Selon Juncker

13 septembre 2017 09:53; Act: 13.09.2017 11:54 Print

«L'Europe a de nouveau le vent en poupe»

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a livré ce mercredi matin, à Strasbourg, un programme ambitieux lors de son discours sur l'État de l'Union.

Le discours du président Juncker (en anglais).

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Embellie économique, unité affichée: le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dévoilé mercredi à Strasbourg un programme ambitieux et son propre scénario pour l'avenir d'une Union qui a «à nouveau le vent en poupe». «Nous avons désormais une fenêtre d'opportunité mais celle-ci ne restera pas éternellement ouverte. Faisons le maximum pour saisir cette dynamique», a lancé le Luxembourgeois dès l'introduction de son discours annuel sur l'état de l'Union, devant les députés européens réunis à Strasbourg.

À 62 ans, le patron de l'exécutif européen a voulu laisser derrière lui, en cette rentrée 2017, la «crise existentielle» de l'UE qu'il évoquait un an plus tôt. De fait, la croissance s'installe dans les 28 pays de l'UE, le chômage recule, les flux migratoires paraissent maîtrisés. L'UE veut croire en sa convalescence. Malgré trois premières années de mandat marquées par la «gestion de crise», la Commission a déjà présenté «80% des propositions promises en début de mandat», a insisté Jean-Claude Juncker, dont le mandat court jusqu'à l'automne 2019.

L'euro pour toute l'Union

Pour Juncker, la construction d'une Europe «plus forte et plus unie», passe par le renforcement de sa force de frappe commerciale (accords avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande à venir) tout en proposant un «cadre» européen sur le contrôle des investissements étrangers afin de protéger les secteurs stratégiques. Une mesure qui répond notamment aux inquiétudes sur les acquisitions chinoises. Il a appuyé l'idée d'un super ministre européen des Finances et de l'Économie, qui serait à la fois Commissaire européen de l'Économie et des Finances et président de l'Eurogroupe, qui regroupe les ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique. L'euro, pour le chef de l'exécutif européen, a pour destin, à terme, d'être adopté par la quasi-totalité des états membres.

Après avoir ouvert le débat sur l'avenir de l'Union et publié en mars un «livre blanc» échafaudant cinq scénarios sur les différentes perspectives d'intégration, cette rentrée sans crise pressante est l'opportunité pour M. Juncker de fixer le cap à atteindre en profitant de «vents favorables» à l'Union. Le «sixième scénario» de Jean-Claude Juncker se base sur trois principes de base: liberté, égalité de droit, état de droit. L'occasion pour le président de la Commission d'appeler à surmonter le fossé qui menace de s'agrandir entre l'Est et l'Ouest de l'Europe, alors que des états membres comme la Pologne et la Hongrie font l'objet de rappels à l'ordre de la part de la Commission sur le respect de certaines règles européennes.

«L'Europe doit respirer à pleins poumons, elle en a deux, à l'Est et à l'Ouest, autrement elle s'essoufflera», a averti M. Juncker. En se gardant bien de citer quiconque, Jean-Claude Juncker a rappelé que «le droit et la loi doivent être garantis par une justice indépendante». Il a réitéré l'autorité de la Cour de justice de l'UE pour garantir la législation européenne. Le patron de la Commission a aussi souligné l'importance de ne pas laisser les citoyens européens de côté, en particulier les travailleurs, appelant à une «autorité commune» de l'UE pour réguler le marché de l'emploi. «Dans une Union entre égaux, il ne peut y avoir (...) de travailleurs de deuxième classe. Ceux qui effectuent le même travail au même endroit doivent pouvoir obtenir le même salaire», a plaidé M. Juncker.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La fuite en avant. le 13.09.2017 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    La fuite en avant continue, le mensonge comme moyen principal pour la justifier...

  • On arrête de nous mentir svp. le 13.09.2017 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    «L'Europe a de nouveau le vent en poupe»...et le peuple l'a autre part...Qu'on arrête cette désinformation. L'Europe va mal, je reviens de France, c'est pas la gloire. Belgique (Walbanie) idem, la région Mons-Charleroi-Tournai est dévastée, c'est MadMax Land. Italien on n'en parle pas.La débrouille, les embrouilles...rien de neuf sous le soleil dans ce pays. Espagne toujours dans "le plâtre" et bordel en Catalogne. Le Portugal, ben il fait ce qu'il peut, ses banques vont très mal...On parle de la Grèce, Roumanie, Hongrie etc???

  • matrix le 13.09.2017 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour les Eurocrates tout va bien,mais pour les peuples,rien ne va !! :-((

Les derniers commentaires

  • Foutaises le 14.09.2017 00:10 Report dénoncer ce commentaire

    Gagner 20000 euros par mois doit donner une vision trompeuse et enchanteresse de ce bateau à la dérive que l'on appelle Europe

  • resident le 13.09.2017 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La reprise est partout en Europe Les chiffres sont la et incontestables Le chômage est au plus bas depuis 10 ans

  • blannen le 13.09.2017 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le Singapour un petit pays occidental? Et la Norvège avec une superficie équivalente à celle de l'Allemagne et de la Belgique, je ne dirai pas que c'est un petit pays...

  • Henck le 13.09.2017 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    L Europe est la solution, pas le problème ... Faut que les gens se mettent cela en tête et sortent un peu de chez eux,

  • n'importequoi le 13.09.2017 15:44 Report dénoncer ce commentaire

    si il le dit....il y en alors au moins un qui y croit mais demandez au peuple quoi et il ne sera pas forcément du meme avis que ces messieurs de la politique