Opération de secours à Gênes

16 août 2018 11:08; Act: 16.08.2018 11:24 Print

Course contre la montre avant la chute d'un pilier

Il a été interdit aux habitants vivant sous le pont de rentrer chez eux pour récupérer leurs affaires. L'un des piliers se fissure et menace de s'effondrer à son tour.

Sur ce sujet

Les grues et les pelleteuses continuaient jeudi de déblayer des décombres du pont effondré mardi à Gênes, dans le nord de l'Italie, pour laisser les chiens rechercher des traces de survivants ou de nouvelles victimes. Le lourd bilan n'a pas évolué dans la nuit: 39 morts et seize blessés, dont neuf se trouvent encore dans un état grave. Mais il reste probablement des véhicules et des passagers bloqués dans les amas de béton et de ferraille.

Et c'est une course contre la montre. En effet, un des piliers du pont est en train de se fissurer et menace de s'effondrer à son tour, selon la Stampa. Il a été interdit aux habitants des maisons du quartier Pierdarena situé sous l'ouvrage, qui avaient d'abord été autorisés à rentrer chez eux pour récupérer des affaires avant d'être évacués, de regagner leur domicile.

Concession révoquée

Mercredi, le gouvernement a décrété l'état d'urgence pour un an à Gênes, ce qui offre un cadre normatif pour la gestion du site et l'assistance aux plus de 630 personnes évacuées et dont les habitations, en contrebas de ce qui reste du pont, sont condamnées. L'Italie observera aussi une journée de deuil national le jour de la cérémonie de funérailles solennelles qui sera organisée pour les victimes. Selon plusieurs médias, elle devrait avoir lieu samedi matin à la Fiera de Gênes.

Par ailleurs, le titre du groupe italien Atlantia, gestionnaire de l'autoroute dont un viaduc s'est effondré mardi à Gênes et désigné responsable par le gouvernement, perdait plus de 25% jeudi matin à la Bourse de Milan, après avoir été suspendu près d'une heure. Mercredi, le gouvernement a annoncé qu'il entendait révoquer la concession d'Autostrada per l'Italia, filiale d'Atlantia, sur le tronçon où se trouve le pont effondré. Plusieurs poids lourds du gouvernement ont aussi réclamé une remise à plat de toutes les concessions.

(L'essentiel/afp)