Évasion fiscale

26 avril 2016 16:43; Act: 27.04.2016 10:49 Print

«Panama Papers»: le directeur de la CSSF cité

LUXEMBOURG - Claude Marx, directeur général de la Commission de surveillance du secteur financier, aurait entretenu des liens avec Mossack Fonseca quand il travaillait pour HSBC.

storybild

Claude Marx a été nommé par Pierre Gramegna. (photo: Editpress/Skoenig)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Claude Marx, 49 ans, est depuis le 5 février, le directeur général de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). Cet ancien CEO de Lombard International Assurance (2012-2015) a remplacé Jean Guill, parti à la retraite. Mais c'est pour son poste de directeur-adjoint de HSBC Private Bank au Luxembourg entre 2000 et 2011 qu'il est aujourd'hui pointé du doigt par plusieurs médias.

Selon les documents analysés par des journalistes du consortium dans le cadre des Panama Papers, Claude Marx aurait supervisé la création de plusieurs dizaines de sociétés-écrans. Les médias belges, dont Le Soir, indiquent qu'il aurait même représenté HSBC comme actionnaire dans plusieurs de ces sociétés offshores - liquidées depuis.

Soutien du ministère

Contacté par L'essentiel, la CSSF a indiqué que Claude Marx ne ferait aucun commentaire concernant ces accusations. Du côté du ministère des Finances, on soutient le directeur de la CSSF, «nommé sur base de ses compétences, son honorabilité et son expérience dans le secteur financier (...) Il a clairement indiqué n’avoir jamais été actionnaire ou mandataire d’une structure offshore. Claude Marx s’est d’ailleurs fait un nom pour avoir été un des promoteurs de la charte ICMA (NDLR: qui prône davantage d'intégrité et de transparence afin de lutter notamment contre le blanchiment d'argent) au Luxembourg. Son engagement en faveur du respect des plus hauts standards dans la supervision du secteur financier ne fait pas le moindre doute».

Il y a quinze jours, la CSSF avait pressé les banques et institutions de la place financière luxembourgeoise de faire connaître toutes leurs activités off-shore en lien avec le Panama et d’autres paradis fiscaux.

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Employé de banque américaine le 26.04.2016 17:25 Report dénoncer ce commentaire

    Comment envisager de conserver son poste dans ces conditions? La CSSF est sensée representer l'intégrité de la place. Une très mauvaise nouvelle...

  • a le 27.04.2016 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    deltour le petit personnage risque 10 ans de prison pour avoir dénoncer un système de gens malhonnête . Ce monsieur risque rien puisqu'il fait parti du gang .

  • Grincheux le 26.04.2016 23:55 Report dénoncer ce commentaire

    Le club des amis des sociétés panaméennes est large: Me Arendt, maintenant Secrétaire d'Etat, Me Retter dans le CA de la Banque Centrale et maintenant Monsieur Marx patron de la CSSF.....dans tout pays du monde ils devraient tous démissionner.

Les derniers commentaires

  • Le poisson rouge le 29.04.2016 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    On va pouvoir vérifier rapidement. Les documents seront en ligne en intégralité le 9 mai. Et si l'on n'y retrouve pas l'ensemble des acteurs du private banking, c'est probablement qu'ils utilisaient un autre cabinet que Mossack. Luxembourg et la Suisse ont fait une fortune sur la dissimulation fiscale européenne. Le plus scandaleux est que certains acteurs luxembourgeois prétendent le découvrir aujourd'hui.

  • Dégoutée le 27.04.2016 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    Boff, c'est une mafia internationale de hauts responsables dirigeants rois ministres etc...qui ont bien tissés leur clan! Il n'y a pas de démocratie ni de transparence dans le monde, parce que le système financier et bancaire mondial actuel est défaillant. Ils se défendent et défendent leurs intérêts puisque c'est la même marmite, et ils se trouvent mille et un arguments pour dissuader le public... Tandis que les pays en développement, noyés dans l'ignorance, ils voient et entendent tout ça mais ne peuvent pas parler , rien réclamer, il est clair, la dictature règne le monde.

    • Pauvre Monde le 27.04.2016 12:59 Report dénoncer ce commentaire

      ...et ça ne changera pas, puisque même les gens du peuple ne défendent pas Deltour, Snowden & co. Les "gros" ne se bouffent pas entre eux, les syndicats ne s'entendent même pas entre eux.

  • lakkadien le 27.04.2016 09:36 Report dénoncer ce commentaire

    Si tous les Haut placés cité ds les panama papers devaient donner leurs démission, ca ferait énormément de poste de direction à pourvoir pour les jeunes, pourquoi pas !

  • Bv le 27.04.2016 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Nous aurons donc droit à un repris de justice comme ministre de la justice car il aura eu une connaissance approfondit du milieu carcéral ... Ce mélange des genre est insupportable ! En espérant que Juncker, Président de la Commission soit blanc comme neige dans cet histoire afin de préserver le peu de crédibilité qui reste au GDL

  • a le 27.04.2016 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    deltour le petit personnage risque 10 ans de prison pour avoir dénoncer un système de gens malhonnête . Ce monsieur risque rien puisqu'il fait parti du gang .