En Allemagne

17 décembre 2017 12:21; Act: 17.12.2017 12:26 Print

Le nombre de demandeurs d'asile baisse encore

Pour la deuxième année consécutive, le nombre de demandeurs d'asile va baisser en Allemagne en 2017, a indiqué dimanche le ministre de l'Intérieur.

storybild

Le nombre de migrants, très élevé en 2015, a fortement diminué depuis. (photo: AFP/Marcos Moreno)

Sur ce sujet

Le nombre de demandes d'asile faites en Allemagne, qui avait nettement baissé en 2016 après le pic d'arrivée de migrants de 2015, est encore en recul en 2017 avec moins de 200 000 arrivées, a indiqué dimanche le gouvernement. Pour l'année 2017, «je présume que le total sera inférieur à 200 000 migrants», a déclaré Thomas de Maiziere, le ministre de l'Intérieur, au journal Bild am Sonntag. Fin novembre, 173 000 nouveaux demandeurs d'asile avaient été enregistrés cette année.

La première économie européenne a accueilli depuis 2015 plus d'un million de demandeurs d'asile, dont la moitié originaires de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan, ce qui a placé l'immigration au premier rang du débat politique et a contribué à la montée en puissance du parti d'extrême droite AfD. En 2015, environ 890 000 migrants étaient entrés en Allemagne, mais les arrivées ont brutalement diminué à la suite d'un renforcement du contrôle des frontières de plusieurs pays des Balkans et de l'accord entre l'UE et la Turquie pour stopper le flux de personnes essayant de rallier les îles grecques.

En 2016, le nombre de demandeurs d'asile avait été d'environ 280 000 en Allemagne. Au fil des mois, la pression s'est accentuée sur la chancelière Angela Merkel pour durcir la politique d'accueil de l'Allemagne vis-à-vis des migrants, ses alliés bavarois de la CSU souhaitant que le nombre d'entrées sur le territoire soit limité à 200 000 par an. Merkel a finalement accepté ce chiffre comme un ordre de grandeur mais pas comme un plafond strict.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jesper le 17.12.2017 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    Thomas de Maiziere, fait référence à des « migrants ». En même temps le terme « refugié » est utilisé dans le text pour désigner la même population même qu’il y a une différence radicale entre les deux statuts : les réfugiés sont couverts par la convention de Genève, par contre, les migrants ne les sont pas. Contrairement aux réfugiés reconnus par HCR, L’Europe n’a aucune obligation d’accepter les migrants sur son territoire. Il faut clarifier : les 200.000 sont des migrants ou des refugies ?

  • Grand Maître le 17.12.2017 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est fou comme les informations sur ce sujet sont toujours minimisés.

Les derniers commentaires

  • Jesper le 17.12.2017 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    Thomas de Maiziere, fait référence à des « migrants ». En même temps le terme « refugié » est utilisé dans le text pour désigner la même population même qu’il y a une différence radicale entre les deux statuts : les réfugiés sont couverts par la convention de Genève, par contre, les migrants ne les sont pas. Contrairement aux réfugiés reconnus par HCR, L’Europe n’a aucune obligation d’accepter les migrants sur son territoire. Il faut clarifier : les 200.000 sont des migrants ou des refugies ?

  • Grand Maître le 17.12.2017 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est fou comme les informations sur ce sujet sont toujours minimisés.