Référendum en Grèce

06 juillet 2015 07:46; Act: 07.07.2015 14:16 Print

Tsakalotos succède à Varoufakis

Euclide Tsakalotos a officiellement été nommé ministre des Finances en Grèce après la démission de Varoufakis. Revivez les temps forts de la journée de lundi sur le dossier grec.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

16h35 Euclide Tsakalotos a été nommé lundi nouveau ministre grec des Finances et succède ainsi à Yanis Varoufakis, selon des sources officielles. Euclide Tsakalotos, professeur d’économie de 55 ans, en charge des affaires économiques internationales, né à Rotterdam, éduqué à Oxford, est une personnalité beaucoup plus discrète que le décapant ministre sortant.

16h18 Les dirigeants de la zone euro réunis en sommet à Bruxelles mardi vont sans doute se pencher sur une aide humanitaire à apporter à la Grèce, a déclaré lundi le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, au lendemain d'un référendum en Grèce. «Les gens là-bas ont besoin d'aide, et nous ne devrions pas la leur refuser juste parce que nous ne sommes pas contents de l'issue du référendum», a commenté M. Gabriel ministre de l'Economie social-démocrate du gouvernement Merkel. «Nous ne pouvons pas abandonner la Grèce, tous les pays européens doivent être prêts à accorder une aide humanitaire. (...) Je suppose que cela sera discuté demain à Bruxelles», a-t-il ajouté, sans précision sur la nature de cette éventuelle aide.

14h35 Le Premier ministre grec «s'est mis d'accord lundi lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière Angela Merkel pour qu'Athènes présente mardi, lors du sommet européen, des propositions du gouvernement grec» visant à conclure un accord avec les créanciers, UE et FMI, a indiqué un bref communiqué du gouvernement grec.

14h25 Alain Juppé (Les Républicains) a estimé lundi que l'Union européenne devait aider la Grèce à sortir «sans drame» de la zone euro, si tel était vraiment le vœu des électeurs grecs, souhaitant qu'elle puisse y rester «mais pas à n'importe quel prix». «Il est très important de bien stabiliser la zone euro, de ne pas la fragiliser (...) Il faut que les règles et les disciplines qui la gouvernent soient respectées par tout le monde», a déclaré M. Juppé à des journalistes à Bordeaux. «Si on se contente de prolonger la situation actuelle, on se retrouvera avec les mêmes difficultés dans trois ou quatre ans», a jugé le candidat à la primaire de droite en vue de l'élection présidentielle de 2017.

14h15 La Bourse de New York, de retour d'un week-end prolongé par un jour férié, s'orientait vers une ouverture à la baisse lundi, s'inquiétant de l'avenir de la zone euro après la victoire du non au référendum sans toutefois s'affoler. «Il est fort probable que les marchés financiers ont déjà anticipé une solution radicale pour l'avenir de la Grèce au sein de la zone euro», souligne John Plassard de Mirabaud Securities. Certains observateurs accueillaient aussi favorablement la démission du ministre des Finances grec Yanis Varoufakis, éventuel prélude à des négociations moins compliquées avec Athènes.

14h05 Le chef de l'Eurogroupe et ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, a estimé lundi que la victoire du non au référendum en Grèce «ne rapproche pas (l'Europe) d'une solution» avec Athènes. «En fait, le rejet des propositions rend les choses plus difficiles», a-t-il ajouté, précisant qu'il se réunirait mardi à Bruxelles avec les autres ministres des Finances de l'Eurogroupe.

13h55 Selon un communiqué de la présidence russe, suite à la conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et Alexis Tsipras, les deux dirigeants ont également discuté «de plusieurs questions liées au développement de la coopération russo-grecque». Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a par ailleurs répété que la Grèce n'avait jusqu'ici «demandé aucune aide» à la Russie.

13h03 Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'est entretenu lundi au téléphone avec Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), ainsi qu'avec le président russe, Vladimir Poutine, a-t-on appris de sources gouvernementales grecques. Le président russe a exprimé à Tsipras son «soutien au peuple grec» face aux «difficultés à surmonter».

12h59 Le gouvernement allemand «a pris acte du 'non' clair et respecte ce résultat, le gouvernement fédéral reste prêt au dialogue (...) mais compte tenu de la décision d'hier des citoyens grecs, les conditions pour des négociations sur un nouveau programme d'aide ne sont pas réunies», a déclaré lors d'une conférence de presse régulière du gouvernement à Berlin ce porte-parole, Steffen Seibert.

11h37 Les ministres des Finances de la zone euro attendent mardi des autorités grecques qu'elles viennent avec «de nouvelles propositions» de réformes et d'économies budgétaires, a fait savoir l'Eurogroupe lundi dans un communiqué.

11h36 L'euro résistait face au dollar lundi, limitant ses pertes au lendemain de la nette victoire du non au référendum en Grèce, qui ouvre une nouvelle période d'incertitude avec, à terme, la possibilité d'une éventuelle sortie d'Athènes de la zone euro. Vers 11h10, l'euro valait 1,1059 dollar, contre 1,1107 dollar vendredi vers 23h. La devise européenne est descendue jusqu'à 1,0970 dollar juste après l'annonce des résultats du scrutin grec avant de parvenir à se ressaisir. Elle s'est même rapprochée de 1,11 dollar après l'annonce de la démission surprise du ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis.

11h29 Plusieurs dirigeants d'Amérique Latine, dont la présidente argentine Cristina Kirchner et son homologue cubain Raul Castro, ont félicité le peuple grec pour avoir rejeté massivement le plan des créanciers d'Athènes et ses nouvelles mesures d'austérité.

«Grèce: victoire totale de la démocratie et de la dignité», a écrit Mme Kirchner dans un message sur Facebook, exprimant «au nom du peuple et du gouvernement argentins toute sa solidarité au valeureux peuple grec et à ses dirigeants». «Le peuple grec a dit NON aux conditions impossibles et humiliantes qu'on prétend lui imposer pour la restructuration de sa dette extérieure», a écrit la présidente.

Greece: outright victory of Democracy and Dignity. The Greek people have said NO to the impossible and humiliating...

Posted by Cristina Fernandez de Kirchner on dimanche 5 juillet 2015

Pour sa part, le président cubain Raul Castro a également félicité le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a rapporté lundi le quotidien officiel Granma. «J'adresse mes sincères félicitations pour la victoire du non au référendum grec», a-t-il dit. «Ce résultat montre que la majorité du peuple grec soutient la politique courageuse du gouvernement que vous dirigez», a-t-il ajouté.

De son côté, le président bolivien Evo Morales s'est également félicité de la victoire du non et a estimé qu'elle constituait une défaite pour «l'impérialisme européen». «Je félicite le grand peuple grec pour le triomphe du 'non-paiement' de la dette, qui constitue une déroute infligée à l'impérialisme européen», a déclaré le président bolivien, cité par l'agence de presse ABI.

9h37 La Bourse de Paris a ouvert en forte baisse lundi (-2,06%), tandis que la Bourse de Milan chutait de près de 3%. Les principaux indices boursiers européens devraient perdre jusqu'à 3% lundi matin à l'ouverture, sonnés par la victoire du non au référendum grec, qui fait courir le risque d'une sortie du pays de la zone euro.

09h29 Le nom du remplaçant du ministre grec des finances Yanis Varoufakis doit être annoncé lundi au terme d'une réunion de responsables politiques qui a commencé à 9h à Athènes, a déclaré un porte-parole du gouvernement grec. La presse évoque deux noms. Le premier papable est Euclide Tsakalatos. Ce dernier est l'actuel coordonnateur des négociations avec les créanciers. Un autre nom a les faveurs de la presse: Georges Stathakis, ministre de l'économie.

9h07

8h40 Moins d'une heure après l'annonce de sa démission, le hashtag #Varoufakis a été propulsé en quelques minutes en tête des échanges dans de nombreux pays sur Twitter.

7h30 Le ministre des finances grec Yanis Varoufakis a annoncé sa démission lundi matin au lendemain du référendum en Grèce, où le non au plan d'austérité des créanciers de la Grèce l'a largement remporté. Avant le scrutin, le ministre avait mis son poste en jeu mais uniquement en cas de victoire du oui au référendum.

«Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de "partenaires" associés, (...) pour mon "absence" des réunions, une idée que le Premier ministre (Alexis Tsipras) a jugé potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des Finances aujourd'hui», a-t-il expliqué sur son blog.

Selon lui, «la valeur» du résultat du référendum, qui a vu le non l'emporter à 61,31%, est «importante», «comme (celle de) tous les combats pour les droits démocratiques». «La grande légitimité apportée à notre gouvernement» doit être «investie immédiatement dans un OUI à une solution adéquate», a-t-il ajouté, appelant à un accord comprenant «une restructuration de la dette, moins d'austérité, une redistribution en faveur des plus démunis, et de vraies réformes». «Je porterai le dégoût des créanciers avec fierté», a dit Yanis Varoufakis, habitué des sorties publiques.

(L'essentiel/ats/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 06.07.2015 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    la question posée par Alexis Tsipras au peuple Grec,c'était: êtes-vous pour ou contre l'austérité - Le peuple a répondu mais devrait-on pas poser cette question à tous les citoyens de l'EU ?

  • coerente le 06.07.2015 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    Où est passé l'esprit original des pères fondateurs, avec leur idée d'une Europe politique catholique, de solidarité sociale et du marché? Aujourd'hui, nous sommes à l'affrontement avec une autre Europe: l'allemand,( prussienne, protestante, luthérienne, calviniste) d'Angela Merkel. Celle du sang, de la sueur et des larmes; celle qui dit Si vous êtes en situation de crise est de votre faute. Aujourd'hui, nous sommes suffisamment réalistes pour nous rendre compte que revenir à le première Traité de Maastricht, semble impossible. Cependant, cette histoire nous dit que aller de l'avant avec les yeux fermés est un suicide. avec ces thèmes, avec ces propositions, qui viennent de loin, les États européens ils devront faire face. Tel quel, cette Europe ne va nulle part. Mais les peuples ont des ressources inimaginables. Les prochains mois, les prochaines années seront certainement intéressant.

  • Roger le 06.07.2015 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ils sauve ses fesses, maintenant qu'il est dans une position intenable.

Les derniers commentaires

  • Dites vous que c'est de bonne guerre ! le 06.07.2015 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage que "Tsipras ou la Grèce" ne soit pas obliger d’honorer le code de la confrérie de l'UE. Parce que, l'honneur est extrêmement rare ces temps-ci. Il n'y a aucun honneur à demeurer au côté des perdants (UE), rejoindre le camps des vainqueurs (Russie), voilà ce qui est de bonne guerre ! Il semble désormais qu'un membre de l'UE ne puisse plus faire de profit à moins de trahir d'autres membres de l'UE. Dites vous que c'est de bonne guerre !

  • Roberto Brasomek le 06.07.2015 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Crise grec ou crise européenne ...les vainqueurs sont les USA comme toujours.

  • Pitty Moes le 06.07.2015 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Autre question: En quoi les grecs sont ils différents des anglais? Les grecs veulent ou bien l'annulation de leur dette par l'UE ou bien que l'UE la paye. Les anglais prennent l'argent de l'UE sans donner quelque chose en retour!

    • titi/toto le 06.07.2015 15:42 Report dénoncer ce commentaire

      Les Rosbeef bouffent à tous les ratteliers... Le Commenwealth, l'UE sans payer, les USAs et malgré tout il s'en sorte juste... Comme quoi est-ce le bon modèle (Le capitalisme). En tout cas si un pays doit sortir de l'UE ce n'est pas la grèce mais les Rosbeefs. Les Grecques sont dans une mauvaise passe il faut les aider. On ne guerrit pas un malade en l'étouffant mais en lui mettant de l'oxygène et un traitement adapté...

    • flor le 06.07.2015 15:52 Report dénoncer ce commentaire

      Les grecs veulent des conditions relatives au remboursement du prêt plus souples que ce qu'elles ne sont aujourd'hui qui les étouffent ...

  • cékoissa le 06.07.2015 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    J'adore comment Tsipras va se prostituer chez Poutine en pensant que Poutine va lui faire des fleurs....à quand une Grèce soviétique?

    • Dites vous que c'est de bonne guerre ! le 06.07.2015 15:09 Report dénoncer ce commentaire

      @cékoissa. Dommage que "Tsipras ou la Grèce" ne soit pas obliger d’honorer le code de la confrérie de l'UE. Parce que, l'honneur est extrêmement rare ces temps-ci. Il n'y a aucun honneur à demeurer au côté des perdants (UE), rejoindre le camps des vainqueurs (Russie), voilà ce qui est de bonne guerre ! Il semble désormais qu'un membre de l'UE ne puisse plus faire de profit à moins de trahir d'autres membres de l'UE. Dites vous que c'est de bonne guerre !

    • Jeeky le 06.07.2015 16:07 Report dénoncer ce commentaire

      Soviétique? Nous sommes en 2015 !!

    • Betty le 06.07.2015 16:30 Report dénoncer ce commentaire

      Moi, par contre j'adore lorsque Merkel et Hollande se font réprimander par Obama et qu'ils disent encore merci!

    • tonton beber le 06.07.2015 16:31 Report dénoncer ce commentaire

      c'est presque déjà le cas ... la dernière fois que je suis allé en vacances en Crête, et cela remonte déjà à 3 ans, j'avais déjà vu plus de roubles dans les magasins que d'euros

    • Euh!! le 06.07.2015 17:31 Report dénoncer ce commentaire

      Euh!!! Il est défendu d'exporter des roubles!

    • Le hardcore dans le SM le 06.07.2015 17:41 Report dénoncer ce commentaire

      @Betty. je cite Betty : "Moi, par contre j'adore lorsque Merkel et Hollande se font réprimander par Obama et qu'ils disent encore merci!". Or, ne faite pas la première ou le premier à savoir que Merkel et Holland aime la pratique hardcore dans le SM. En somme, je suis désolé pour vous ;) mais cette information circule depuis déjà longtemps...

  • Tout est possible ! le 06.07.2015 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    La théorie du complot = référendum pour un référendum = 1. donner et relancer (boost) à la population de l'UE que l'UE est une démocratie 2. pour dissuader les US et ainsi reconstruire les ponts détruits avec la Russie par les US.