Coalition au Parlement

25 juin 2014 09:18; Act: 25.06.2014 09:26 Print

PPE et PSE vont se partager la présidence

La droite du Parti populaire européen (PPE) et les socialistes (PSE) vont de nouveau se partager la présidence du Parlement européen, dans le cadre de leurs accords pour constituer une majorité de grande coalition.

storybild

Martin Schulz, qui, en attendant de retrouver son poste, a pris la présidence du groupe socialiste pour mener les négociations avec les autres groupes. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le PPE et les socialistes du PSE «ont convenu de partager la présidence du Parlement européen: les premiers deux ans et demi pour un socialiste et la seconde partie du mandat, qui débutera en janvier 2017, pour un candidat du PPE», ont indiqué les deux groupes dans un communiqué. Les socialistes ont dans la foulée désigné le social-démocrate allemand Martin Schulz, président sortant du Parlement européen, pour être leur candidat. Le SPD allemand et la chancelière chrétienne-démocrate Angela Merkel ont officiellement apporté leur soutien à la candidature de Martin Schulz, qui, en attendant de retrouver son poste, a pris la présidence du groupe socialiste pour mener les négociations avec les autres groupes. Il doit être élu lors de la session inaugurale du Parlement à Strasbourg la semaine prochaine.

Le groupe PPE, qui était présidé dans le Parlement sortant par le Français Joseph Daul, l'est désormais par l'Allemand Manfred Weber. Le candidat pour succéder à M. Schulz en 2017 n'a pas encore été désigné, mais devrait être le français Alain Lamassoure, selon des sources européennes. M. Lamassoure, ancien ministre français du Budget, était président de la commission des budgets dans le Parlement sortant.

PPE/PSE, une majorité fragile

Le partage de la présidence a déjà eu lieu, notamment dans le Parlement sortant. Le chrétien-démocrate polonais Jerzy Buzek avait occupé le poste de mi-2009 à fin 2011, avant de céder son fauteuil à M. Schulz. Le PPE et les socialistes «ont fait des progrès significatifs pour constituer une majorité stable et durable, et pour élaborer un programme de réformes en Europe pour les cinq prochaines années», ont-il assuré, ajoutant que leurs discussions «se poursuivront la semaine prochaine à Strasbourg».

Le groupe PPE est arrivé en tête des élections européennes avec 221 députés, devant les socialistes (191). À eux deux, ils représentent donc une majorité de 412 députés sur 751. Mais cette majorité reste fragile. Les travaillistes britanniques (20 députés) sont contre la candidature de l'élu luxembourgeois PPE Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission, de même que les conservateurs du Fidesz hongrois de Viktor Orban (12 députés). Les libéraux, qui avec 67 sièges ont perdu leur troisième place au profit du groupe emmené par les conservateurs britanniques (70), n'ont pas été sollicités pour former une majorité plus large. L'idée de partager la présidence entre le socialiste Martin Schulz et le libéral belge Guy Verhofstadt a été abandonnée. Pour autant, les libéraux ne vont pas s'installer dans l'opposition et devraient soutenir la grande coalition au coup par coup, selon une source européenne.

(L'essentiel/AFP)