En Italie

28 août 2016 10:16; Act: 28.08.2016 10:29 Print

360 milliards pour se protéger des séismes

360 milliards d'euros, c'est ce coûterait la remise aux normes de nombreux bâtiments italiens face au risque sismique. Le débat est relancé après le le dernier tremblement.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Comme après chaque séisme meurtrier en Italie, le débat a repris sur la réduction des risques et la possibilité d'intervenir sur des édifices anciens. La majorité des experts estime cela compliqué, mais faisable. Le tremblement de terre, qui a fait mercredi plus de 290 morts et presque totalement détruit plusieurs villages, a aussi endommagé ou détruit 293 bâtiments historiques, selon le ministère de la culture.

La zone de l'épicentre, à environ 150 km au nord-est de Rome, compte nombre d'églises, palais et monuments construits aux XIIIe et XIVe siècles, dont une partie a été détériorée. Il ne reste ainsi presque rien du centre historique d'Amatrice, où les secours ont extrait au moins 218 cadavres des décombres de cette localité classée depuis 2015 par le ministère de la culture parmi les «plus beaux villages d'Italie».

Bâtiments transformés

Mais pouvait-on éviter pareil désastre? «Si nous partons avec l'idée de transformer les vieux édifices en dur pour atteindre des niveaux de sécurité comparables aux immeubles modernes construits selon les critères antisismiques, il faut se résigner: nous n'y arriverons jamais», répond d'emblée Paolo Bazzurro, professeur des techniques de construction à l'institut universitaire de Pavie.

«Ce serait déjà un grand résultat que de les rendre plus sûrs, de faire en sorte qu'ils ne s'écroulent pas complètement en ensevelissant des personnes», ajoute cet expert dans La Stampa. Le problème est que les bâtiments anciens, qui ont a priori déjà subi des secousses, certes, de moindre envergure, à travers les siècles, ont été souvent modifiés: les toits en bois ont été remplacés par du béton armé, les fenêtres ont été agrandies, les tirants métalliques évitant les écartements de charpente ont été enlevés pour des raisons esthétiques. «Résultat, l'édifice est devenu plus vulnérable», insiste Paolo Bazzurro.

Rétablir les conditions de départ

Même si le chef du gouvernement, Matteo Renzi, a rappelé qu'il n'était pas question de «raser» les centres historiques pour les reconstruire de manière plus sûre, «il y a beaucoup de choses faisables techniquement, et ce ne sont pas des interventions exceptionnelles», explique à l'AFP Paolo Iannelli, un expert du ministère. «Partant du principe que les bourgs situés dans les zones sismiques ont acquis au cours des siècles une main-d’œuvre spécialisée et ont utilisé les matériaux les plus adaptés, il faudrait éliminer les modifications réalisées au cours du temps et ayant entraîné une redistribution dangereuse des charges», explique-t-il.

Il faut «rétablir les conditions de départ et éviter de nouvelles erreurs», ajoute-t-il. Par exemple, les pluies peuvent avoir érodé le terrain sous l'édifice et il suffirait de faire attention à ce détail pour éviter des catastrophes, précise Paolo Iannelli. Au-delà des bâtiments historiques, il existe aussi de nombreuses solutions pour les habitations et édifices construits avant l'entrée en vigueur des normes antisismiques en 1970, comme, par exemple, isoler la base de l'édifice du terrain ou installer des amortisseurs pour réduire le choc des secousses sismiques, selon des experts interrogés par la presse italienne. Coût de ces opérations de mise aux normes de tous les bâtiments italiens? «De l'ordre de 360 milliards d'euros», selon le ministre des transports et des Infrastructures, Graziano Delrio, interrogé par le Corriere della Sera.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • CV57 le 28.08.2016 19:38 Report dénoncer ce commentaire

    Sur les photos, on ne voit pas beaucoup de bâtiments remarquables du point de vue historique ! Et pas beaucoup de planchers en béton armé ! Par contre des maçonneries disloquées sans aucune armature, ça ne manque pas. Il faudrait que ces crédits publics aillent vraiment aux populations locales et soient utiles à leur sécurité, quitte à risquer de sacrifier du patrimoine plus ancien mais qui ne fait le plaisir que de quelques touristes.

  • Italiano vero le 28.08.2016 14:44 Report dénoncer ce commentaire

    Aucun euro ne ramènera les personnes décéder... condoléances a toutes les familles toucher par le séisme.

Les derniers commentaires

  • CV57 le 28.08.2016 19:38 Report dénoncer ce commentaire

    Sur les photos, on ne voit pas beaucoup de bâtiments remarquables du point de vue historique ! Et pas beaucoup de planchers en béton armé ! Par contre des maçonneries disloquées sans aucune armature, ça ne manque pas. Il faudrait que ces crédits publics aillent vraiment aux populations locales et soient utiles à leur sécurité, quitte à risquer de sacrifier du patrimoine plus ancien mais qui ne fait le plaisir que de quelques touristes.

  • Italiano vero le 28.08.2016 14:44 Report dénoncer ce commentaire

    Aucun euro ne ramènera les personnes décéder... condoléances a toutes les familles toucher par le séisme.