Brexit

28 février 2018 16:52; Act: 28.02.2018 17:58 Print

Londres rejette le projet de traité de divorce de l'UE

La Première ministre britannique Theresa May a assuré qu'elle n'accepterait «jamais» les dispositions du traité concernant l'Irlande du Nord.

storybild

La Première ministre britannique Theresa May a assuré qu'elle n'accepterait «jamais» les dispositions du traité de divorce concernant l'Irlande du Nord.

Sur ce sujet

La Première ministre britannique Theresa May a vertement répliqué mercredi au projet de traité de divorce tout juste dévoilé par l'UE, assurant qu'elle n'accepterait «jamais» ses dispositions concernant l'Irlande du Nord, qui menacent selon elle l'intégrité du pays. Mme May s'exprimait devant les députés britanniques peu après la publication à Bruxelles d'une ébauche de 120 pages du traité scellant le Brexit. Un texte qui traduit en langage juridique les compromis parfois ambigus conclus en décembre dans plusieurs dossiers clés, dont les droits des expatriés et la facture du divorce.

«C'est un moment important», a estimé devant la presse le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, en présentant ce document. «Si nous voulons réussir cette négociation, et je veux la réussir, nous devons accélérer», a-t-il insisté, rappelant qu'il ne restait plus que 13 mois avant le départ britannique, programmé fin mars 2019. Mais les tensions entre les deux parties ont au contraire semblé être ravivées par certains passages du texte. En particulier ceux liés à la promesse de Londres d'éviter le retour d'une frontière «dure» entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande, qui restera dans l'UE. «Nous restons fidèles à tous les engagements pris en décembre, mais le projet d'accord publié par la Commission, s'il est mis en œuvre, nuirait au marché commun britannique», a réagi Mme May. Il «menacerait l'intégrité constitutionnelle du Royaume-Uni en créant une frontière douanière et réglementaire en mer d'Irlande et aucun Premier ministre britannique ne l'acceptera», a-t-elle averti.

«Je ne cherche à provoquer personne»

Dans son projet de traité, Bruxelles propose la mise en place d'«un espace réglementaire commun» incluant l'UE et l'Irlande du Nord, «sans frontières intérieures», au cas où aucune autre solution satisfaisante ne serait proposée par le Royaume-Uni. Pour Michel Barnier, ce scénario permettrait de maintenir un «alignement complet avec les règles du marché unique et de l'Union douanière sur lesquelles (...) sont fondées la coopération Nord-Sud, l'économie de l'île toute entière et la protection de l'Accord de paix» pour l'Irlande du Nord de 1998, qui a mis fin à un conflit sanglant.

«Je ne cherche à provoquer personne. Je connais l'ordre institutionnel ou constitutionnel du Royaume-Uni, et nous devons tous le respecter», a affirmé le Français. «Nous essayons de manière pratique et pragmatique dans le cadre des lois de trouver des solutions», a-t-il plaidé. Le texte publié mercredi doit encore être discuté entre les 27, avant d'être soumis au gouvernement britannique, avec lequel un nouveau cycle de négociations a été programmé la semaine prochaine. Le document prévoit aussi les règles de la transition souhaitée par le Royaume-Uni après son départ programmé fin mars 2019, afin d'éviter les dégâts d'une séparation brutale, en attendant que soient conclus des accords commerciaux entre les deux parties.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cassos le 01.03.2018 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    Brexit hard et basta!

  • Mino le 01.03.2018 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait surtout stopper le brexit! Ce n'est pas la volonté du peuple mais un référendum bidon qui n'a pas pris en compte 20 millions de britanniques vivant à l'étranger et qui sont d'autant plus concernés et ouvert et pour l'UE! Catastrophe!!!

  • Lux le 28.02.2018 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Méfions nous des Anglais ! Qui se rappelle ce que Dieu a dit au moment de la création du Monde ..... et les GB où va t’on les placés ? ..... ils sont tellement à part, je les mets la haut dans la mer loin des autres ....

Les derniers commentaires

  • RamBo le 01.03.2018 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y aura pas de Brexit !

  • Mino le 01.03.2018 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait surtout stopper le brexit! Ce n'est pas la volonté du peuple mais un référendum bidon qui n'a pas pris en compte 20 millions de britanniques vivant à l'étranger et qui sont d'autant plus concernés et ouvert et pour l'UE! Catastrophe!!!

    • Ronny le 01.03.2018 09:34 Report dénoncer ce commentaire

      De toute façon les Anglais vivant à l'étranger ne sont plus concernés par leur pays!

  • Cassos le 01.03.2018 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    Brexit hard et basta!

  • monique Plumiot le 01.03.2018 07:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut fermer les frontières!

  • Lux le 28.02.2018 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Méfions nous des Anglais ! Qui se rappelle ce que Dieu a dit au moment de la création du Monde ..... et les GB où va t’on les placés ? ..... ils sont tellement à part, je les mets la haut dans la mer loin des autres ....

    • Le Grand Charles le 01.03.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

      Ou plus proche de nous, de Gaulle qui ne voulait pas d'eux dans l'UE, il les connaissait trop bien. Churchill n'avait-il pas déclaré : "Si vous nous demandez de choisir entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large" ?