Parlement européen

29 janvier 2015 10:13; Act: 29.01.2015 15:12 Print

Des pressions pour éviter une enquête sur LuxLeaks

LUXEMBOURG - Plusieurs députés européens ont retiré leur soutien à la création d'une commission d’enquête sur LuxLeaks. Ils auraient reçu des pressions.

storybild

Cinq parlementaires ont retiré leur soutien à la motion: Renate Sommer (Allemagne), Jérôme Lavrilleux (France), Kyrtsos Georgios (Grèce), Dieter-Lebrecht Koch (Allemagne) et Sven Schulze (Allemagne). (photo: DPA/Parlement européen)

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

L’affaire LuxLeaks pourrait bien faire pschitt. D’après les informations de L’essentiel, cinq députés européens du parti conservateur (le PPE) ont retiré leur signature concernant la demande d’une commission d’enquête sur l’affaire des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et des multinationales. Les parlementaires du PPE, auquel appartiennent notamment le CSV luxembourgeois, l'UMP française et la CDU allemande, recevraient beaucoup de pression. L’essentiel a obtenu le nom des cinq parlementaires qui ont tourné casaque: les Allemands Dieter-Lebrecht Koch, Sven Schulze et Renate Sommer, le Français Jérôme Lavrilleux (par ailleurs impliqué dans l’affaire Bygmalion en France) ainsi que le Grec Kyrtsos Georgios.

Pour que le président du Conseil européen prenne en compte la motion le 5 février, elle doit être approuvée par un quart des députés européens, soit 188. Au 22 janvier, 197 étaient favorables, dont 20 du PPE. Si cinq de plus font défection, la commission d’enquête sur LuxLeaks sera déjà de l’histoire ancienne. L’eurodéputé allemand Markus Ferber (PPE) pense savoir pourquoi certains de ses collègues se sont retirés. Selon lui, ils subissent une très forte pression de la part de leur hiérarchie. «Moi-même je connais ça», explique celui qui soutient toujours l’initiative. Le chef de fraction du PPE, Manfred Weber, aurait prévenu ses collègues que les signataires qui ne changeraient pas d’avis seraient à l’avenir privés de temps de parole, ne pourraient plus présenter de rapports ni participer à des commissions. «En ce qui me concerne, cela n’a pas suffi à m’intimider», reprend Markus Ferber.

«Stratégie d'enfumage»

«J’ai entendu que cette affaire créait pas mal de remous», explique la Luxembourgeoise Viviane Reding (PPE), qui ne confirme cependant pas les pressions exercées par son chef de fraction. L’eurodéputé écologiste Claude Turmes donne un autre son de cloche: «Les têtes pensantes du PPE sont amères vis-à-vis des parlementaires qui comptent signer la motion». Les cinq eurodéputés qui ont modifié leur position n’ont pu être joints par L’essentiel, malgré plusieurs tentatives. Sur son site Internet, Dieter-Lebrecht Koch écrit: «J’aurai préféré signer la motion». La perspective de donner satisfaction à l’extrême gauche, qui veut «entraver l’action de Jean-Claude Juncker (NDLR: président de la Commission européenne et Premier ministre du Luxembourg au moment de la négociation des tax rulings)», l’aurait fait changer d’avis.

L’Autrichien Michel Reimon, des Verts, est à l’initiative de la motion. Il suppose que la personnalité de Juncker est l’origine du retrait des eurodéputés du PPE. «Il s’agit d’un jeu de pouvoir exercé par les conservateurs et les sociaux-démocrates. Le but est de ne pas déstabiliser le président de la Commission». Les conservateurs craindraient aussi qu’une enquête sur LuxLeaks ne nuise à l’économie européenne et perturbe la fiscalité européenne. «Ils redoutent des conséquences massives pour plusieurs grandes entreprises».

Si la commission d’enquête était rejetée, l'affaire LuxLeaks atterrirait à la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement. «On verrait alors une stratégie d’enfumage», selon Markus Ferber. Autant Michel Reimon que Markus Ferber sont surpris par l’ampleur des pressions. «Des pressions aussi fortes que dans les Parlements nationaux où les députés peuvent faire tomber un gouvernement ne sont pas monnaie courante ici», selon l’eurodéputé autrichien. «C’est tout sauf une situation normale», constate son collègue allemand.

(Tobias Senzig/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Soutienà M Deltour le 29.01.2015 11:27 Report dénoncer ce commentaire

    pour soutenir les lanceurs d'alertes, l'ethique financiere et la morale faite un don

  • Don Junckerleone le 29.01.2015 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Nous allons vous faire une proposition que vous ne pourrez pas refuser...

  • Gingko le 29.01.2015 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    Stratégie d'enfumage.... C'est normal ce sont des politiciens. Mais comme on dit il n'y a pas de fumée sans feux

Les derniers commentaires

  • Le justicier. le 30.01.2015 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a pas de scandale LuxLeaks : - En France, 18.684 rescrits fiscaux ont été délivrés en 2012. - Les décisions fiscales anticipées sont une pratique bien établie dans 22 Etats membres de l’UE.

    • Vindulux le 30.01.2015 11:46 Report dénoncer ce commentaire

      Pour savoir, il faut une enquête sérieuse et indépendante. Ensuite nous jugerons s'il y a scandale ou pas. Si on à rien à cacher pour refuser une enquête? Et ce n'est pas aux députés de décider si ils souhaient une enquête sur leurs pratiques ou sur celle de leurs pays.

    • Bordo le 30.01.2015 12:58 Report dénoncer ce commentaire

      Vindulux: L'enquête sera beaucoup trop chère pour ne rien prouver du tout! Qui fera l'enquête? Vos amis les fonctionnaires, pas luxbg. mais fonctionnaires européens, ce qui revient au même. Et quand ils découvriront qui se cache derrière tout cela ils vont fermer le dossier, voir Bommeléer. Alors pour ce prix là mieux vaut ne pas commencer. De toute façon il ne s'agit pas d'une affaire grave qui pourrait changer le cours du monde.

  • Roberto Rigo le 30.01.2015 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois une excellente nouvelle! Bravo à ceux qui ont pression sur eux!!

  • NightBird le 30.01.2015 00:02 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des dossiers et des affaires qu'il vaut mieux ne pas éclairer!

    • Marianne France le 30.01.2015 12:37 Report dénoncer ce commentaire

      Pas d'accord... Nous attendons de pieds fermes !

    • parmentier le 15.10.2015 15:35 Report dénoncer ce commentaire

      il devrait etre aussi intraitable avec le petit chef du p m u

    • coco le 15.10.2015 17:21 Report dénoncer ce commentaire

      nous les sans dent ,sego ,ci ont oublie 1 euro ont passe a la caisse cette noblesse politique c est vat y je te couve mais tu m oublieras pas

  • Michel Colucci le 29.01.2015 22:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ Porcinet: L'illégal est caché sous le légal. On veut voir ce qu'il y a sous l'eau la partie que nous ne voyons pas.

  • Sharky le 29.01.2015 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Waat soll daat !!!!???? Daat muss integral ophedeckt gin !!!