Élections aux États-Unis

08 mars 2016 08:05; Act: 08.03.2016 11:54 Print

Bloomberg renonce à la Maison-​​Blanche

Le milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, a annoncé lundi qu'il ne se présenterait pas en candidat indépendant à la présidentielle américaine de novembre.

storybild

Le maire de New York, Michael Bloomberg, ne se présentera pas à la présidentielle.

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

«Il y a une forte chance pour que ma candidature conduise à l'élection de Donald Trump ou du sénateur Ted Cruz», écrit Michael Bloomberg, dans une tribune publiée sur le site Bloomberg View et intitulée «Le risque que je ne prendrai pas». «J'aime trop mon pays pour jouer un rôle dans l'élection d'un candidat qui affaiblirait notre unité nationale et assombrirait notre avenir - et je n'entrerai donc pas dans la course pour la présidence des États-Unis», y écrit l'homme d'affaires. Michael Bloomberg, 74 ans, avait laissé filtrer en janvier qu'il envisageait de se présenter en candidat indépendant. Longtemps démocrate, il s'était fait élire maire de New York en 2001 sous l'étiquette républicaine, avant de devenir indépendant en 2007. Il dirigea la ville de 2002 à 2013. À la tête d'une fortune de 41,7 milliards de dollars selon Forbes, il s'était dit prêt à dépenser un milliard pour se faire élire.

Il affirme qu'il aurait pu remporter certains États à la présidentielle, mais juge que dans le système de suffrage universel indirect il ne pensait pas pouvoir être élu face aux candidats démocrate et républicain. Chacun des 50 États accorde des grands électeurs en fonction du vote de ses habitants, et un candidat doit en obtenir une majorité (270 sur 538) pour être élu président. Si aucun n'atteint cette barre, c'est la Chambre des représentants, dominée par les républicains, qui élit le président. Michael Bloomberg critique vertement Donald Trump, qu'il dit connaître depuis des années. «Il mène la campagne présidentielle la plus clivante et démagogique que j'ai jamais vue, en jouant sur les préjugés et les craintes des gens», écrit-il, en condamnant les propos tenus par M. Trump contre les musulmans et les sans-papiers mexicains, ainsi que ses menaces d'une guerre commerciale contre la Chine et le Japon.

«Pas souhaitable pour le pays»

«Ces gestes nous diviseraient intérieurement et compromettraient notre leadership moral dans le monde», affirme Michael Bloomberg. «Cela ne ferait qu'encourager nos ennemis, menacer la sécurité de nos alliés et mettre nos hommes et femmes en uniforme en danger». Quant à Ted Cruz, le sénateur du Texas qui est deuxième dans la course des primaires républicaines, il le qualifie de «tout aussi extrême» sur l'immigration. La Maison-Blanche est dans le viseur du milliardaire new-yorkais depuis des années mais, sans parti derrière lui ni base électorale identifiée en dehors de New York, Michael Bloomberg partait en position très défavorable par rapport à des candidats établis comme Hillary Clinton et Donald Trump - a fortiori dans une année électorale marquée par le rejet des élites.

Bernie Sanders, rival d'Hillary Clinton aux primaires démocrates, avait critiqué l'idée qu'un autre milliardaire cherche à se hisser à la présidence américaine. Selon le New York Times, Michael Bloomberg avait néanmoins embauché des dizaines de conseillers et avocats et réalisé des sondages. Ces enquêtes montraient que ses chances étaient très limitées dans un match à trois avec la démocrate Hillary Clinton et Donald Trump. Le richissime retraité a dépensé ces dernières années pour soutenir une réforme des lois sur les armes à feu. Son équipe envisageait de le présenter comme un homme indépendant des lobbys qui aurait financé sa campagne sur ses propres fonds. «S'il s'était présenté, il aurait probablement empêché chaque parti d'atteindre 270 grands électeurs, ce qui donnerait l'élection à la Chambre, ce qui n'est pas souhaitable pour le pays», a réagi le sénateur républicain Lindsey Graham sur CNN.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Démocrasse le 08.03.2016 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Hillary Clinton a déjà ses chaussettes brodées à son nom à la maison blanche depuis longtemps. Le reste n'est que grand bouffonerie pour faire croire à un semblant de démocratie.

  • Laurent le 08.03.2016 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage, Bloomberg aurait été un excellent président, bien mieux que Clinton ou Santers, surtout si on voit ce qu'il a accomplis avec New York...

  • ..--.. le 08.03.2016 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage!!!

Les derniers commentaires

  • Laurent le 08.03.2016 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage, Bloomberg aurait été un excellent président, bien mieux que Clinton ou Santers, surtout si on voit ce qu'il a accomplis avec New York...

  • ..--.. le 08.03.2016 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage!!!

  • Démocrasse le 08.03.2016 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Hillary Clinton a déjà ses chaussettes brodées à son nom à la maison blanche depuis longtemps. Le reste n'est que grand bouffonerie pour faire croire à un semblant de démocratie.

    • ..--.. le 08.03.2016 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      Disons qu'elle a l'investiture démocrate!!

    • Terry le 08.03.2016 14:40 Report dénoncer ce commentaire

      Elle a la bénédiction de Wall Street !!! (dont elle reçoit un financement et à qui elle devra" renvoyer l'ascenseur") :-((