Vatican

09 novembre 2017 12:52; Act: 09.11.2017 14:52 Print

«Homophobes le jour, dans des boîtes gays la nuit»

Un livre sorti jeudi en Italie évoque de présumés abus sexuels sur le territoire du Saint-Siège.

storybild

Le journaliste italien Gianluigi Nuzzi s'est fait une spécialité du passé sulfureux du Vatican.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Un livre enquête présenté jeudi en Italie évoque les tentatives infructueuses d'un jeune lanceur d'alerte pour dénoncer des abus sexuels dont aurait été victime son ancien camarade de chambre mineur, pensionnaire au cœur du Vatican.

Dans «Péché originel» - dévoilé jeudi en Italie et paru mercredi en France - le journaliste italien Gianluigi Nuzzi poursuit son enquête sur les arcanes du Vatican, documents confidentiels à l'appui.

Le journaliste, qui a été acquitté par la justice du Vatican en 2016 dans le procès dit «Vatileaks 2» après d'abondantes «fuites» de documents qu'il avait publiés, s'est fait une spécialité du passé sulfureux de la banque du Vatican et des résistances internes aux réformes impulsées par Benoît XVI et François.

Disparition mystérieuse

Son livre s'intéresse également à la disparition mystérieuse et toujours non élucidée en 1983 d'une jeune femme, Emmanuela Orlandi, citoyenne de l'État du Vatican et fille d'un employé du petit État.

Il jette aussi dans son quatrième ouvrage un nouveau pavé dans la mare sur une persistante loi du silence dans l'Église: dans un palais du Vatican, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d'au moins un lycéen de 17 ou 18 ans en 2011/2012, sous les yeux d'un témoin.

Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, réside alors dans une institution installée dans la cité du Vatican et qui héberge des enfants et adolescents du monde entier envisageant de devenir prêtres.

Les pensionnaires fréquentent une école privée dans le centre de Rome et participent comme «enfants de chœur» aux messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Kamil y a vécu de 13 à 18 ans, jusqu'en 2014, mais il dit avoir été renvoyé avant la fin de sa scolarité après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès d'autorités ecclésiales et vaticanes.

«Obligé de céder à ses exigences»

Selon lui, un ancien élève autorisé à rester dans le palais venait très souvent dans sa chambre, le soir venu, pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, alors âgé de 17 ou 18 ans, qui «se sentait obligé de céder à ses exigences».

Fort de la confiance de l'évêque recteur des lieux, le jeune homme exerçait «une forme de pouvoir et d'intimidation» sur les plus jeunes, en imposant «brimades ou actes sexuels» à un certain nombre de pensionnaires, affirme encore Kamil dans le livre de M. Nuzzi.

«Je ne reproche pas à ces prêtres d'être homosexuels», déclare ce Polonais qui étudie aujourd'hui l'histoire de l'art et se dit lui-même gay. «Le problème est ailleurs et tout cela est une vaste hypocrisie: dans la journée, ces gens sont homophobes, la nuit ils se déchaînent dans des discothèques gays». Interrogé par l'AFP, le service de presse du Vatican n'a pas encore précisé si une enquête avait été ouverte sur ce cas.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.