Espagne

01 mai 2017 14:22; Act: 01.05.2017 14:29 Print

Le narcotrafic nargue la police à Gibraltar

Sur les plages du détroit de Gibraltar, les «narcos-bateaux» en provenance du Maroc «arrivent à toute heure». La police n'a pas les moyens d'enrayer ces déchargements.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Agressions de gardes civils, déchargements de drogue en plein jour: les narcotrafiquants agissant sur les plages de l'extrême sud de l'Espagne, face au détroit de Gibraltar, narguent de plus en plus ouvertement les forces de l'ordre. «La sensation d'impunité est totale», se désole Juan Franco, maire de La Linea de la Concepcion, commune la plus touchée. Dans cette ville de 65 000 habitants frontalière de l'enclave sous administration britannique de Gibraltar, «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase» remonte au 16 avril, raconte Raul Zambrano, de l'Association espagnole de gardes civils (AEGC).

Indigné, il montre une vidéo sur son téléphone portable: des hommes cagoulés débarquent une cargaison de haschich, en pleine journée, dans le port de pêche de La Linea, tandis que dans les rues voisines, une centaine de personnes caillassent sept agents qui tentent d'empêcher la livraison des deux «narco-bateaux». «Comme l'administration n'a rien fait, ils pensent que c'est un droit acquis», dénonce Raul Zambrano.

David contre Goliath

Les bateaux chargés de haschich en provenance du Maroc «arrivent à toute heure», confirme un riverain. L'opération est bien rodée: «Il y a toujours une équipe d'hommes, les uns pour recevoir les cargaisons, les autres pour la transporter dans des voitures, d'autres pour la garder». Une fois la drogue débarquée, les trafiquants, pour la plupart des Espagnols de la région, n'hésitent pas à défier les forces de l'ordre pour l'acheminer vers des caches. «Ils utilisent trois voitures: une pour donner l'alerte, l'autre pour transporter la drogue et une troisième pour percuter» les véhicules policiers si nécessaire, affirme Paco Mena, président d'une association antidrogue.

«C'est une guerre sans égal, de David contre Goliath», affirme Raul Zambrano. Les deux associations de gardes civils réclament au moins 200 agents supplémentaires pour surveiller la région. À La Linea, «la police dispose de six véhicules, mais cinq sont à l'atelier», témoigne aussi Juan Franco, qui demande à l'État d'intervenir car la mairie est «ruinée» et n'a «ni les compétences ni les moyens».

Arrestations mais libérations sous caution

La situation de la province de Cadix, où se trouve La Linea, est explosive. Selon le ministère de l'Intérieur, 40% du haschich saisi en Espagne en 2016 l'a été dans cette province, soit 150 tonnes. Cadix est la porte d'entrée en Europe de cette drogue acheminée ensuite vers le nord, jusqu'aux Pays-Bas. La province de Cadix détient un autre triste record avec le taux de chômage le plus élevé d'Espagne, à 35%. «Des circonstances idéales pour que des structures mafieuses s'implantent», explique Juan Franco.

La police a justement annoncé dimanche avoir arrêté 30 membres de «Los Castañas», «la plus grande organisation dédiée au trafic de haschich» dans la région. Elle a annoncé la saisie d'une tonne de drogue, 16 véhicules et trois embarcations. Mais «dans bien des cas, les trafiquants sont capturés, remis à la justice, versent la caution et sont dehors le lendemain: l'effet d'appel est donc énorme», dénonce Juan Franco.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta Menchu le 01.05.2017 20:30 Report dénoncer ce commentaire

    l'impunité est logique puisque les plus hautes instances du pays recoivent une commission.

  • Paul b le 01.05.2017 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui commande en Espagne ? Les narcotrafiquants ou l'état espagnol ?

  • '''le canard enchaine '' anonymemen le 01.05.2017 18:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui commande d'abord le Maroc puis l argent pour info pas la police des 2 pays ........

Les derniers commentaires

  • Rigoberta Menchu le 01.05.2017 20:30 Report dénoncer ce commentaire

    l'impunité est logique puisque les plus hautes instances du pays recoivent une commission.

  • '''le canard enchaine '' anonymemen le 01.05.2017 18:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui commande d'abord le Maroc puis l argent pour info pas la police des 2 pays ........

  • Paul b le 01.05.2017 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui commande en Espagne ? Les narcotrafiquants ou l'état espagnol ?

  • Revolution le 01.05.2017 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    Comme le dit l'article si les trafiquants capturés sont remis en liberté contre une caution ce trafic n'est pas près de s'arrêter. Ce n'est pas une "sensation" d'impunité mais une impunité totale.

    • Système nul le 01.05.2017 19:49 Report dénoncer ce commentaire

      De plus vu ce que rapporte la drogue, facile de payer sa caution !