Nucléaire en Belgique

04 janvier 2018 12:58; Act: 04.01.2018 13:32 Print

Un réacteur à l'arrêt pour «au moins sept mois»

Un des sept réacteurs nucléaires de Belgique, Doel 3, va connaître un arrêt «prolongé» en raison de dégradations trop importantes au niveau du béton.

storybild

Les dégradations se situent au niveau du «bunker», une sorte de mégacoque en béton qui contient les systèmes de secours de la centrale. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Selon l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), l'exploitant Electrabel (groupe Engie) n'a pas suffisamment pris en compte ces dégradations. «On a constaté que l'exploitant n'avait pas suffisamment mené à bien ses opérations de contrôle de la dégradation du béton, ni les réparations qui vont avec», a déclaré Sébastien Berg, porte-parole de l'AFCN. La Belgique compte quatre réacteurs sur le site de Doel et trois à Tihange.

Le réacteur Doel 3, dont la vétusté est régulièrement dénoncée, a été mis à l'arrêt fin septembre pour des travaux d'entretien qui étaient programmés. Mais durant la révision, a expliqué M. Berg, il a été constaté «une dégradation plus avancée que ce qui est permis par les conditions d'exploitation», obligeant à «prolonger» l'arrêt. Le quotidien belge Le Soir, qui a révélé l'information, évoque désormais «sept mois d'inactivité minimum», soit un redémarrage attendu au plus tôt fin avril 2018.

Fissures dans le béton

Des dégagements de vapeur consécutifs à l'arrêt du réacteur auraient dégradé davantage que prévu le «bunker», une sorte de mégacoque en béton hébergeant les systèmes de secours de la centrale. L'AFCN a évoqué «le détachement de morceaux ou des fissures dans le béton». «Ce bunker abrite des systèmes de secours tels que les pompes de secours et les générateurs diesel», a expliqué dans un communiqué, Jean-Marc Nollet, chef des députés Ecolo-Groen.

«La dégradation du béton détectée remet en cause la garantie de fonctionnement de ces systèmes de secours, entraînant une sérieuse augmentation du risque face à un accident externe», a ajouté M. Nolet, qui précise que «la responsabilité d'Electrabel est écrasante et sa négligence n'a d'égal que son obstination à prolonger une technologie aussi inutile que dangereuse».

En Belgique, malgré le consensus sur la vétusté des centrales, vieilles parfois de plus de 40 ans, le débat est vif entre partenaires de la coalition au pouvoir sur les modalités de sortie du nucléaire à l'horizon 2025. Les nationalistes flamands de la N-VA, piliers de la coalition, veulent désormais des garanties sur le contrôle du prix de l'électricité en échange de leur soutien à cet engagement du gouvernement conduit par le libéral francophone Charles Michel.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Quand on joue avec le feu, ça fini mal le 04.01.2018 13:21 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces vieilles centrales en UE sont des ruines et sont exploitées par des incompétents ou des irresponsables qui cachent les vices et dangers bien réells pour des raison de profits. Politiques et gestionnaires sont scandaleux dans ces dossiers!

Les derniers commentaires

  • Quand on joue avec le feu, ça fini mal le 04.01.2018 13:21 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces vieilles centrales en UE sont des ruines et sont exploitées par des incompétents ou des irresponsables qui cachent les vices et dangers bien réells pour des raison de profits. Politiques et gestionnaires sont scandaleux dans ces dossiers!

    • Que du vrai ! le 04.01.2018 14:09 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis tout à fait d'accord avec ce commentaire, on pense qu'au pognon et pas à l'environnement ni aux gens. Le jour où ça explosera les coupables paieront comme tout le monde mais que faire pour avoir des millions en banque et des maitresses ??? Honte a ces gens-là qui n'ont rien dans la tête ! Ils font ceci ou cela pour l'environnement mais il n'attaquent pas le problème à la source.

    • Didi le 05.01.2018 11:32 Report dénoncer ce commentaire

      Et oui, vive le capitalisme! Il va falloir malheureusement attendre un accident sérieux pour faire réagir les politiques.