Wikileaks

05 décembre 2010 21:36; Act: 05.12.2010 21:46 Print

Les diplomates mis en cause seront mutés

Les Etats-Unis se préparent à organiser un vaste remaniement de leur personnel diplomatique afin de changer les fonctionnaires identifiés dans les notes internes révélées par WikiLeaks.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«L'administration Obama a programmé un remaniement majeur de ses effectifs diplomatique, militaire et du renseignement dans les ambassades américaines du monde entier, jugeant que WikiLeaks a rendu leur travail impossible voire dangereux», écrit le site online The Daily Beast, spécialisé dans la politique américaine. Interrogée sur l'éventuelle mutation de diplomates, une porte- parole du département d'Etat, Leslie Phillips, a déclaré: «nous avons déjà dit que nous le ferions si nécessaire».

Selon The Daily Beast, qui cite des responsables anonymes de l'administration, partiront en priorité les fonctionnaires identifiés nommément dans les 250 000 dépêches diplomatiques que WikiLeaks a commencé à diffuser la semaine dernière. Parmi ces derniers, un candidat évident au départ semble être l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Gene Cretz, qui, dans une note adressée en 2009 à Washington, assurait que le colonel Mouammar Kadhafi ne se déplaçait jamais sans «une blonde voluptueuse» d'origine ukrainienne.

Le Quatar serait «le pire»

Les révélations continuent entre-temps de se répandre dans les médias. Selon des notes diplomatiques obtenues par WikiLeaks et publiées dimanche par le New York Times, les Etats-Unis sont de plus en plus exaspérés par la mauvaise volonté de leurs alliés du Golfe à lutter contre le financement des mouvements islamistes armés.

Malgré les pressions de Washington, des organisations telles qu'Al Qaïda ou les taliban continuent à collecter des millions de dollars, selon les câbles du département d'Etat. L'un d'eux, envoyé en décembre par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, présente l'Arabie saoudite et les pays voisins comme la première source de financement de l'extrémisme islamiste. Les Emirats arabes unis souffrent quant à eux d'un «vide stratégique» exploitable par les mouvements terroristes, poursuit l'auteur. Il présente le Qatar comme «le pire de la région» en matière de lutte antiterroriste et le Koweït comme un «point de transit essentiel».

Wikileaks victime de cyberattaques

Parmi les nombreuses méthodes de financement évoqués, les câbles repris par le «New York Times» citent le cambriolage d'une banque, l'an dernier au Yémen, le trafic de drogue en Afghanistan et le pèlerinage annuel à La Mecque. Il ressort des notes qu'Al Qaïda n'a aucune difficulté à obtenir des subsides auprès de riches particuliers ou d'organisations bienveillantes à son égard. Rien n'indique en revanche que les activistes afghans ou pakistanais puisent des sommes importantes aux Etats-Unis ou en Europe.

D'autres documents révélés par le site de WikiLeaks mettent en cause de hauts responsables chinois dans les attaques contre le géant américain de l'internet Google au printemps. En mars, Google avait annoncé qu'il n'obéirait plus à l'ordre du gouvernement chinois de censurer son moteur de recherche, expliquant avoir été victime d'attaques informatiques coordonnées. Par ailleurs, WikiLeaks a affirmé dimanche être toujours visé par d'«importantes» cyber-attaques. Le site a demandé aux internautes de créer des sites internet «miroirs» sur lesquels son contenu serait accessible.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).