Passé trouble

11 juillet 2018 18:55; Act: 12.07.2018 12:57 Print

L'Espagne veut chasser les démons du franquisme

Alors que le passé de l'Espagne continue de faire débat dans le pays, le gouvernement veut mettre en place une «commission vérité» et recenser les victimes.

storybild

Alors qu'il est mort en 1975, l'héritage de Franco (à droite) continue à faire débat. (photo: AFP/Staff)

Sur ce sujet

Le nouveau gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez va créer une «commission vérité» sur la dictature de Francisco Franco et recenser les victimes de la guerre civile et du régime franquiste, a annoncé mercredi, le ministère espagnol de la Justice. Selon le ministère, une «réforme intégrale» de la loi de mémoire historique adoptée en 2007 va être lancée, notamment pour créer cette «commission vérité», dans un pays où les années de guerre civile (1936-1939) et de dictature (1939-1975) font encore largement débat.

Le gouvernement veut aussi annuler les décisions des tribunaux d'exception franquistes et «établir des plans de recherche des disparus de la guerre civile et de la dictature franquiste». Un «recensement officiel des victimes de la guerre civile et de la dictature» sera par ailleurs publié. Le gouvernement va aussi étudier les moyens de rendre illégales les organisations qui font l'apologie du franquisme comme la Fondation Francisco Franco.

Que faire du mausolée de Franco?

Avec cet ensemble de mesures, le gouvernement compte «mettre fin à ce manque déchirant de justice qui nous humilie tous en tant que peuple», a déclaré la ministre de la Justice Dolores Delgado. Dans «The Spanish Holocaust», l'historien britannique Paul Preston évalue à 200 000 le nombre de morts au combat durant la guerre civile et avance le même chiffre pour les assassinats et les exécutions, dont 150 000 victimes des franquistes. Des milliers de personnes ont ensuite été exécutées dans les années 1940 pour leurs liens, réels ou supposés, avec la République écrasée par Franco.

Dès son arrivée au pouvoir, Pedro Sanchez a affiché sa détermination à transférer les restes du dictateur de son mausolée près de Madrid pour en faire un lieu de «réconciliation». Une exhumation qui pourrait avoir lieu en juillet, selon ce qu'a laissé filtrer le gouvernement. Ce mausolée dans le Valle de los Caidos, à 50 km de Madrid, est un complexe monumental commémorant la guerre civile que le dictateur avait imaginé et fait construire. Sa tombe, toujours fleurie, voisine avec celle du fondateur du parti fascisant de La Phalange, José Antonio Primo de Rivera.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Franc le 11.07.2018 22:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les lois de réconciliation ? Et les crimes des républicains ? La gauche prend le pouvoir et on recommence avec les vieilles méthodes !

  • La Mouche le 12.07.2018 00:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Loi de mémoire nationale ? d'oubli national oui! La dictature est un sujet ultra tabou en Espagne, et il existe encore un grand nombre de nostalgiques, ce qui explique pourquoi le PP à quasiment toujours été au pouvoir. C'était effarant de voir que la fondation Franco recevait des aides d'État il ya encore peu alors que les Associations de familles des victimes n'en avaient pas! Peut-être va-t-on enfin pouvoir commencer à tourner cette douloureuse page de l'histoire ? J'espère juste que ce n'est pas que du blabla politicien

  • Angelo51 le 11.07.2018 20:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec la manière dont l’Espagne a traité la Catalogne ça a l’air très convaincant.

Les derniers commentaires

  • bini le 24.08.2018 17:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive l’ordre

  • Jon le 12.07.2018 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut une république.

  • Ben-J le 12.07.2018 07:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait, tourné vers l’avenir pas le passé !

  • Le Belge le 12.07.2018 07:02 Report dénoncer ce commentaire

    Tous les pays peuvent faire pareil...à un moment ou à un autre ils ont déconné.

  • La Mouche le 12.07.2018 00:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Loi de mémoire nationale ? d'oubli national oui! La dictature est un sujet ultra tabou en Espagne, et il existe encore un grand nombre de nostalgiques, ce qui explique pourquoi le PP à quasiment toujours été au pouvoir. C'était effarant de voir que la fondation Franco recevait des aides d'État il ya encore peu alors que les Associations de familles des victimes n'en avaient pas! Peut-être va-t-on enfin pouvoir commencer à tourner cette douloureuse page de l'histoire ? J'espère juste que ce n'est pas que du blabla politicien