En Italie

08 mars 2018 21:11; Act: 08.03.2018 21:15 Print

Un escort boy balance 30 prêtres «hypocrites»

Un gigolo napolitain a envoyé au diocèse de Naples un dossier très documenté à propos d'une trentaine de prêtres homosexuels avec lesquels il avait des relations.

Sur ce sujet

«Je parle de pêchés, pas de crimes». Francesco Mangiacapra, un escort boy italien, a lancé un pavé dans la mare fin février, en envoyant au diocèse de Naples un dossier explosif. Reçu par le chancelier, Mgr Luigi Ortaglio, le trentenaire napolitain lui a remis un dossier de 1200 pages avec messages Whatsapp et photos de pénis à l'appui. Le jeune homme qui a une formation d'avocat y met directement en cause trente-quatre prêtres et six séminaristes.

«Pas contre l'Eglise, c'est en faveur de l'Eglise»

«Il ne s'agit pas d'ac­cu­sa­tions, car je ne trans­mets pas de crimes péna­le­ment répré­hen­sibles», a-t-il justifié dans les médias italiens. Francesco Mangiacapra explique avoir voulu dénoncer un «réseau gay» dans le but d'«aider» l'Eglise et de dénoncer l'«hypocrisie» ambiante. «Il s'agit d'in­vi­ter ces personnes à faire leur mea culpa concernant la compatibilité entre leur col romain et la conduite qu'il implique. Je veux expliquer tout de suite que mon geste n'est pas contre l'Eglise catholique, paradoxalement, c'est en faveur de l'Eglise», poursuit-il.

Des rendez-vous via Telegram

Le trentenaire napolitain assure qu'il diffuse ses informations «pour que les gens arrêtent de prêcher la haine des gays». «Le but n'est pas de faire du mal aux personnes mentionnées mais de les aider à comprendre que leur double vie, bien qu'elle semble pratique, n'est pas utile, ni pour eux, ni pour les gens qu'ils sont censés guider». Et Francesco de préciser que l'application Telegram, bien connue des jihadistes, est aussi très prisée des ecclésiastiques pour organiser les rendez-vous pour lesquels les prêtres sont prêts à débourser des sommes élevées.

Aider ceux qui «ont fauté à se repentir»

Le diocèse a transmis le dossier au Vatican non sans avoir dénoncé «ceux qui cherchent à dépeindre un visage sale de l'Eglise.» Dans un communiqué, il précise qu'«il n'y a pas de noms concer­nant le diocèse de Naples» dans le dossier mais que «ceux qui ont fauté devront payer et être aidés à se repen­tir pour le mal commis». La Croix rappelle que Francesco Mangiacapra n'est pas un inconnu du grand public en Italie. En 2017, il était devenu célèbre en publiant un livre-confession sur son quotidien de gigolo. L'Eglise s'était alors refusée à tout commentaire. Le quotidien français estime qu'il a désormais décidé «de passer à la vitesse supérieure».

(cga/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Catholibre le 09.03.2018 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    Chacun est libre de faire ce qu'il veut avec corps. Religion ou pas, on n'est jamais trop aidé.

  • wheelgeek57 le 08.03.2018 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D’où le dicton « L'habit ne fait pas le moine. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions - Histoire de France et Patrimoine. Le sens est exact, car il ne suffit pas qu'un homme porte un habit monastique pour qu'il soit réellement un moine. »

  • jako le 09.03.2018 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais le monde et naiif ''car un homme c est un homme c est la religions qui doit être revue ''mais les grand le veule pas ?

Les derniers commentaires

  • Catholibre le 09.03.2018 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    Chacun est libre de faire ce qu'il veut avec corps. Religion ou pas, on n'est jamais trop aidé.

  • jako le 09.03.2018 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais le monde et naiif ''car un homme c est un homme c est la religions qui doit être revue ''mais les grand le veule pas ?

  • Lolita le 09.03.2018 09:25 Report dénoncer ce commentaire

    Promenez vous le soir dans les rues parallèles à la via della Concilliazione...et cela fait la morale dans les églises...

  • Bon sens le 09.03.2018 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ne pas assouplir les règles de chasteté? Les protestants peuvent même se marier. Il faut que les catholiques se modernisent un peu

  • petit malin le 09.03.2018 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    une occasion pour lui d'être désormais connu, de courir les plateaux télés, de faire les grands titres de la presse, de faire le buzz sur les réseaux sociaux. Bonne opération de communication, et bonne opération commerciale au final pour lui. Quand il dit qu'il fait ça pour aider l'église ça me fait rire, il fait ça pour son portefeuille.