Procès en Norvège

31 mai 2012 16:33; Act: 31.05.2012 17:06 Print

Breivik s'était dopé pour «mieux» tuer

Le Norvégien, jugé pour la mort de 77 personnes le 22 juillet 2011 en Norvège, a absorbé des substances illicites en vue de doper ses capacités physiques et mentales ce jour-là.

storybild

Les analyses toxicologiques effectuées sur Anders Behring Breivik ont démontré que ce dernier était sous influence de produits stupéfiants le jour du carnage sur l'île d'Utoeya. (photo: AFP)

  • par e-mail

Avant de perpétrer l'attentat à la bombe d'Oslo puis d'ouvrir le feu sur des centaines de jeunes sur l'île d'Utoeya, Breivik avait ingéré un mélange Eca (éphédrine, caféine et aspirine), interdit en Norvège et d'autres pays mais souvent utilisé par les culturistes notamment pour perdre du poids, a expliqué un expert médicolégal jeudi. «Il était légèrement ou modérément sous influence», a témoigné devant le tribunal d'Oslo le professeur Joerg Moerland, de l'Institut norvégien de la santé publique.

Breivik a dit avoir pris une dose d'Eca, «50% de plus» que la dose normale autorisée dans l'Union européenne selon lui, quelques heures seulement avant de perpétrer ses attaques. Grâce à ce «stack» (mélange de substances dont la combinaison multiplie leurs effets), a expliqué l'extrémiste de droite, «le cerveau absorbe davantage d'oxygène et cela résulte à une amélioration des performances physiques et mentales».

Cocktail qui a pu «contribuer à une agressivité et à une agitation

Selon le professeur Moerland, le mélange donne une confiance accrue en soi et augmente la propension à prendre des risques. L'effet de ces substances a toutefois été limité puisque, concernant la seule caféine, le spécialiste médicolégal a comparé la dose absorbée à l'équivalent «de quatre à six grandes tasses de café moyennement fort».

Dans les mois qui ont précédé les attaques, l'extrémiste de 33 ans a aussi pris des stéroïdes anabolisants pour accroître sa musculature. «À mes yeux, il n'y a pas eu d'effet supplémentaire du fait des stéroïdes mais je ne peux exclure que cela a pu contribuer à une agressivité et à une agitation», a précisé M. Moerland.

(L'essentiel Online/AFP)