Dans toute l'Europe

10 août 2018 07:28; Act: 10.08.2018 11:45 Print

Grève chez Ryanair: 55 000 passagers concernés

La compagnie à bas coût Ryanair fait face vendredi à un nouveau conflit social d'ampleur européenne, avec une première grève de pilotes coordonnées dans cinq pays pour obtenir de meilleures conditions de travail.

storybild

C'est l'escalade sociale chez Ryanair avec une grève européenne des pilotes. (photo: AFP/Frank Rumpenhorst)

Sur ce sujet
Une faute?

Le débrayage, en pleine période de congés estivaux, concerne l'Allemagne, la Belgique, la Suède, l'Irlande et les Pays-Bas. Au total, plus de 55 000 passagers seront concernés, dont 42 000 pour l'Allemagne, selon la compagnie qui a promis aux voyageurs lésés un changement gratuit de réservation. Ryanair a précisé que 85% de leurs vols seront assurés. «Plus de 2.000 vols opéreront normalement, transportant près de 400 000 passagers à travers l'Europe», a indiqué jeudi soir la compagnie irlandaise sur Twitter. Jeudi, un tribunal des Pays-Bas avait autorisé les pilotes néerlandais à se joindre au mouvement de grève. La compagnie, qui revendique 130 millions de clients annuels et dénonce une grève «inutile», a vu ces derniers mois le malaise social s'étendre à ses principales catégories de personnel en Europe. Fin juillet, l'entreprise irlandaise avait affronté une grève du personnel de cabine en Espagne, Italie, Portugal et Belgique. Quelque 600 vols furent annulés touchant 100.000 passagers. L'impact de ce type de mouvements est bien plus important que des grèves nationales isolées lors desquelles la compagnie peut remplacer les grévistes par leurs collègues de pays voisins.

Les tensions à Ryanair ont éclaté au grand jour à la suite d'un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017, qui a entraîné un grave conflit et des annulations portant sur 20.000 vols. Cette crise a forcé Ryanair à reconnaître des syndicats dans plusieurs pays, ce que la compagnie avait toujours refusé. Mais souvent, le dialogue échoue, comme en Irlande où la compagnie a annoncé la semaine dernière le transfert à venir d'avions de Dublin vers la Pologne. 300 emplois sont en jeu. D'une manière générale, les syndicats reprochent à la compagnie sa politique salariale agressive, le recours à des contrats précaires et au dumping social. Ainsi, Ryanair impose quand il le peut, selon les syndicalistes, des contrats de travail irlandais plus flexibles aux personnels naviguant, même s'ils vivent ailleurs en Europe. Pour se justifier, la compagnie relève que la majeure partie du travail se fait à bord d'avions immatriculés en Irlande. Ryanair, qui a connu une croissance considérable avec un bénéfice en 2018 prévu à plus de 1,25 milliard d'euros, se vante d'ailleurs d'avoir des «coûts bien moins élevés par passager que ses concurrents».

Des négociations sur les conditions de travail

Pour le syndicat de pilote allemand Vereinigung Cockpit (VC), il s'agit du fond du problème. Selon lui, Ryanair refuse toute augmentation de sa masse salariale, condamnant par là même les pourparlers. «Ryanair a exclu toute hausse de ces dépenses. Parallèlement, Ryanair n'a donné aucune indication sur les marges de manœuvre pour trouver une solution. Ryanair est donc totalement responsable de l'escalade», a martelé mercredi le chef de VC Martin Locher. Entre autres revendications, les syndicats demandent des hausses de salaire, l'intégration des intérimaires ou encore des contrats de travail du pays de résidence des pilotes. En Allemagne, le transporteur aérien a envoyé combattre en première ligne son directeur marketing, Kenny Jacobs, qui a qualifié cette grève d'«inutile», affirmant que les pilotes étaient mieux lotis que chez ses concurrents Easyjet et Norwegian.

«Les salaires peuvent atteindre 190.000 euros par an et sont en moyenne de 150.000 euros par an. Ils ont reçu 20% d'augmentation de salaire cette année», a-t-il affirmé. Lors de la grève européenne des personnels de cabine, il avait aussi dénoncé des mouvements sociaux sans «aucune justification». Selon lui, Ryanair verse de très bons salaires dans «des pays présentant un fort taux de chômage des jeunes», référence à l'Italie ou l'Espagne. Les personnels de Ryanair peuvent en tout cas se targuer du soutien de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui regroupe 90 organisations nationales et dix fédérations européenne. «Je pense que c'est un signal à tous les groupes qui cherchent à opposer les salariés les uns aux autres», a estimé Peter Scherrer, secrétaire général de la CES, appelant à une multiplication de des débrayages transnationaux. Il souhaite notamment une telle mobilisation «chez Amazon», où le malaise social semble aussi gagner du terrain à travers l'Europe. «Ainsi nous arriverons enfin à ce que nous voulons au niveau européen: des négociations sur les conditions de travail, des standards minimums», a souligné M. Scherrer à la radio-télévision allemande berlinoise RBB.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Humpf le 10.08.2018 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Ils remboursent sans doute les billets des vols annulés... mais qu'en est-il du prix des hotels reserves pour les voyages?

  • Surfer le 10.08.2018 15:35 Report dénoncer ce commentaire

    Le vent tourne pour Ryanair.. après des années d'exploitation des salariés avec la complicité des passagers cupides..

  • ladeux le 10.08.2018 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    des clients qui ont aucun sens moral pour ceux qui les transportent!

Les derniers commentaires

  • athéna le 11.08.2018 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis partie pour 20€ à Toulouse

  • Jean le 10.08.2018 18:52 Report dénoncer ce commentaire

    Métier pénible du personnel de cabine dont le job n'est que vendre des billets de tombola pendant le vol et donner les instructions de sécurité. Pauvre Europe .

  • Lecteur le 10.08.2018 18:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un des grands défis d’aujourd’hui sera d’éradiquer ce fléau syndical rétrograde que représentent les grèves, notamment dans le secteur aérien.

  • Toy69 le 10.08.2018 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    Si on additionne le prix du billet, des taxes, des boissons, des baggages.... du transport vers l'aeroport.... Est ce vraiment moins cher?

  • AnWaatSoos le 10.08.2018 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    Si je signe un contrat chez un patron et qu'un an plus tard il me refuse une augmentation parce que j'ai bien travaillé, bah je vais voir ailleurs. Je suis en tord de ne pas m'avoir informé au préalable. C'est le même cas chez Ryanair. Ryanair devrait tous les virer proprement et les remplacer par des personnes qui ont envie de travailler pour le même salaire. Motif: Refus de travail, incompétence et dégradation de l'image de l'entreprise. Il y a des droits pour les employés, mais quand on refuse qqch qu'on a accepté à la base, on ne peut que s'en vouloir soi-même.