Au Royaume-Uni

07 mars 2018 22:42; Act: 07.03.2018 22:46 Print

Des objets design à base de chewing-​​gums recyclés

Une Britannique a conçu un système de collecte de chiclettes usagées pour en faire des objets design.

storybild

Les gommes récupérées peuvent finir en semelles de chaussures. (photo: Facebook)

Sur ce sujet

Quand, en 2009, la designer Anna Bullus se prend une fois de plus le pied dans une chiclette fraîchement abandonnée sur le bitume, il lui vient la bonne idée d'imaginer un réseau de boîtes en plastique pour recycler, dans les lieux publics, le bout de gomme mâchouillé et d'ordinaire écrasé au sol.

Alors étudiante en design 3D à l'Université de Brigh­ton, dans le sud de l'Angleterre, comme elle le raconte au «Guardian» en 2010, elle a pensé réutiliser toute la matière récoltée: «Je me suis soudainement rendu compte que le chewing-gum était déjà en gomme, alors si celle-ci peut être recyclée et transformée en une nouvelle matière, pourquoi pas le chewing-gum?»

7 000 euros économisés

La bonne vieille chiclette étant le deuxième plus gros déchet dans les rues britanniques derrière les mégots (560 000 t par an), Anna y a donc vu un marché et a créé Gumdrop. Après avoir essayé durant huit mois de transformer de la gomme à mâcher usagée en une pâte durcissante, passant pour une dingue un peu dégoûtante, l'artiste écolo a mis au point un polymère pour fabriquer des poubelles de recyclage ou encore des bottes de jardinage.

L'aéroport de Heathrow a placé dans son terminal 5, pendant trois mois, ces poubelles roses. Résultat: près de 7 000 euros économisés en nettoyage. Le but de Gumdrop est de continuer à ratisser la Grande-Bretagne et le monde. L'entreprise a déjà un pied en Allemagne et au Danemark.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.