WikiLeaks

04 janvier 2021 12:17; Act: 04.01.2021 13:23 Print

La justice britannique refuse d'extrader Assange

La demande d’extradition du fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis a été rejetée, ce lundi, par un tribunal de Londres. La décision est susceptible d'appel.

storybild

Julian Assange photographié à Londres en mai 2017. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Invoquant un risque de suicide, la justice britannique a rejeté lundi la demande d'extradition du fondateur de Wikileaks Julian Assange vers les Etats-Unis, qui le réclament pour la publication de centaines de milliers de documents confidentiels. La bataille judiciaire autour de l'Australien de 49 ans, devenu pour ses soutiens un symbole du combat pour la liberté d'informer, ne s'arrêtera sans doute pas là: la décision rendue par la juge Vanessa Baraitser, est susceptible d'appel. Cette dernière a estimé que «les procédures décrites par les États-Unis ne vont pas l'empêcher de se suicider (..) pour des raisons de santé mentale».

Une audience doit se tenir dans l'après-midi pour savoir s'il doit être libéré. Ce jugement a été accueilli par une explosion de joie par la trentaine de manifestants réunis devant l'Old Bailey, qui se sont mis à crier et à s'étreindre. Le point levé, ils ont hurlé «Libérez Julian Assange» et «Nous avons gagné!». Dans la salle d'audience, l'avocate Stella Moris, avec qui M. Assange a eu deux enfants pendant sa réclusion à l'ambassade d'Équateur à Londres, a fondu en larmes. L'Australien risque aux États-Unis 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Risque de suicide «très élevé»

Les États-Unis reprochent au fondateur de WikiLeaks d'avoir mis en danger des sources des services américains, accusation qu'il conteste. Parmi les documents publiés figurait une vidéo montrant des civils tués par les tirs d'un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007, dont deux journalistes de l'agence Reuters. Julian Assange a été arrêté en avril 2019 après sept ans derrière les murs de l'ambassade d'Équateur à Londres, où il s'était réfugié après avoir enfreint les conditions de sa liberté sous caution, craignant une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol qu'il conteste et qui ont depuis été abandonnées.

Il revenait à la justice britannique de déterminer si la demande américaine d'extradition qui lui est soumise respecte un certain nombre de critères légaux, et notamment si elle n'est pas disproportionnée ou incompatible avec les droits humains. Pendant les cinq semaines d'audience en février et en septembre, les avocats de Julian Assange ont dénoncé une procédure «politique» fondée sur des «mensonges». Or, soulignent-ils, l'accord américano-britannique interdit «expressément» les extraditions pour les «infractions politiques». Un psychiatre l'ayant examiné avait alors évoqué un risque de suicide «très élevé» s'il devait être extradé vers les États-Unis.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jeanne le 04.01.2021 14:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour cette décision. Les politiciens oublient que c'est le peuple qui les ont élu, qui les payent et qui ont le droit de savoir. Tout mon respect pour M. Assange qui a eu le courage de publier ce que le peuple a le droit de savoir.

  • goston le 04.01.2021 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on devrait faire le procès de l armée américaine pour tous les tueries d innocents pendant leur guerre pour piller les richesses d autres pays et non les lanceurs d ALERTES !!!! bravo les anglais

  • Tallyortoby le 04.01.2021 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour cette décision en faveur de la liberté de presse. Ce que Wikileaks avait divulgué à l'époque était juste honteux pour une nation comme les Etats Unis d'Amérique. Qu'il soit libre de ses gestes et faits.

Les derniers commentaires

  • ItalieCorrompue le 14.02.2021 14:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on voit que l UE ne fait rien contre Israël et sa colonisation illégale et ne fait rien contre le prince de Saoudi en rapport au meurtre du journaliste , c est honteux .

  • ItalieCorrompue le 14.02.2021 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assange est un hero , dommage que l EU de ridiculise en ne faisant rien , mais par contre pour cet agitateur et es croc de Navalny, là l Europe fait les malins. Les US eux n extradent pas, eux ne reconnaissent pas la cour pénale internationale , et eux ont commis des crimes contre l humanité !

  • julie le 05.01.2021 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    assange sauve l'honneur des journalistes

  • Hanz le 04.01.2021 18:19 Report dénoncer ce commentaire

    Julian a contribué a dévoiler une face cachée du monde occidentale qui fait des terroristes islamistes des enfants de coeurs à coté d'eux.

    • @Hanz le 05.01.2021 16:24 Report dénoncer ce commentaire

      Rassurez-vous, il n'a pas fallu attendre Assange pour connaître Guantánamo et les crimes de la CIA/NSA. Il y a probablement plus de personnes décédées dans les locaux de la CIA en se "cognant la tête contre un radiateur" ou "tombée de sa chaise" que dans tout le reste du monde.

  • Jean-François Ruellot le 04.01.2021 17:15 Report dénoncer ce commentaire

    B R A V O !