Extradition de Puigdemont

04 décembre 2017 11:00; Act: 04.12.2017 17:23 Print

La justice belge rendra sa décision le 14 décembre

La justice belge statuera le 14 décembre, sur l'extradition du président déchu de Catalogne, Carles Puigdemont, et de quatre autres dirigeants indépendantistes catalans.

storybild

Carles Puigdemont s'est exilé en Belgique, le 30 octobre dernier. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

La justice belge rendra sa décision le 14 décembre, sur l'extradition du président déchu de Catalogne, Carles Puigdemont, et de quatre autres dirigeants indépendantistes catalans, a-t-on appris lundi auprès de leurs avocats. L'annonce a été faite par le juge chargé d'examiner le mandat d'arrêt européen (MAE) émis à l'encontre des cinq anciens membres de l'exécutif régional catalan en exil, lors d'une audience devant la Chambre du conseil à Bruxelles.

«Le procureur a répété ses réquisitions et demande l'exécution du mandat d'arrêt», a rapporté l'avocat, Christophe Marchand, à la sortie de l'audience. «Nous considérons que les faits reprochés au gouvernement catalan ne sont pas punissables en Belgique et que s'ils étaient extradés vers la Catalogne et vers l'Espagne, il y aurait là un risque de violation des droits fondamentaux», a-t-il ajouté.

Quatre dirigeants catalans restent par ailleurs en prison

Carles Puigdemont et ses quatre collègues se sont exilés en Belgique le 30 octobre dernier pour échapper aux poursuites, et sont sous la menace d'un MAE émis par la justice espagnole. Tous sont poursuivis pour avoir participé au processus de sécession de la Catalogne qui a débouché le 27 octobre sur une proclamation unilatérale de la «République catalane». Les avocats des Catalans ont d'ores et déjà annoncé que, quelle que soit la décision le 14 décembre, ils épuiseraient toutes les voies de recours pour rester en Belgique, au moins au-delà du 21 décembre, date des élections régionales en Catalogne.

Par ailleurs, un juge d'instruction espagnol a décidé lundi de maintenir en prison préventive le vice-président catalan destitué Oriol Junqueras et trois autres inculpés. Junqueras, l'ancien conseiller (ministre) de l'Intérieur Joaquim Forn et les chefs des associations séparatistes ANC Jordi Sanchez et Omnium Cultural Jordi Cuixart resteront en prison en raison du «risque de récidive», selon un communiqué de la Cour suprême qui instruit l'affaire. Six autres détenus pourront être remis en liberté moyennant paiement d'une caution de 100 000 euros chacun, a décidé le juge alors que la campagne pour les élections régionales du 21 décembre démarre officiellement lundi à minuit.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • capalapresó le 04.12.2017 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    Si justice il y'a, en prison il ira...

  • Catalogne le 04.12.2017 17:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut respecter le choix du peuple catalan.

  • La Mouche le 04.12.2017 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ Léo Pintanao : "pourvu qu'on interdise à des gens de se présenter aux élections"... encore une belle démonstration de la démocratie...

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 05.12.2017 08:05 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de critiquer regardez donc les élections de 2015 et les sondages pour celles à venir. Ou est la démocratie quand les formations qui gagnent les élections n'ont rien à dire aprés?? Les résultats quand ils ne conviennent pas à un gouvernement quel qu'il soit on tire un trait dessus ...

    • La Mouche le 05.12.2017 09:21 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivemment vous avez totalement raison. De plus, si les indépendentistes gagnent le 21 décembre, Rajoy a annoncé qu'il appliquerait à nouveau le 155. Autant arrêter de perdre son temps et qu'il désigne lui même les députés de Catalogne... Ca évitera aux gens de se déplacer pour rien...

  • suis le 04.12.2017 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a semé le chaos. Et après il n’ assume pas ses actes. Il mérite d’être juger pour ses actes. Il aurait pû faire une grève générale en Catalogne pour forcer Madrid à négocier. Au lieu de ne pas respecter la constitution de son pays.

  • La Mouche le 04.12.2017 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ Léo Pintanao : "pourvu qu'on interdise à des gens de se présenter aux élections"... encore une belle démonstration de la démocratie...

    • ElToro le 05.12.2017 08:08 Report dénoncer ce commentaire

      En effet, cette phrase est malheureuse. Néanmoins, que pensez-vous de certains dirigeants comme duterte ou maduro pour ne citer qu'eux? Vous me direz certainement qu'ils devraient être en prison. C'est également son cas. Il est soupçonné d'avoir enfreint la loi Espagnole et doit être jugé. Pour ne pas dire qu'il l'a fait, malgré les évidences. N'importe quel autre criminel soupçonné voudraient se présenter aux élections chez nous, on crierait au scandale...

  • Catalogne le 04.12.2017 17:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut respecter le choix du peuple catalan.

  • Raphaël le 04.12.2017 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    L'argument choc des avocats belges "il n'a pas utilisé la violence" ne tient pas. Son putsch minutieusement préparé avec l'aide de diverses institutions catalanes en trahissant toute législation parlementaire catalane et la démocratie espagnole et aussi avec la bienveillance de la police "los Mossos" n'a pas d'égal dans l'histoire