Procès terroriste

05 février 2018 09:25; Act: 05.02.2018 10:47 Print

Salah Abdeslam refuse de répondre aux questions

Le terroriste présumé, jugé à partir de lundi à Bruxelles pour une fusillade survenue trois jours avant son arrestation, reste muet devant les questions de la juge belge.

Voir le diaporama en grand »

Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos jihadistes qui ont attaqué Paris le 13 novembre 2015, jugé à Bruxelles dans un autre dossier, a exprimé lundi, dés le début de ce procès son refus de répondre aux questions. «Je ne souhaite pas répondre aux questions», a déclaré Salah Abdeslam à la juge présidant les débats, Marie-France Keutgen, qui l'interrogeait sur son identité. Il s'est muré dans le silence devant les enquêteurs depuis son incarcération en France en avril 2016.

Salah Abdedslam, barbu et vêtu d'une veste gris clair et d'un pantalon noir, a même refusé de se lever à l'invitation de la juge qui préside les débats. Il a aussi fait savoir par le biais de son avocat qu'il souhaitait qu'aucune image de lui ne soit prise par les médias.

L'audience a été suspendue une dizaine de minutes peu après son début, pour des questions liées à la recevabilité d'une demande de constitution de partie civile de la part d'une association de victimes créée en Belgique, V-Europe. Le Français d'origine marocaine, âgé de 28 ans, comparaît au côté de Sofiane Ayari, un Tunisien de 24 ans, qui avait été arrêté en même temps que lui. Les faits pour lesquels comparaissent les deux hommes remontent au 15 mars 2016, lorsque des enquêteurs avaient été surpris par des tirs pendant une perquisition de routine dans une des planques bruxelloises de la cellule à Forest. Trois policiers avaient été blessés et un jihadiste tué.

(L'essentiel/AFP)