Décryptage

26 avril 2016 14:34; Act: 26.04.2016 15:21 Print

Les «tax rulings», au cœur du scandale LuxLeaks

Les rescrits fiscaux, ou «tax rulings», sont des accords passés entre le fisc d'un pays et les multinationales qui y sont implantées. Comment fonctionnent-ils?

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Qu'est-ce qu'un «tax ruling»?

Un rescrit fiscal, ou "tax ruling" en anglais, est une pratique qui permet aux entreprises de s'adresser directement à l'administration fiscale pour obtenir de cette dernière une "décision anticipée" concernant l'impôt auquel elles seront soumises. En utilisant certaines niches, les rescrits permettent aux multinationales d'échapper en partie ou totalement à l'impôt dans les pays européens où elles sont installées. Presque tous les États membres de l'UE connaissent ces pratiques des décisions anticipées, qui ne sont par conséquent pas une spécialité luxembourgeoise. Dans le cas du Luxembourg, des multinationales ont négocié des rulings en ayant recours à des niches fiscales, notamment sur la propriété intellectuelle, des techniques hybrides et le réseau très étendu de conventions fiscales bilatérales. Cela leur a permis de réduire leurs taux d'imposition à des niveaux très bas, jusqu'à 1%, alors que le taux d'imposition des sociétés est de 29% au Luxembourg.

Comment les rulings sont-ils encadrés au Luxembourg ?

Les rescrits fiscaux sont en principe légaux. Au Luxembourg, leur pratique remonte à 1989 et n'était encadrée, jusqu'à l'affaire des "LuxLeaks", que par une circulaire de l'administration des contributions directes. Depuis janvier 2015, le gouvernement luxembourgeois a ancré leur pratique dans un règlement grand-ducal et mis en place une commission des décisions anticipées au sein de l'administration fiscale pour vérifier la conformité des rulings avec la réglementation à la fois luxembourgeoise et internationale.

Combien le Luxembourg a-t-il produit de rulings?

Les chiffres ne sont pas publics. Le scandale "LuxLeaks" a porté sur la révélation de plus de 500 accords fiscaux entre 2002 et 2010, provenant du cabinet d'audit PwC Luxembourg. Selon nos confrères de Paperjam, à l'âge d'or des rulings, avant les "LuxLeaks", l'administration des contributions directes signait 2 000 rulings par an avec les multinationales. Le scandale des "LuxLeaks" a porté un coup de frein à la production. En 2014, l'administration des contributions ont conclu 715 décisions anticipées. La firme PwC en avait demandé 330 en 2014, mais sa demande s'est effondrée à 120 en 2015 et 8 seulement au premier trimestre 2016, selon les déclarations du responsable de son département fiscal.

Quel a été l'impact des "LuxLeaks" sur la lutte contre l'évasion fiscale?

À la suite du scandale "LuxLeaks", la Commission européenne s'est lancée dans une vaste croisade contre la fraude fiscale. Cette croisade paraissait d'autant plus nécessaire que son président Jean-Claude Juncker était à la fois Premier ministre du Luxembourg et ministre des Finances au moment des faits. Et les choses n'ont pas traîné: le 8 décembre 2015 a été adoptée définitivement une directive européenne - c'est-à-dire un ensemble de règles - sur les rescrits fiscaux qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2017. En vertu de cette directive, les États membres de l'UE devront procéder à l'échange automatique d'informations sur leurs accords fiscaux avec les multinationales. Elle prévoit une rétroactivité de cinq ans (donc jusqu'au 1er janvier 2012) pour tous les rescrits fiscaux encore valides et de trois ans (donc jusqu'au 1er janvier 2014) pour ceux qui ne sont plus en vigueur. Pour les PME qui génèrent un chiffre d'affaires de moins de 40 millions d'euros annuels, la rétroactivité est extrêmement limitée: elle court jusqu'au 1er avril 2016.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Libre le 26.04.2016 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE veut sa part de pot de vin, les ministres ont réaffirmer leurs allégeances à l'UE cette semaine et la MASS-LINE continue à faire croire aux pauvres gens du peuple que c'est pour leurs biens. Sur les murs de l'UE, on verra écrit "Et tout cela au nom du Peuple"... Ça rappellera quelques souvenirs pas franchement heureux.

  • Seba le 27.04.2016 20:20 Report dénoncer ce commentaire

    Si ce n'est pas le Luxembourg ou un autre pays européen, ce sera un autre pays hors EU. Arrêtons de vouloir être plus catholique que le Pape. Tant que tous les pays du monde ne joueront pas le jeux, toutes les actions ne serviront à rien.

Les derniers commentaires

  • Seba le 27.04.2016 20:20 Report dénoncer ce commentaire

    Si ce n'est pas le Luxembourg ou un autre pays européen, ce sera un autre pays hors EU. Arrêtons de vouloir être plus catholique que le Pape. Tant que tous les pays du monde ne joueront pas le jeux, toutes les actions ne serviront à rien.

  • Libre le 26.04.2016 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE veut sa part de pot de vin, les ministres ont réaffirmer leurs allégeances à l'UE cette semaine et la MASS-LINE continue à faire croire aux pauvres gens du peuple que c'est pour leurs biens. Sur les murs de l'UE, on verra écrit "Et tout cela au nom du Peuple"... Ça rappellera quelques souvenirs pas franchement heureux.