Attentats à Bruxelles

23 mars 2016 07:11; Act: 23.03.2016 12:36 Print

La Belgique se réveille dans la douleur

Alors que la Belgique observe un deuil national de trois jours après les attentats qui ont fait au moins 34 morts, Bruxelles reste en état d'alerte et l'enquête se poursuit.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

La police belge s'est engagée dans une chasse à l'homme pour retrouver l'un des auteurs présumés des attentats coordonnés qui ont frappé l'aéroport et le métro de Bruxelles, attaques revendiquées par l'État islamique qui ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés. Des perquisitions ont été menées mardi soir «en plusieurs endroits du pays», notamment dans la commune bruxelloise de Schaerbeek où ont été découverts un engin explosif et un drapeau de l'EI, selon le parquet fédéral.

Les attentats qui ont frappé mardi matin à l'heure de pointe la capitale belge ont donné lieu à des scènes d'horreur et de panique à l'aéroport international et dans le quartier des institutions européennes. La Tour Eiffel, le World Trade Center et la porte de Brandebourg se sont mises aux couleurs belges. Et l'image de Tintin en pleurs est devenu le symbole de la Belgique en deuil sur les réseaux sociaux.

«Ils sont venus en taxi»

Les autorités ont diffusé des images de vidéosurveillance montrant trois hommes poussant des chariots à bagages, suspects présumés des attentats qui ont frappé vers 7h GMT l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. Le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw a déclaré que deux d'entre eux avaient «probablement commis un attentat suicide» et étaient donc probablement morts. Le troisième, portant veste et chemise claires, des lunettes sous un chapeau noir et pour lequel un avis de recherche a été lancé, est «activement recherché», a ajouté le procureur.

«Ils sont venus en taxi (...), leurs bombes étaient dans les valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé», a indiqué à l'AFP le bourgmestre de la commune de Zaventem, Francis Vermeiren. «Le troisième a aussi mis sa valise sur un chariot mais il a dû paniquer, elle n'a pas explosé» a-t-il ajouté. M. Van Leeuw avait précisé plus tôt qu'une troisième bombe n'avait effectivement pas explosé.

L'État islamique a revendiqué officiellement ces attaques, les plus sanglantes jamais commises dans la capitale de la Belgique et de l'Europe, montrant que ses réseaux restent capables de monter des opérations meurtrières. Ces attentats surviennent quatre jours après la capture à Bruxelles du Français Salah Abdeslam, seul survivant parmi les commandos des attentats du 13 novembre à Paris (130 morts), qui est incarcéré à Bruges, avant son transfèrement demandé par la France.

(L'essentiel/AFP)