Coalition en Autriche

17 décembre 2017 11:11; Act: 17.12.2017 21:08 Print

Trois ministères régaliens pour l'extrême droite

En Autriche, le parti FPÖ, qui fait alliance avec les conservateurs, a obtenu six ministères dont ceux des Affaires étrangères, de l'intérieur et de la défense.

storybild

Deux mois après les élections, la droite et l'extrême-droite ont trouvé un accord de coalition. Sebastian Kurz (à gauche) va devenir chancelier. (photo: AFP/Alex Halada)

Sur ce sujet

Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite, entrée en force avec trois ministères régaliens, a confirmé son «engagement européen» et exclu tout référendum sur une éventuelle sortie de l'UE, tout en revendiquant davantage de marge de manœuvre pour les États membres. La nouvelle majorité a «un engagement européen clair, avec l'objectif de renforcer la subsidiarité» au sein de l'Union européenne, a déclaré samedi le futur chancelier conservateur Sebastian Kurz (ÖVP), qui prendra ses fonctions lundi.

«Nous souhaitons une coopération européenne plus poussée dans les domaines où cela se justifie, comme la défense des frontières, mais davantage de compétences laissées aux États à chaque fois que c'est possible», a-t-il expliqué, lors de la présentation à Vienne du pacte de gouvernement scellé vendredi soir. M. Kurz, 31 ans, qui deviendra l'un des plus jeunes dirigeants au monde, s'exprimait aux côtés du chef du parti d'extrême droite FPÖ, Heinz-Christian Strache, futur vice-chancelier. Ce parti, qui signe son retour dans l'exécutif après une expérience mitigée au début des années 2000, décroche également les ministères régaliens de la Défense, des Affaires étrangères et de l'Intérieur.

Lutte contre l'immigration illégale

Cette alliance vient couronner une année faste pour l'extrême droite en Europe, avec une forte progression aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, sans toutefois parvenir à s'y hisser au pouvoir. «J'applaudis notre ami Heinz-Christian Strache», a déclaré Geert Wilders, le patron du Parti néerlandais pour la Liberté, en marge d'une réunion des chefs de partis d'extrême droite européens à Prague. La Française Marine Le Pen a salué un «évènement véritablement historique». M. Strache a toutefois admis qu'à la demande de M. Kurz, «la question d'une sortie de l'UE a été exclue» des points qui pourront être soumis à des consultations populaires, que le FPÖ souhaite promouvoir. «Nous aurions souhaité un champ plus large», a-t-il avoué.

M. Kurz conservera ainsi la haute main sur les dossiers européens alors que l'Autriche présidera l'UE au second semestre 2018. Comme attendu, le programme de gouvernement comporte une série d'allégements fiscaux. «Mais en premier lieu, nous voulons améliorer la sécurité dans notre pays, y compris en combattant l'immigration illégale», a déclaré M. Kurz. Le jeune leader conservateur, qui se flatte d'être un des principaux artisans de la fermeture aux migrants de la route des Balkans en 2016, en tant que ministre des Affaires étrangères, s'est nettement rapproché des positions du FPÖ dans ce dossier. En 2000, l'entrée du FPÖ au gouvernement avait provoqué des sanctions européennes. Mais ce scénario est jugé très improbable aujourd'hui, dans un contexte général de montée des partis populistes, et alors que M. Strache, 48 ans, a veillé à lisser l'image de sa formation.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hansa le 17.12.2017 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo l'Autriche! Ouvrez s.v.p les yeux aux autres…

  • FullmétalJF le 17.12.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    La lutte contre l'immigration de masse illégale est devenue une nécessité impérieuse en Europe, occidentale surtout. Souhaitée par la majeure partie des opinions publiques, elle doit donc pouvoir être portée par des gouvernements déterminés à agir et non à laisser faire.

  • Marginal le 17.12.2017 13:37 Report dénoncer ce commentaire

    une décision du peuple -

Les derniers commentaires

  • Jeeky le 18.12.2017 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    La façon dont de nombreux gens réagissent et la joie qu'ils éprouvent quand des partis d'extrême droite gagnent aux élections me donne des frissons dans le dos! Qu'est ce qui viendra après? Vous me direz que dans une démocratie il faut respecter le choix de l'électeur. Oui, mais un Etat démocratique n'a-t-il pas aussi le devoir de protéger cette démocratie. Le petit moustachu allemand est venu au pouvoir avec des élections, ne l'oublions pas!

  • Guillaume Tell le 18.12.2017 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Hmmm! J'ai bien liquidé Gessler, le Vogt autrichien, mais je n'ai pas liquidé la mentalité. Maintenant les gens doivent probablement saluer le chapeau à Vienne!

  • citoyen le 17.12.2017 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    nostalgie

  • Yann L le 17.12.2017 22:03 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à l'Autriche!

    • Hein le 18.12.2017 20:29 Report dénoncer ce commentaire

      Bravo pourquoi?

  • analizer le 17.12.2017 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très fière du peuple Autrichien.

    • Hein le 18.12.2017 14:01 Report dénoncer ce commentaire

      Êtes vous autrichienne?

    • Nono le 18.12.2017 14:07 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis fier de l'Autriche de 1938 plutôt. Les Allemands n'ont pas réussi à intégrer l'Autriche en une Allemagne unie. Toutes les aides au parti nazi autrichien n'ont pas convaincus les citoyens. Le gouvernement a organisé un référendum à ce sujet, mais quelques jours avant la date le parti nazi un fait un putsch et l'armée allemande a envahi l'Autriche. Malgré tout ce que l'on dit le Anschluss n'était pas volontaire!