Explications

10 juillet 2013 12:14; Act: 10.07.2013 13:04 Print

La crise politique expliquée en images

LUXEMBOURG - «L'essentiel Online» a retracé les grands événements des derniers mois qui ont amené à pointer du doigt la responsabilité politique du Premier ministre.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Coeur révélateur le 10.07.2013 15:26 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces organisations mentionnées (LACM, Moon, P2, Hospitaliers) étaient actives au Luxembourg en 84-86, même au niveau militaire de la monarchie. Mais personne n'ose enquêter dans cette voie jonchée de cadavres accidentés (Rau, Zanussi) et de vies ruinées, ni le SREL, ni le Procureur, ni la Justice ! La Ligue anti-communiste mondiale s'appelle aujourd'hui la Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie, arguments militaires des Bush...

  • Coeur révélateur le 10.07.2013 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    de 140 pages. Qui les lit ? Le Stay behind n'aurait pas pu exécuter les attentats, mais une organisation parallèle, oui. Ce n'est jamais l'Ordre de Malte, Francs-Maçons, Ligue mondiale anti-communiste réunie en 86 à Dommeldange, ayant son origine en Asie comme la secte Moon. Certains membres d'extrême-droite (ex.P2 en Italie, Gelli & Chiaie) infiltrent ces organisations donnant naissance à des pseudo-organisations parallèles qui ébranlent les Etats, petits ou grands. Lisez l'enquête parlementaire belge en 97 sur les pratiques illégales des sectes.

  • rené la taupe le 10.07.2013 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    un livre à lire d'urgence pour tout comprendre "les guerres secrètes de l'OTAN" tout s'explique

Les derniers commentaires

  • rené la taupe le 10.07.2013 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    un livre à lire d'urgence pour tout comprendre "les guerres secrètes de l'OTAN" tout s'explique

  • Pierre le 10.07.2013 15:33 Report dénoncer ce commentaire

    pour sauver trois personnes et surtout une de haut rang (tous savent de quoi on parle) un Gouvernement tombe. Paradoxale

  • Coeur révélateur le 10.07.2013 15:26 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces organisations mentionnées (LACM, Moon, P2, Hospitaliers) étaient actives au Luxembourg en 84-86, même au niveau militaire de la monarchie. Mais personne n'ose enquêter dans cette voie jonchée de cadavres accidentés (Rau, Zanussi) et de vies ruinées, ni le SREL, ni le Procureur, ni la Justice ! La Ligue anti-communiste mondiale s'appelle aujourd'hui la Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie, arguments militaires des Bush...

    • Sigefroid le 10.07.2013 17:44 Report dénoncer ce commentaire

      ajoutez l'Opus dei, très active dans certains milieux locaux, et le rôle de la KBL dans les années que vous évoquées

    • Coeur révélateur le 10.07.2013 22:51 Report dénoncer ce commentaire

      je n'ai connaissance d'aucun élément concret qui met l'Opus Déi en relation avec les attentats, ce qui n'est pas le cas pour les autres organisations et mes commentaires sont toujours fondés sur au moins deux sources différentes.

  • Coeur révélateur le 10.07.2013 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    de 140 pages. Qui les lit ? Le Stay behind n'aurait pas pu exécuter les attentats, mais une organisation parallèle, oui. Ce n'est jamais l'Ordre de Malte, Francs-Maçons, Ligue mondiale anti-communiste réunie en 86 à Dommeldange, ayant son origine en Asie comme la secte Moon. Certains membres d'extrême-droite (ex.P2 en Italie, Gelli & Chiaie) infiltrent ces organisations donnant naissance à des pseudo-organisations parallèles qui ébranlent les Etats, petits ou grands. Lisez l'enquête parlementaire belge en 97 sur les pratiques illégales des sectes.