Santé publique

21 janvier 2015 15:31; Act: 21.01.2015 17:12 Print

L'Europe réévalue la toxicité du Bisphénol A

L'exposition au Bisphénol A «aux niveaux actuels» «ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs», a tranché mercredi l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments.

storybild

Le bisphénol A est considéré comme un perturbateur endocrinien. (AFP)

Sur ce sujet

L'Agence oppose ainsi une fin de non-recevoir aux partisans d'une prohibition de cette substance, considérée comme un perturbateur endocrinien et cible de nombreux soupçons sanitaires. En première ligne, la France a généralisé depuis le 1er janvier l'interdiction à tous les contenants alimentaires de cet antioxydant et plastifiant, déjà banni des biberons européens depuis 2011. À l'issue d'une «réévaluation complète» lancée en 2012, l'Agence (Efsa) préconise certes de diviser par douze le seuil de sécurité pour l'exposition humaine. Mais l'exposition humaine réelle au Bisphénol A, également présent notamment dans les tickets de caisse, est «de trois à cinq fois inférieure» à ce nouveau «niveau sans danger», selon l'Efsa.

Ce nouveau seuil, ou «dose journalière tolérable» (DJT), doit être ramenée à 4 microgrammes (mg) par kilo de poids corporel contre 50 mg actuellement, recommande-t-elle. L'Agence pointe aussi des «incertitudes sur les effets sanitaires potentiels du BPA sur la glande mammaire ainsi que sur les systèmes reproductif, métabolique, neurocomportemental et immunitaire», et ses effets indésirables possibles à haute dose «pour les reins et le foie». Ces effets, ainsi qu'une possible incidence sur le développement de cancers, notamment du sein, «sont considérés comme peu probables mais n'ont pas pu être exclus». Le BPA «pourrait aussi avoir des effets sur la glande mammaire chez les animaux».

Plus de données dans deux à trois ans

Mais l'Agence assure avoir intégré tous ces doutes dans son évaluation du nouveau DJT, et prône la patience pour tirer l'affaire au clair. Elle renvoie notamment aux résultats, attendus «dans deux à trois ans», d'une étude menée dans le cadre du programme national de toxicologie des États-Unis. Dans un rapport intermédiaire en janvier 2013, l'Efsa se montrait plus prudente, jugeant que le BPA pouvait être nocif, même s'il présentait un risque sanitaire «faible» au vu des taux réels d'exposition. Elle a entretemps mené une consultation publique en ligne pour finaliser son opinion. La Commission européenne a indiqué qu'elle allait «évaluer» cet avis en vue de «possibles» mesures additionnelles pour actualiser la réglementation. L'Association européenne de l'industrie plastique a exprimé sa satisfaction. L'avis de l'Efsa concorde «avec les évaluations d'organes gouvernementaux à travers le monde», a-t-elle jugé dans un communiqué, appelant dans la foulée à une annulation des «restrictions françaises disproportionnées». D'autres États membres, Danemark, Belgique et Suède, ont aussi imposé des restrictions nationales à l'usage du BPA au-delà des règles européennes.

La Commission a précisé qu'elle «considérera si ces mesures sont appropriées» au vu de l'avis rendu par l'Efsa et si elles respectent les règles européennes sur la libre circulation des marchandises. La députée européenne française Michèle Rivasi, du groupe des Verts, a pour sa part dénoncé une «expertise caricaturale», qui «inflige un camouflet à l'Anses», le gendarme sanitaire français. «Pour ne pas défavoriser l'industrie, l'Efsa fait le tri dans les études scientifiques, et n'applique pas le principe de précaution en faveur des citoyens», s'est indignée Mme Rivasi, interrogée par l'AFP. L'Efsa prend acte dans son avis de son désaccord avec son homologue française, attribué à une différence de méthodologie dans la prise en compte des données existantes.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • lucien le 01.02.2015 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    et pour les travailleurs exposés toute la journée au bisphénol, phtalates, parabens .... risques accrus ! voir : La prévention des risques professionnels des perturbateurs endocriniens :

  • @tom le 21.01.2015 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    et le principe de précaution passe à l'as... Patience, on a le temps... quelques années de plus ou de moins à biberonner du bisphenol, ce n'est rien... Mesdames, messieurs, dites-moi donc si le biberon avec lequel vous nourrissez vos enfants ou vos petits-enfants est en verre...

  • Monsieur le Directeur le 22.01.2015 08:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le Bisphénol A est à éviter au maximum, quoi qu'ils nous servent comme théories ... attention, les accros des micro-ondes et cuiseurs à vapeur !

Les derniers commentaires

  • lucien le 01.02.2015 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    et pour les travailleurs exposés toute la journée au bisphénol, phtalates, parabens .... risques accrus ! voir : La prévention des risques professionnels des perturbateurs endocriniens :

  • anne le 22.01.2015 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    quelle honte combien ont ils mis dans leur poche pour dire ca pendant que les gens crèvent...à nous consommateurs de ne plus acheter ça

  • Monsieur le Directeur le 22.01.2015 08:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le Bisphénol A est à éviter au maximum, quoi qu'ils nous servent comme théories ... attention, les accros des micro-ondes et cuiseurs à vapeur !

  • 1789 le 21.01.2015 21:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Puissance des lobbies, CE docile et au pas, santé des consommateurs toujours sur la sellette.

  • @tom le 21.01.2015 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    et le principe de précaution passe à l'as... Patience, on a le temps... quelques années de plus ou de moins à biberonner du bisphenol, ce n'est rien... Mesdames, messieurs, dites-moi donc si le biberon avec lequel vous nourrissez vos enfants ou vos petits-enfants est en verre...

    • clemence le 22.01.2015 08:21 Report dénoncer ce commentaire

      Et le pire du pire : le réchauffer au micro ondes. Certes vous gagnez du temps mais vous assassinez à petit feu votre enfant