale nucléaire de Fukushima. Selon M. Wanner, directeur de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire, la situation est grave et pourrait déboucher sur une catastrophe de grande ampleur, notamment du fait de la présence de plusieurs réacteurs sur le site touché. Pour le moins, de nouvelles aggravations de la situation sont possibles.

16:48 Fukushima: Bruxelles parle de «véritable catastrophe»

Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger s'est de nouveau dit très préoccupé mercredi par la situation dans le centrale nucléaire japonaise de Fukushima, parlant de «véritable catastrophe» et réaffirmant que la situation n'est plus sous contrôle. «On peut dire que cette installation n'est plus maîtrisée, on ne la contrôle plus», a jugé M. Oettinger devant une commission du Parlement européen à Bruxelles, après avoir déjà la veille parlé d'«apocalypse» au Japon.

16:47 L'ONU prête à apporter une aide supplémentaire aux sinistrés

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dit mercredi au Premier ministre japonais Naoto Kan que l'ONU était prête à apporter toute aide supplémentaire si le Japon lui en fait la demande, tandis que le Conseil de sécurité a observé une minute de silence.

15:50 10 000 disparus à Ishinomaki

Le nombre de personnes d'Ishinomaki disparues après le violent séisme et le tsunami dévastateur de vendredi s'élève probablement à 10 000, a indiqué mercredi le maire de cette ville située dans la préfecture de Miyagi au nord-est, selon l'agence Kyodo.

14:57 La Croatie déplace son ambassade de Tokyo vers Osaka

La Croatie a décidé mercredi de déplacer son ambassade de Tokyo vers Osaka en raison de l'aggravation de la crise nucléaire dans le nord du Japon. «En raison des événements actuels au Japon, causés par les conséquences des dégâts survenus à la centrale nucléaire, l'ambassade de Croatie à Tokyo sera temporairement délocalisée à Osaka», a annoncé le ministère croate des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère avait déjà recommandé aux ressortissants croates, dont le nombre au Japon est estimé à une quarantaine, de quitter ce pays.

14:45 Le nuage devrait disparaître avant d'atteindre les côtes américaines

13:52 L'AIEA éprouve des difficultés à recouper les informations

13:45 Fukushima n'a pas pris en compte le danger d'une fusion du réacteur

La centrale nucléaire de Fukushima n'a pas pris en compte dans sa conception le danger d'une fusion du réacteur, accident qui suscite aujourd'hui de vives inquiétudes, selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

«Les accidents de fusion du cœur sont des accidents qui n'avaient pas été pris en compte à la conception de ce type de réacteur» qui équipe la centrale de Fukushima, entrée en service dans les années 1970, a indiqué mercredi Olivier Gupta, directeur général adjoint de l'ASN.

13:27 «Dans le pire des scénarios, un impact supérieur à Tchernobyl»

Le porte-parole du gouvernement français François Baroin a affirmé mercredi que «dans le pire des scénarios» après l'accident nucléaire au Japon, la catastrophe pourrait avoir «un impact supérieur à Tchernobyl».

Interrogé sur les déclarations de la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a affirmé mercredi que «le scénario du pire est possible et même probable», M. Baroin a répondu que la ministre avait «effectivement évoqué (pendant le Conseil des ministres) la situation, son évolution depuis vendredi, les difficultés des autorités japonaises à l'évidence à obtenir un refroidissement rapide des différents réacteurs».

«Je ne fais que retranscrire avec modestie, n'étant pas un technicien de ces matières, mais avec fidélité les propos de Mme Kosciusko-Morizet qui a évoqué en effet un scénario parmi les pires», a affirmé M. Baroin, en rendant compte des travaux de ce Conseil en grande partie consacré à la situation au Japon.

«Dans le pire des scénarios, c'est évidemment un impact supérieur à Tchernobyl», a-t-il ajouté, faisant allusion à la catastrophe nucléaire de 1986 en Ukraine.

13:24 Ikea, H&M et d'autres offrent à leurs employés de quitter Tokyo

Plusieurs grandes entreprises nordiques, dont les géants Ikea et H&M, ont proposé mercredi à leurs employés japonais de quitter Tokyo et ses environs pour se rendre plus au sud, en raison de la menace posée par les réacteurs nucléaires accidentés de Fukushima.

«Nous avons proposé à nos collaborateurs de la région de Tokyo qui craignent de rester de les prendre en charge pour aller plus au sud», a déclaré Charlotte Lindgren, porte-parole d'Ikea, qui emploie 2 000 personnes au Japon

13:19 Le point sur la situation des réacteurs de la centrale de Fukushima

REACTEUR 1: Le cœur a partiellement fondu. Pour abaisser la pression dans le bâtiment du réacteur, l'opérateur Tokyo Power Electric (Tepco) a procédé samedi à un rejet d'hydrogène dans l'atmosphère qui a provoqué une explosion. Le toit du bâtiment s'est effondré, mais l'enceinte de confinement de ce réacteur serait intacte.

REACTEUR 2: Le cœur a partiellement fondu. Explosion d'hydrogène mardi à l'aube dans le bâtiment du réacteur. Une piscine de rétention située à l'intérieur de l'enceinte de confinement est endommagée. L'étendue des dégâts, notamment sur l'étanchéité de l'enceinte de confinement, reste incertaine.

REACTEUR 3: Fusion partielle du cœur. Explosion d'hydrogène lundi provoquée par un relâchement de pression dans le bâtiment du réacteur. Le toit et certaines parois du bâtiment extérieur sont soufflées. L'enceinte de confinement a peut-être été endommagée.

REACTEUR 4: Explosion mardi dans ce réacteur à l'arrêt pour maintenance au moment du séisme. Un incendie se déclare au niveau de la piscine d'entreposage du combustible usé. Il est éteint par l'armée américaine. Une partie du combustible n'est plus recouverte et les autorités essayent de le remettre sous l'eau pour empêcher des rejets radioactifs dans l'atmosphère. Un deuxième incendie se déclare mercredi à l'aube avant de s'éteindre de lui-même. Un hélicoptère est déployé pour verser de l'eau sur ce réacteur, mais l'opération a dû être interrompue à cause d'un niveau de radiation trop élevé. Une nouvelle tentative sera faite avec un canon à eau.

REACTEURS 5 et 6: Une légère hausse de température a été mesurée mardi dans ces deux réacteurs éloignés des réacteurs 1 à 4, et qui étaient à l'arrêt pour maintenance au moment du séisme.

12:55 Recours au canon à eau pour arroser le réacteur nucléaire 4

Les autorités japonaises envisagent désormais d'utiliser un camion citerne avec canon à eau pour arroser le réacteur 4 de la centrale de Fukushima, afin de refroidir le combustible nucléaire qui chauffe de façon inquiétante, a indiqué mercredi la chaîne de télévision publique NHK.

12:48 Difficultés pour les secours

La catastrophe nucléaire complique les opérations de secours, a affirmé mercredi à Genève le sous-secrétaire général de la Fédération des sociétés de Croix-Rouge, Matthias Schmale. La situation restera difficile pendant trois semaines, a-t-il averti.

«La région de Tokyo est sûre de même que de grandes parties des zones touchées par le tsunami, mais plus on se rapproche de la centrale nucléaire de Fukushima, plus il y a de danger», a indiqué le responsable de la Fédération internationale.

«La catastrophe nucléaire complique les opérations de secours», a- t-il affirmé, tout en ajoutant que le personnel de la Croix-Rouge japonaise présent sur le terrain «ne travaille pas dans la zone d'exclusion». «Les niveaux de radioactivité sont gérables jusqu'ici», a-t-il dit.

«Les risques sont continuellement réévalués», a-t-il aussitôt ajouté. Un millier de membres de la Croix-Rouge japonaise au sein de 115 équipes sont actifs sur le terrain pour aider 500 000 rescapés du tsunami et 200 000 personnes évacuées de la zone d'exclusion, a-t- il précisé.

12:30 Des habitants contraints de se calfeutrer

12:26 La Croix-Rouge met en place un mécanisme de collecte de fonds

La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a annoncé mercredi qu'elle allait mettre en place un mécanisme de collecte de fonds pour venir en aide au Japon qui a été dévasté par un séisme et un tsunami sans précédent. «La Croix-Rouge japonaise apprécie beaucoup la solidarité internationale qui commence à se mettre en place», a indiqué un responsable du FICR, Matthias Schmale.

«La préférence va vers des donations en numéraire qui peuvent être adressées directement à la Croix-Rouge japonaise ou à la fédération internationale. Nous mettons en place un mécanisme qui facilite ce processus», a-t-il ajouté. La FICR n'a cependant pas officiellement lancé un appel de fonds, les contributions reçues jusqu'à présent étant déjà importantes.

«Nous nous attendons à ce qu'un certain montant soit collecté qui servira de base solide pour répondre aux premiers besoins», a souligné M. Schmale lors d'une conférence de presse.

12:18 Paris demande la réunion des ministres des Finances du G7

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a affirmé qu'elle allait demander une réunion des ministres des Finances du G7 et des Banques centrales au sujet du Japon, mercredi à l'issue du Conseil des ministres.

«Il faut qu'on soit à la disposition de nos amis japonais, pour la partie monétaire» et «j'ai demandé une réunion du G7 au niveau des ministres des Finances et banques centrales pour qu'on puisse voir de quelle manière on souscrit à leurs émissions d'obligations, de quelle manière on réagit sur le plan financier» aux événements au Japon, a affirmé Mme Lagarde.

La ministre a ajouté que la situation dans ce pays «est extrêmement préoccupante sur plan humain, environnementale, économique. On a un devoir à la fois de lucidité, de sang-froid et de solidarité», a-t-elle dit.

11:41L'AIEA avait prévenu le Japon

Selon le «Daily Telegraph», citant des cables WikiLeaks, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait prévenu le Japon il y a deux ans, qu'un séisme poserait des problèmes de sécurité pour ses centrales nucléaires.

11:31Fukushima: «l'inquiétude et la colère» à son comble

Les habitants de la préfecture japonaise de Fukushima, où se trouve la centrale nucléaire connaissant de graves problèmes, sont très inquiets et en colère cinq jours après le séisme, a déclaré mercredi le gouverneur. «L'inquiétude et la colère du peuple de Fukushima est à son comble», a souligné Yuhei Sato, le gouverneur de cette région côtière abritant la centrale qui suscite l'inquiétude partout dans le monde.

Il a souhaité que l'ensemble du Japon montre «de la solidarité envers ceux qui sont forcés d'évacuer».

Quelque 200.000 personnes ont été évacuées dans un rayon de 20 km autour de la centrale.

10:51 Chutes de neige sur la région dévastée par le tsunami

Les opérations de secours dans les régions du nord-est du Japon dévastées par le tsunami étaient perturbées mercredi par le froid et des chutes de neige. Les températures ont chuté jusqu'à zéro degré dans les départements d'Iwate, Miyagi et Fukushima, les plus touchés par le tsunami provoqué par le séisme de magnitude 9 survenu vendredi. Elles pourraient baisser encore jusqu'à -5 degrés jeudi, selon la météo.

Ces conditions compliquent le travail des quelque 80 000 soldats, policiers et secouristes japonais, qui sont épaulés par de nombreuses équipes de spécialistes étrangers.

10:26 Fukushima: pas de danger pour la santé au-delà de 20 km

Les radiations au-delà de la zone d'exclusion de 20 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima «ne posent pas de danger immédiat pour la santé», a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement japonais, Yukio Edano. «Les radiations autour de la centrale nucléaire de Fukushima sont à un niveau stable», a ajouté M. Edano, cité par l'agence Kyodo.

Plus de 200 000 personnes ont été évacuées dans un rayon de 20 km autour de la centrale accidentée. A une distance comprise entre 20 et 30 km, le gouvernement a demandé à la population de se calfeutrer. M. Edano a précisé que le niveau de radiation relevé «près de la centrale» était de 1 500 microsieverts (soit 1,5 millisievert) par heure. Le niveau de radiation normal est d'environ 0,035 microsievert par heure.

10:13 La radioactivité empêche le versement d'eau par hélico

La radioactivité autour de la centrale de Fukushima est trop élevée pour qu'un hélicoptère de l'armée japonaise déverse de l'eau sur le réacteur no3, rapporte mercredi l'agence de presse Kyodo citant le ministère de la Défense. Cette opération des forces d'autodéfense était envisagée pour refroidir les barres de combustible en surchauffe dans le réacteur.

10:06 La Banque du Japon injecte encore 5 000 milliards de yens

La Banque du Japon a annoncé mercredi avoir injecté 5 000 milliards de yens (44 milliards d'euros) sur le marché monétaire pour soutenir l'économie après le séisme, portant à 28 000 milliards de yens (245 milliards d'euros) la somme totale injectée depuis lundi.

09:45 Pour suivre les derniers développements via la télévision japonaise NHK


Live Videos by Ustream

08:57Le discours de l'empereur japonais rappelle celui d'Hirohito après Hiroshima

08:32 L'empereur prie pour son peuple

L'empereur du Japon Akihito s'est adressé mercredi à la nation et a déclaré qu'il priait «pour la sécurité du plus grand nombre de gens», dans une allocution télévisée, cinq jours après un séisme et un tsunami dévastateurs qui ont entraîné un grave accident nucléaire. «Désormais à présent, toute la nation travaille aux opérations de secours», a-t-il déclaré dans une intervention exceptionnelle.

«Je ne peux m'empêcher de prier pour que le travail des sauveteurs progresse rapidement et que la vie de gens s'améliore, ne serait-ce qu'un peu», a poursuivi Akihito.

07:54 L'hélico s'envole pour refroidir le réacteur

Un hélicoptère a décollé pour déverser de l'eau sur un réacteur (TV)

07:44 L'armée va déverser de l'eau sur le réacteur

L'armée japonaise se préparait mercredi à déverser de l'eau sur le réacteur no3 de la centrale de Fukushima au moyen d'un hélicoptère, rapporte la chaîne publique NHK. L'opération des forces d'autodéfense vise à refroidir les barres de combustible en surchauffe dans le réacteur, d'où s'échappe une colonne de fumée.

07:15 Possible dispersion d'acide pour limiter la radioactivité

L'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco) a fait savoir mercredi qu'il envisageait de disperser de l'acide borique depuis un hélicoptère sur le réacteur 4. L'acide borique absorbe les neutrons et permet de limiter les réactions chimiques. Enfin, des opérations de refroidissement du combustible nucléaire usé contenu dans les piscines des réacteurs 5 et 6 de la centrale Fukushima sont en cours, a annoncé mercredi le gouvernement japonais.

07:13 Fort séisme de 6 à Tokyo, mercredi

Un fort séisme s'est produit mercredi à la mi-journée à l'est de Tokyo, où les immeubles ont longuement tremblé. L'épicentre était situé au large de la préfecture de Chiba, à l'est de la capitale, a indiqué l'Agence de météorologie japonaise. Sa profondeur était de seulement 10 kilomètres, a précisé l'organisme. Aucune alerte au tsunami n'a été déclenchée.

07:10 Le personnel de la centrale de Fukushima a été évacué un moment

Le personnel de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima a été évacué temporairement, alors que l'enceinte de confinement du réacteur 3 a peut-être été endommagée, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement. Yukio Edano a précisé que la fumée aperçue au-dessus du réacteur 3 était sans doute de la vapeur.

«Le niveau de radioactivité près de l'entrée varie grandement d'heure en heure à des niveaux qui continuent à être nocifs pour la santé», a encore dit le porte-parole du gouvernement nippon. Mardi, le porte-parole avait annoncé des niveaux de radioactivité plusieurs centaines de fois plus élevés, près des réacteurs 3 et 4 endommagés.

Ce niveau avait atteint 400 millisieverts près du réacteur 3 et 100 millisieverts près du réacteur 4. A partir d'une dose de 100 millisieverts reçue par le corps humain, les observations médicales font état d'une augmentation du nombre des cancers.

07:07 L'enceinte de confinement du réacteur 3 pourrait avoir souffert

L'enceinte de confinement du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima a peut-être été endommagée, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement. Yukio Edano a précisé que la fumée aperçue au-dessus du réacteur 3 était sans doute de la vapeur. «Selon le scénario le plus probable, de la vapeur s'est échappée depuis l'enceinte de confinement et de la fumée été aperçue», a-t-il ajouté.

Un nuage de fumée a été vu mercredi matin au-dessus de la centrale nucléaire de Fukushima, dans le nord-est du Japon, où quatre réacteurs sont accidentés depuis le séisme de magnitude 9 qui s'est produit vendredi, selon des images diffusées en direct à la télévision.

07:06 À Fukushima, la radioactivité a augmenté soudainement

La radioactivité mesurée à l'entrée de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima a augmenté fortement vers 2h suisses mercredi avant de baisser ensuite, a déclaré le porte-parole du gouvernement. L'enceinte de confinement du réacteur 3 a par ailleurs été «partiellement endommagée», selon lui. De la fumée blanche s'échappait mercredi de la centrale nucléaire où quatre explosions se sont produites ces derniers jours au niveau des réacteurs laissant craindre une catastrophe nucléaire de grande ampleur.

Un responsable de l'exploitant Tokyo Electric Power (Tepco) a déclaré au cours d'une conférence de presse ne pas connaître exactement l'origine de la fumée, indiquant toutefois qu'elle paraissait provenir du réacteur 3.

06:34 Le feu dans le réacteur 4 serait éteint

L'incendie qui s'était déclenché mercredi matin au réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima paraît s'être éteint, a annoncé l'agence de sûreté nucléaire japonaise. Selon l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco), «le feu et la fumée sont maintenant invisibles». «L'incendie paraît s'être éteint de lui-même», a déclaré un porte- parole de l'agence, Minoru Ogoda. Après un séisme et un tsunami dévastateurs, une série de graves problèmes affectent depuis vendredi la centrale de Fukushima 1, située à 250 km au nord-est de Tokyo.

Depuis, chacun des réacteurs 1, 2 et 3 a été touché par une explosion, de même que le réacteur 4, qui était pourtant en maintenance au moment du tremblement de terre. L'explosion, provoquée mardi par de l'hydrogène, avait entraîné un premier incendie qui a troué le toit du bâtiment extérieur de ce réacteur 4. Il avait été éteint par l'armée américaine.

Tepco a en outre fait savoir mercredi qu'il envisageait de disperser de l'acide borique depuis un hélicoptère sur le réacteur 4. L'acide borique absorbe les neutrons et permet de limiter les réactions chimiques.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Sandra° le 16.03.2011 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    L’homme est, et sera, le seul responsable de l’extinction de l’humanité.

  • Etre humain. le 16.03.2011 22:40 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense aux Japonais qui sont dans la détresse. Je pense aussi à ceux qui souhaitent continuer l'activité nucléaire dans le domaine de l'énergie (et c'est purement une folie). Il faut absolument arrêter ce domaine énergétique qui, en un seul site, peut mettre à mal, en cas de défaillance quelle qu'en soit la cause, un pays, une population, mais aussi la vie, tout simplement, sur 1/4 du globe ici.

  • Robert le 16.03.2011 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien non, c'est pas une explosion nucléaire. Le matériel radioctif sert de combustible, son énergie sert à la production de chaleur et non pas à la production d'une onde de choc comme dans les bombes atomiques. D'ailleurs si je me souviens bien, il faut une certaine masse critique pour que la réaction en chaine aboutisse à une explosion. ça m'étonnerait qu'ils y mettent donc assez en une fois..

Les derniers commentaires

  • Etre humain. le 16.03.2011 22:40 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense aux Japonais qui sont dans la détresse. Je pense aussi à ceux qui souhaitent continuer l'activité nucléaire dans le domaine de l'énergie (et c'est purement une folie). Il faut absolument arrêter ce domaine énergétique qui, en un seul site, peut mettre à mal, en cas de défaillance quelle qu'en soit la cause, un pays, une population, mais aussi la vie, tout simplement, sur 1/4 du globe ici.

  • barrow jack le 16.03.2011 17:22 Report dénoncer ce commentaire

    l'intelligence de l'homme enfin de certains qui se croient plus fort que la nature hé si on construisé une centrale nucleaire en bord de mer ? pauvre gens vous pouvaient leur dire merci maintenant

    • Alex le 16.03.2011 20:12 Report dénoncer ce commentaire

      Parce qu'une centrale nucléaire a besoin de grandes quantités d'eau pour le refroidissement. Et parce qu'en général personne veut avoir une de ces centrales devant chez soi. Le Japon c'est une ile, donc ils avaient pas trop le choix non plus s'ils tenaient vraiment à avoir leur propre centrale :s

    • barrow jack le 17.03.2011 10:00 Report dénoncer ce commentaire

      desole je savais pas que cattenom par exemple ete en bord de mer

  • Robert le 16.03.2011 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien non, c'est pas une explosion nucléaire. Le matériel radioctif sert de combustible, son énergie sert à la production de chaleur et non pas à la production d'une onde de choc comme dans les bombes atomiques. D'ailleurs si je me souviens bien, il faut une certaine masse critique pour que la réaction en chaine aboutisse à une explosion. ça m'étonnerait qu'ils y mettent donc assez en une fois..

  • barrow jack le 16.03.2011 17:08 Report dénoncer ce commentaire

    c'est bientot !!!

  • Sandra° le 16.03.2011 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    L’homme est, et sera, le seul responsable de l’extinction de l’humanité.