Manifestations en Espagne

07 juin 2014 22:16; Act: 07.06.2014 22:30 Print

Ils ne veulent pas d'un nouveau roi

Des milliers d'opposants à la monarchie ont manifesté samedi à Madrid. Ils réclament le retour à la république, à quelques jours de la prestation de serment de Felipe.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«L'Espagne, demain, sera républicaine», criaient les manifestants défilant dans le centre de Madrid, dans une nuée de drapeaux rouges, or et violets, les couleurs de la deuxième république espagnole, proclamée en avril 1931 et balayée en 1939 par la dictature franquiste, après trois ans de guerre civile. Dès le soir du 2 juin, quelques heures après l'annonce par Juan Carlos, âgé de 76 ans, de sa décision d'abdiquer, une vague républicaine a envahi le pays.

Samedi, des dizaines de partis politiques de gauche et organisations citoyennes ont appelé à de nouvelles manifestations, réclamant «Un référendum Maintenant» sur l'avenir de la monarchie et l'instauration d'une troisième république. «Chefs d'État par les urnes, pas de naissance», «Les Bourbon, aux élections», «Plus de rois», proclamaient les pancartes émergeant de la foule. «Nous venons parce que nous ne voulons plus d'une monarchie en Espagne», résume Maria Cabrera, une jeune masseuse de 28 ans, venue manifester avec deux amis.

Felipe, pour le moment épargné par la chute de popularité

«Le roi ne sert à rien, tout ce qu'il fait, c'est dépenser de l'argent», dit-elle en évoquant le scandale judiciaire dans lequel Cristina, la soeur de Felipe, est inculpée de fraude fiscale. «Les gens sont fatigués de la corruption, ils veulent pouvoir choisir leur chef d'État. C'est plus démocratique, non?», renchérit son ami Juan, 29 ans, employé dans une société de sécurité.

En annonçant son abdication, Juan Carlos a souhaité le «renouveau» de la monarchie sous l'impulsion d'une «nouvelle génération». Il laisse à son fils, jusqu'à présent épargné par la chute de popularité qui frappe son père, la lourde tâche de redonner une légitimité à la Couronne. Le futur roi Felipe VI prêtera serment, probablement le 19 juin, devant le Parlement.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Euroseptic le 07.06.2014 23:19 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle différence ?? les mêmes guiniols sous un autre nom !!?

  • citron pressé le 08.06.2014 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    de toute façon se sont les financiers et consorts qui gouvernent le monde occidental aujourd'hui

Les derniers commentaires

  • citron pressé le 08.06.2014 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    de toute façon se sont les financiers et consorts qui gouvernent le monde occidental aujourd'hui

  • Euroseptic le 07.06.2014 23:19 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle différence ?? les mêmes guiniols sous un autre nom !!?