En Suisse

05 mars 2018 15:31; Act: 05.03.2018 16:29 Print

Elle abuse de sa fille pour plaire à son «maître»

Une Suissesse est accusée d'avoir agressé sexuellement sa propre fille pour plaire à un Allemand. Les deux personnes vont bientôt comparaître devant la justice suisse.

storybild

La trentenaire aurait abusé durant plusieurs mois de sa fille, âgée de 4 ans au moment des faits.

Les actes qu'on reproche à cette Suissesse de 31 ans sont d'une extrême cruauté. La trentenaire aurait abusé durant plusieurs mois de sa fille, âgée de 4 ans au moment des faits, relate ce lundi Blick. La femme, active dans le milieu de la prostitution de Saint-Gall (Suisse), serait volontairement devenue l'esclave d'un Allemand de 53 ans, qui vit en Suisse. Pire encore: elle aurait également réduit son enfant à l'esclavage. Selon le quotidien alémanique, la maman aurait signé une sorte de contrat avec le quinquagénaire, avec lequel elle entretenait une relation essentiellement sexuelle. «Je te remets mon corps, mon esprit et mon âme. Je suis désormais ton objet et ta propriété. Je te confie également l'éducation de ma fille adorée», serait-il écrit dans le document.

Une fois les règles de leur relation malsaine établies, la mère aurait commencé à éduquer sa fille pour qu'elle devienne un jour l'«esclave sexuelle» de son «maître», écrit le St-Galler Tagblatt. Elle aurait notamment massé l'entrejambe de l'enfant et se serait fait caresser par elle. La fille aurait également dû apprendre à manier un vibromasseur et aurait été forcée à regarder des photos du pénis de l'Allemand pour qu'elle «s'habitue» à son sexe.

La femme du quinquagénaire a alerté les autorités

La trentenaire aurait constamment informé l'Allemand de l'avancement de son éducation via Internet. Le quinquagénaire aurait quant à lui demandé à la Suissesse de ne plus appeler sa fille par son prénom, mais de simplement la traiter de «porcelet». Lors des innombrables discussions menées via un chat, la trentenaire aurait mentionné à plusieurs reprises que sa fille se plaignait de douleurs en raison des abus qu'elle subissait par sa mère.

Selon «Blick», une rencontre entre le «maître» et la fillette n'a jamais eu lieu. La femme du quinquagénaire était en effet tombée sur les discussions perverses de son mari et avait alerté les autorités. La Suissesse et l'Allemand devront comparaître mi-mars devant le Tribunal de district de Saint-Gall. La trentenaire a d'ores et déjà entamé l'exécution anticipée de sa peine. Elle risque 3,5 ans de prison. Quant au quinquagénaire, qui risque 5 ans de prison, il se trouve toujours en liberté. «Blick» est allé lui rendre visite à son domicile, mais l'homme n'a pas voulu discuter: «Allez parler avec mon avocat!» Contacté, l'avocat assure que son client n'est pas pédophile. «Il n'a pas été présent lors des agressions sexuelles et ne l'a pas poussée à agir ainsi.» La fillette se trouve actuellement dans une famille d'accueil.

(L'essentiel)