Incendie à Londres

16 novembre 2017 10:15; Act: 16.11.2017 13:09 Print

Grenfell Tower: le bilan définitif est de 70 morts

L'incendie de la tour Grenfell à Londres, le 14 juin dernier, a causé la mort de 70 personnes, a annoncé la police britannique qui vient de terminer l'identification des victimes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«Le nombre total de personnes qui ont été maintenant formellement identifiées par les médecins légistes comme étant mortes à la suite de l'incendie de la tour Grenfell est de 70 personnes», a annoncé la police. S'ajoute à ce bilan un bébé mort-né. La plus jeune des victimes est un petit garçon de deux ans et la plus âgée, un homme de 82 ans. La police vient de terminer un travail titanesque, après avoir «minutieusement exploré chaque appartement, à chaque étage, et toutes les parties communes» et examiné «15,5 tonnes de débris à chaque étage». Elle considère maintenant que tous les restes de ceux qui sont morts dans l'incendie «ont été récupérés et identifiés».

«Depuis le début, notre priorité était de retrouver tous ceux qui sont morts, de les identifier et de les rendre à leurs familles. Je ne peux imaginer l'angoisse et l'incertitude qu'ont subi certaines familles et proches pendant que nous menions (ce) processus», a déclaré le commandant Stuart Cundy, cité dans un communiqué.

Usurpateurs

La police estime que 293 personnes étaient présentes dans cet immeuble de 24 étages lorsque l'incendie s'est déclenché vers 1h du matin, et a constaté grâce à la vidéosurveillance que 223 personnes se sont échappées et ont survécu. Selon les premiers éléments de l'enquête policière, le feu est parti d'un congélateur défectueux avant de se propager à grande vitesse au reste du bâtiment. Le revêtement récemment posé, composé de plaques de composite d'aluminium et polyéthylène (plastique), a été mis en cause dans la virulence de l'incendie. L'émission de gaz toxiques pourrait aussi avoir empoisonné certaines victimes.

En juin, la police estimait à 80 le nombre de victimes. Au lendemain du drame, 400 personnes étaient portées disparues, mais les recoupements effectués par les enquêteurs ont montré que certains signalements concernaient en fait les mêmes personnes et que certaines personnes étaient signalées sous différents noms. En outre, parmi ces signalements, les enquêteurs «soupçonnent des tentatives de fraude de la part d'individus essayant de tirer un avantage financier de la tragédie». Début novembre, un homme s'est ainsi retrouvé devant les tribunaux, plaidant coupable de fraude, après avoir prétendu que sa femme et son fils étaient tous deux morts dans l'incendie.

(L'essentiel/AFP)