Tensions diplomatiques

03 avril 2018 17:28; Act: 03.04.2018 17:46 Print

Affaire Skripal: pas de preuve contre la Russie

La responsabilité de la Russie n'a pas été clairement établie sur le plan scientifique dans l'empoisonnement de l'ancien espion au Royaume-Uni.

storybild

L’empoisonnement de Sergueï Skripal a entraîné de vives tensions entre la Russie et la Grande-Bretagne. (photo: AFP/Justin Tallis)

Sur ce sujet

Le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal provenait de Russie, mardi, dans un entretien avec Sky News.

«Nous avons été capables d'identifier qu'il s'agissait du Novitchok, d'identifier que c'était un agent innervant de type militaire», a déclaré le chef du laboratoire, Gary Aitkenhead. Mais «nous n'avons pas identifié sa source exacte», a-t-il ajouté, précisant que le gouvernement britannique avait utilisé «un certain nombre d'autres sources pour aboutir à ses conclusions». Londres a désigné la Russie comme responsable de l'attaque.

(L'essentiel/afp)