UN RESCAPé TéMOIGNE

21 mai 2012 15:48; Act: 21.05.2012 16:14 Print

«Là, j'ai vu tous les morts. L'eau était rouge»

Ayant vu ses camarades abattus par Breivik et lui-même atteint de trois balles, un rescapé d'Utoeya a raconté lundi devant le tribunal comment il avait nagé dans une eau rouge de sang.

  • par e-mail

«Là, j'ai vu tous les morts. L'eau était rouge» de sang: Hussein Kazemi, 20 ans, a raconté à la barre la vision d'épouvante qui l'attendait quand il est sorti des eaux glaciales du lac qui entoure Utoeya et dans lequel il s'était jeté ce jour-là pour échapper au tueur.

Arrivé d'Afghanistan en mars 2009, le jeune homme pensait trouver la paix en Norvège et avait adhéré au mouvement de la Jeunesse travailliste dans l'espoir qu'un gouvernement de gauche facilite l'aboutissement de sa demande d'asile. «Pour la première fois de ma vie, j'ai eu peur», a confié lundi Hussein Kazemi, en se souvenant des projectiles venus frapper le rocher à moitié immergé derrière lequel il s'était réfugié.

Breivik encourt 21 ans de prison

Le 22 juillet 2011, c'est ce même mouvement de la Jeunesse travailliste que Breivik a pris pour cible en ouvrant le feu sur près de 600 participants d'un camp d'été sur l'île d'Utoeya, près d'Oslo, estimant que cette organisation faisait le lit de l'islam et du multiculturalisme en Norvège. La fusillade avait fait 69 morts. Juste auparavant, l'extrémiste, aujourd'hui âgé de 33 ans, avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit autre victimes.

S'il reconnaît les faits, Breivik plaide non-coupable, jugeant son acte «cruel mais nécessaire». S'il est reconnu pénalement irresponsable dans le verdict attendu en juillet, l'extrémiste risque l'internement psychiatrique à vie. Déclaré responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourrait être prolongée aussi longtemps qu'il sera jugé dangereux.

(L'essentiel Online/AFP)