Élection présidentielle

06 mai 2012 22:20; Act: 06.05.2012 23:31 Print

François Hollande élu président à 51%

François Hollande est devenu le deuxième président de gauche de la Ve République en remportant dimanche l'élection face à Nicolas Sarkozy.

Les résultats de l'élection présidentielle au second tour, le 6 mai 2012, à 22h30.
Source: Ministère de l'Intérieur

  • par e-mail
Sur ce sujet

Trente-et-un ans après la victoire de François Mitterrand, le candidat socialiste, archi-favori du scrutin depuis des mois, obtient 51,59% des voix, selon des résultats du ministère de l'Intérieur à 23h30.

À 57 ans, celui que personne n'attendait, qui n'a jamais exercé de responsabilité ministérielle et était donné battu par Dominique Strauss-Kahn jusqu'au 14 mai 2011 au sein d'une primaire socialiste inédite, accède à l'Elysée. La passation de pouvoirs devrait avoir lieu aux alentours du 14 mai. Le nouveau président «a levé les bras au plafond» à l'annonce de sa victoire, selon le maire de Tulle Bernard Combes. «Les Français viennent de choisir le changement en me portant à la présidence de la République», a lancé M. Hollande devant environ 2 000 partisans réunis sur la place de la cathédrale de Tulle, son fief corrézien.

Justice et jeunesse

Après un «salut républicain» adressé à son adversaire battu, M. Hollande, la mine grave, a dit sa fierté d'avoir été «capable de redonner espoir». Celui qui veut être le «président de tous les Français» a demandé à «être jugé sur la justice et la jeunesse». «Est-ce que j'ai fait avancer la cause de l'égalité?» sera la question qu'il se posera à la fin de son mandat, a expliqué le président élu, pour qui la France «n'est pas n'importe quel pays de la planète».

«L'Europe nous regarde, l'austérité ne peut plus être une fatalité», a prévenu M. Hollande, avant de quitter Tulle pour Paris. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, avait peu avant assuré que l'Allemange et la France allaient travailler «ensemble à un pacte de croissance pour l'Europe», lors d'une courte visite à l'ambassade de France à Berlin après la victoire de M. Hollande. A Solférino, au siège du PS, les milliers de sympathisants présents, avant de se rendre à la Bastille, ont exulté en début de soirée.

Sarkozy a appelé son rival

À 20h, la clameur a également été immense place de la Bastille, là où la gauche avait célébré le succès de François Mitterrand, le 10 mai 1981, et où le nouveau président élu devait venir s'exprimer. Premier des deux finalistes à réagir, devant ses partisans réunis à La Mutualité à Paris, Nicolas Sarkozy, 57 ans, a indiqué avoir eu François Hollande «au téléphone». «Je veux lui souhaiter bonne chance au milieu des épreuves», a-t-il déclaré, manifestement ému, dans un discours à la tonalité très personnelle. «Merci! Merci!», ont en retour lancé les militants. «Je porte toute la responsabilité de cette défaite (...). Il me faut en tirer toutes les conséquences», a souligné le président sortant, confirmant implicitement son retrait de la vie politique: «Je resterai l'un des vôtres», «mais ma place ne pourra plus être la même (...), mon engagement sera désormais différent».

«Je ne serai plus jamais candidat aux mêmes fonctions», a-t-il aussi annoncé peu avant aux ténors UMP réunis à l'Elysée, selon un ministre. Plombé par une impopularité chronique et confronté à la crise économique depuis 2008, Nicolas Sarkozy, qui comptait notamment sur un excellent report des 6,4 millions d'électeurs de Marine Le Pen (FN), obtient environ 48,9%. Après ceux d'Irlande, du Portugal ou d'Espagne, il devient le dernier dirigeant en date désavoué par les électeurs dans un contexte de crise économique et de la dette en Europe. La participation s'établirait autour de 81%, selon les instituts de sondages, taux inférieur au second tour de la présidentielle de 2007 (83,9%) mais supérieur à celui du premier tour de 2012 (79,5%).

17 ans après Mitterrand

Dès les premiers résultats connus, le porte-parole du PS Benoît Hamon a salué la victoire de François Hollande, qui «met fin à 17 ans de règne de la droite à l'Elysée». L'ex-candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a souhaité «le meilleur» à Hollande qui a «les moyens d'agir», selon lui. L'ex-candidat centriste François Bayrou, qui avait annoncé le 3 mai qu'il voterait pour M. Hollande, la surprise de fin de campagne, a appelé le président élu à «construire un esprit d'unité nationale». Ancienne journaliste politique, la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, s'est dit, sur son compte Twitter, «fière d'accompagner le nouveau président de la République et toujours aussi heureuse de partager la vie de François».

«Mon état d'esprit, c'est un peu de tristesse. Et puis un sentiment, peut-être, d'injustice», a en revanche commenté le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. Du côté de l'UMP, qui va entrer dans une zone de fortes turbulences avec cette défaite et la lutte annoncée entre Jean-François Copé et François Fillon, l'après-présidentielle semble avoir déjà commencé, malgré les appels à l'unité de Nicolas Sarkozy. «On ne pourra pas se contenter de demi-réponses. Il faudra une reconstruction en profondeur», a clamé le ministre Laurent Wauquiez.

«Personne ne doit remettre en cause la légitimité de Copé» à l'UMP, a mis en garde le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi. Patron du parti, et alors que la gauche dispose quasiment de l'ensemble des pouvoirs (exécutif, Parlement, régions, départements...), Jean-François Copé a appelé à la «mobilisation générale» dans l'optique des législatives de juin.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • thierry le 07.05.2012 07:11 Report dénoncer ce commentaire

    et enfin Sarko va pouvoir etre juge de toutes magouilles a moins qu'il n'attrape lui aussi l'alzheimer ! Hollande n'est certainement pas le meilleur mais il ne sera pas pire que l'autre...

  • kik le 06.05.2012 23:48 Report dénoncer ce commentaire

    bye bye vendetta addie chus ciao

  • morgan le 06.05.2012 23:11 Report dénoncer ce commentaire

    il n'y a pas de quoi se réjouir,dans dans quelques temps la france ressemblera à la grèce,l'europe sera divisée,et d'autres conséquences suivront à cette élection du nouveau président. le peuple français s'en mordra les doigts quand ils réaliseront l'erreur qu'ils auront commise..

Les derniers commentaires

  • az le 08.05.2012 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    Plus endetté, sans doute parce que l'Etat a transferé les compétences sans l'argent ! Si Hollande était président du Conseil général de la Moselle, tu aurais sans douté écris que la moselle était le departement le plus endetté! belle réthorique de l'UMP

  • blemia le 07.05.2012 15:14 Report dénoncer ce commentaire

    Si Hollande gère la France comme la Corrèze, on est mal barré car c'est le département le plus endetté de France. Français, Française, le réveil sera douloureux...et dans 5 ans la voie royale est ouverte pour Marine...

  • guss le 07.05.2012 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    cinq ans de perdus...

  • Zoé le 07.05.2012 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    futur faite par Morgan. Le pire est aussi que le nom de Martine Aubry circule pour le poste de 1er Ministre. Celle qui a fait de la France un pays de fainéants avec les 35 heures et les RTT, fait manger les enfants lillois hallal et aménage les horaires de piscines pour les musulmans... quel héritage pour nos enfants ? Heureusement que les Français du Luxembourg sont moins c**s

  • Philippe le 07.05.2012 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    Pendant 5 ans on à eu une politique pour les riches....maintenant on es partis pour une politique contre les pauvres...