Politique européenne

11 avril 2019 06:45; Act: 11.04.2019 12:08 Print

Londres obtient un délai de six mois pour le Brexit

Le sommet de Bruxelles sur le Brexit a débouché sur un report de la sortie britannique, pouvant aller jusqu'au 31 octobre, à moins qu'un accord soit trouvé d'ici-là.

storybild

Les dirigeants européens ont trouvé un accord dans la nuit. (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Les dirigeants européens et Theresa May sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'au 31 octobre. Le compromis est intervenu à la veille du 12 avril, la date butoir pour le retrait britannique décidée au cours d'un précédent sommet, et qui risquait de devenir celle d'un divorce sans accord après plus de 40 ans d'une union tourmentée.

Divisés entre les partisans d'un court report menés par la France et les défenseurs d'un délai plus long, les 27 ont mis plusieurs heures pour forger leur proposition, avant de la soumettre vers 1h30 à la Première ministre britannique. Celle-ci l'a acceptée, même si elle avait plaidé plus tôt pour un report jusqu'au 30 juin seulement. La dirigeante conservatrice a annoncé qu'elle allait s'adresser aux députés britanniques jeudi et poursuivre des discussions avec l'opposition travailliste pour tenter de trouver un compromis.

«Nous pouvons encore sortir le 22 mai», a insisté Mme May, soulignant qu'il suffisait pour cela que les députés donnent leur feu vert au traité de divorce qu'ils ont déjà rejeté par trois fois. Nous nous sommes «mis d'accord sur une extension flexible jusqu'au 31 octobre, cela signifie six mois de plus pour le Royaume-Uni pour trouver la meilleure solution possible», s'est félicité le président du Conseil européen Donald Tusk. Pendant ces six mois, le Royaume-Uni «peut encore ratifier l'accord de retrait, auquel cas il sera mis fin à la prolongation», a dit M. Tusk. Londres garde aussi la possibilité «d'annuler complètement Brexit», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stop le 11.04.2019 07:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est ridicule cette situation...

  • Sam Enerve le 11.04.2019 07:05 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE, au lieu d'être ferme et forte, montre une fois de plus ses faiblesses.

  • Frisquounette le 11.04.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Et dans Six mois encore six mois...

Les derniers commentaires

  • gege57 le 11.04.2019 21:58 Report dénoncer ce commentaire

    quel bande de rigolo c'est politicien et encore plus l Europe pfffffffff faut bouger tout ça

  • expat le 11.04.2019 18:27 Report dénoncer ce commentaire

    UE n'a pas de coquilles...

  • Impatient le 11.04.2019 17:59 Report dénoncer ce commentaire

    Personne ne comprend cette situation ubuesque. Un pas en avant, un pas en arrière. Le référendum était clair, deux ans se sont passés et rien ne s'est réellement passé, et tout cela coûte beaucoup d'argent à l'Europe. Qu'ils partent dignement ! De Gaulle avait raison quand il avait par deux fois posé son droit de véto à l'entrée de la Grande Bretagne dans l'Europe économique

    • Jean l’Aveugle le 12.04.2019 22:18 Report dénoncer ce commentaire

      « Le référendum était clair », c’est l’impression qu’on a en entendant certains politiciens britanniques mais c’est faux! Le résultat n’est justement pas si clair et c’est là que réside tout le problème. 51,9% n’est pas une majorité nette surtout quand on sait que les jeunes électeurs (18-24 ans) ont voté largement contre le Brexit (70,5%)

  • je rigole'' le 11.04.2019 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais le problème date depuis ''l Europe des 6 ''car les britannique veule recevoir mais rien payer 'mais il nous ont fait de même en ''1940 ''il ont attendue 1942 pour bouger avec une arrière pensée de récupéré 'la Bretagne et c est ile

  • Consulting le 11.04.2019 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    l'Europe et ses fonctionnaires dans toute la splendeur : 3 ans de discussions pour rien... enfin si, des rémunérations hors norme !