Explosions en Allemagne

18 avril 2017 10:36; Act: 18.04.2017 11:55 Print

Le mystère reste entier à Dortmund, huit jours après

Le bus de l'équipe de football de Dortmund, en Allemagne, a été visé le 11 avril par trois explosions avant un match de la Ligue des champions, blessant un joueur et un policier.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Vers 19h15 locales, mardi 11 avril, trois explosions retentissent au passage du bus de l'équipe de Dortmund qui vient de quitter son hôtel et se dirige vers le stade de la ville, où elle doit affronter dans la soirée Monaco, en quart de finale aller de la Ligue des champions. Des vitres renforcées du bus ont partiellement volé en éclats et un joueur de l'équipe, le défenseur international espagnol Marc Bartra, 26 ans, a été blessé et opéré d'une fracture du poignet. Un policier est également touché. Le match est reporté de 24 heures.

Dès le lendemain, le parquet fédéral a évoqué un acte probablement «terroriste». Et à ce jour il existe trois revendications: une lettre rédigée «au nom d'Allah» retrouvée sur les lieux, une revendication circulant sur Internet et attribuant l'attaque à la mouvance antifasciste, et une autre émanant de la mouvance d'extrême droite, transmise par courriel au quotidien berlinois Tagesspiegel. Mais le mystère reste entier car les enquêteurs ont des doutes sur leur authenticité.

Aucun suspect

La centaine d'enquêteurs mobilisés ont assuré examiner minutieusement toutes les pistes: «Les recherches continuent dans toutes les directions et sont menées tous azimuts», a souligné une porte-parole de la police criminelle allemande. Mais les autorités ne disposent d'aucun suspect. Des experts examinent désormais les fragments des bombes, tentant notamment d'en déterminer la composition. En attendant, l'incident a conduit à des mesures de sécurité renforcées aux abords du stade de Dortmund.

Les explosifs semblent avoir été dissimulés dans une haie et actionnés au passage du bus. Les engins utilisés avaient une portée «explosive» de 100 mètres et contenaient «des tiges métalliques» qui ont été propulsées par la déflagration. L'une d'entre elles s'est figée dans le repose-tête d'un siège du bus, a souligné le parquet, sous-entendant que le bilan aurait pu être plus lourd.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).